Egratigné par le MR, Koen Geens dit respecter tous les cultes et la laïcité

Une photo prise le 27 juin lors d’une rupture du jeûne, montrant le ministre de la Justice et des Cultes Koen Geens s’incliner devant un imam conservateur de Molenbeek, Mohamed Toujgani, continue de faire du bruit.

Egratigné par le MR, Koen Geens dit respecter tous les cultes et la laïcité

Mercredi, dans les colonnes de Sud Presse, c’est le chef de groupe MR à la Chambre Denis Ducarme qui s’en offusque, appelant les représentants publics à la neutralité. Evoquant des photos «tendancieusement répandues dans le public», le ministre assure mercredi dans un communiquer respecter «tous les cultes et la laïcité».

Koen Geens (CD&V) resitue cette journée du 27 juin dans son contexte. Il s’agissait d’un événement multiconfessionnel organisé par l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) en collaboration avec le comité ‘Together in Peace’à l’occasion d’un iftar, une rupture du jeûne. En tant que ministre des Cultes, il estime «important de soutenir cette initiative interconfessionnelle, qui souligne la réciprocité, le respect et l’unité, dans la diversité, entre les différentes convictions dans notre pays».

Koen Geens rappelle la qualité des différentes autorités religieuses présentes ce jour-là, ainsi que celle de différentes autorités politiques dont la bourgmestre de Molenbeek, la députée MR Françoise Schepmans. Le ministre ajoute qu’il ne «pouvait évidemment pas connaître toutes les personnes présentes par leur nom, ou le cas échéant, par leur appartenance à une mosquée ou à une tendance religieuse», alors que l’événement avait réuni une centaine de participants.

Mohamed Toujgani est imam de la mosquée Al-Khalil de Molenbeek dont les représentants avaient été pointés du doigt par l’ex-président de l’EMB Noreddine Smaïli comme le principal obstacle à la promotion d’un islam européen. Face au blocage, le ministre avait décidé de créer deux sous-entités au sein de l’Exécutif, un collège néerlandophone et un collège francophone.

Pour Denis Ducarme, les courbettes du ministre Geens à l’imam Toujgani constituent un «geste totalement inapproprié», en «contradiction avec sa fonction de ministre et de représentant de l’État». Le chef de file libéral dit vouloir avancer à la rentrée au parlement sur la neutralité de l’État, estimant que les membres du gouvernement n’ont pas à faire étalage de leurs préférences religieuses ou philosophiques, à l’exception de leur éventuelle participation au Te Deum, un événement qualifié d’«institutionnel».

De son côté, le ministre CD&V nie toute discrimination entre les différentes cultes et la laïcité par rapport aux invitations qu’il accepte. Il a par ailleurs souligné l’importance d’un bon dialogue entre les représentants du gouvernement d’une part, et les cultes et la laïcité d’autre part, renvoyant notamment à cet égard à l’organe de concertation permanent avec ces mêmes représentants, récemment constitué par le Conseil des ministres du 27 mai 2016.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.