VIDÉO | Il y a 30 ans, le Herald of Free Enterprise chavirait, causant la mort de 193 personnes

Plus grande catastrophe maritime européenne depuis le Titanic dans les années 1910, le chavirage du ferry Herald of Free Enterprise avait causé la mort de 193 personnes le 6 mars 1987.

Rémi MARTIN

Chavirage après 1,5 km de navigation

Le 6 mars 1987, le Herald of Free Enterprise était parti exceptionnellement de Zeebruges, et non de Calais, en direction de Douvres en Angleterre. Le ferry a chaviré et coulé à seulement 1,5 km de son quai de départ. Le bateau de 130 mètres de long avait sombré en seulement dix minutes et causé la mort de 193 des 459 personnes présentes à bord.

Ses portes étaient en fait restées ouvertes, une habitude prise par l’équipage qui ne pose normalement pas de problème. Seulement là, le port de Zeebruges a des quais plus bas que ceux de Calais et Douvres. Lorsque le bateau est reparti du port, portes grandes ouvertes, l’eau s’y est engouffrée et a causé le chavirage très rapide du bateau.

Les passagers ont été évacués par bateau ou hélicoptère mais le ferry a coulé tellement rapidement que presque 200 d’entre eux n’ont pu être sauvés.

Traumatismes

Le traumatisme est immense pour la population mais plus encore pour les sauveteurs et les rescapés. Un sauveteur témoignait à l’époque: «C’est très difficile à décrire, il faut le voir. Nous avons pu en sauver quelques-uns, en fait, un certain nombre. Mais pour les autres, il était trop tard. C’est terrible!»

C’est d’ailleurs à la suite de cette catastrophe qu’un service de suivi psychologique a été créé pour les services de secours.

Un procès sans condamnation

Dans la foulée, une enquête a eu lieu et a conduit à la tenue d’un procès dont l’épilogue a été la relaxe générale. Sept personnes ont été poursuivies: le capitaine David Lewry, son premier officier Leslie Sabel, le matelot chargé de la fermeture des portes Mark Victor Stanley et quatre personnes de l’entreprise maritime Townsend Thoresen, propriétaire du ferry.

Un quiproquo entre les deux derniers cités est à l’origine de la catastrophe. Le premier officier Sabel était persuadé, parce que ses chaussures n’étaient pas devant la porte de sa cabine, que le matelot Stanley était à son poste, prêt à fermer les portes en cas de problème. En fait, il dormait dans sa cabine…

Personne ne sera condamné dans ce procès mais la compagnie maritime changera de nom. Le Herald of Free Enterprise sera, lui, récupéré, réparé par une compagnie grecque et servira à faire des traversées en Grèce.

(Vidéo d’archives: www.sonuma.be)