Armes nucléaires à Kleine-Brogel: un fait admis il y a plus de 30 ans

Guy Coëme avait reconnu le 13 décembre 1988 que des armes nucléaires se trouvaient sur la base limbourgeoise.

Armes nucléaires à Kleine-Brogel: un fait admis il y a plus de 30 ans

Un document* confirme que la Belgique abrite des armes nucléaires américaines sur son sol, ont découvert Écolo et Groen. Une version du texte, qui a depuis lors été adaptée, évoque la présence d’ogives nucléaires B61 dans la base militaire de Kleine-Brogel, dans le Limbourg, lit-on mardi dans La Libre Belgique et De Morgen.

Les deux partis écologistes, Écolo et Groen, ont annoncé mardi le dépôt d’une proposition de loi visant à interdire les armes nucléaires en Belgique.

Le sp.a souhaite également que la Belgique se prononce en faveur du démantèlement nucléaire et demande que les armes nucléaires présentes sur le territoire soient retirées. Les socialistes flamands défendront une telle proposition au sein de la commission de la Défense de la Chambre, indiquent lardi sur Twitter la députée Melissa Depraetere et le président du parti John Crombez.

Sur Twitter, le président du sp.a John Crombez a demandé mardi l’organisation d’un «débat transparent» sur le sujet. «Le sp.a souhaite que la Belgique choisisse enfin le camp du démantèlement», a-t-il précisé.

La députée socialiste flamande Melissa Depraetere a rappelé que sa formation politique demandait depuis longtemps le retrait des armes nucléaires présentes en Belgique. Elle a notamment fait référence au débat qui a précédé le choix fait par la Belgique en faveur du F-35, le nouvel avion de combat qui remplacera les F-16, compatible avec des «responsabilités de missions à double capacité» conventionnelle et nucléaire.

«Nous demandons depuis longtemps le retrait des armes nucléaires afin d’éviter qu’elles puissent être transportées par les F-35. Nous remettrons cela demain sur la table de la commission de la Défense», a-t-elle tweeté.

*Le service presse de l’AP-OTAN tient à préciser que ce texte est en fait un rapport présenté par un parlementaire de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN (AP-OTAN). L’AP-OTAN est une institution entièrement séparée et indépendante de l’OTAN. Les documents publiés par l’AP-OTAN ne peuvent donc en aucun cas être considérés comme des documents officiels de l’OTAN. Les rapports de l’AP-OTAN sont des documents publics, basés exclusivement sur des sources ouvertes. Par ailleurs, le document concerné est un projet de rapport, qui tant qu’il n’est pas adopté par la commission de la défense et de la sécurité de l’AP-OTAN, représente le point de vue du seul rapporteur auteur du rapport.