Vétés : « Distinguer les élevages »

Dominique Bonnevie, vétérinaire praticien rural à Neufchâteau, membre de l’UPV (Union professionnelle vétérinaire), a participé aux réunions avec Willy Borsus sur le nouvel arrêté royal (voir article principal).

«Le gros problème de l’utilisation des antibiotiques concerne l’élevage intensif et industriel. Les vétérinaires praticiens ruraux, qui passent de ferme en ferme, sont sensibilisés à l’utilisation raisonnée d’antibiotiques.» Certains éleveurs indiquent que, dans l’élevage industriel, ce sont souvent des sociétés qui emploient chacune leur propre vétérinaire. Dans le nouvel arrêté royal, Dominique Bonnevie regrette l’absence de distinction entre les différents types d’élevages et une charge administrative plus importante. Marcel Renard, président de l’UPV, pointe une autre problématique, celle du marché parallèle: «Je pense à la vente d’antibiotiques par internet et les vétérinaires d’autoroute qui viennent fourguer des médicaments dans les fermes en se faisant passer pour des vétérinaires… C’est fort répandu».

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...