Qui pour remplacer Joëlle Milquet?

L’image va rester: celle du président du cdH Benoît Lutgen, deux micros sous le nez, lisant sa déclaration suite à la démission de Joëlle Milquet, une partie de ses troupes serrée près de lui sur fond d’Arsenal à Namur. C’est là que s’était tenu le bureau du parti hier matin.

P.S.
Qui pour remplacer Joëlle Milquet?
Benoit Lutgen ©EDA Claudy Petit

Chacun affiche la mine de circonstance: gravité et tristesse. C'est en effet le message du président: ils sont «particulièrement attristés » par la démission de la fondatrice du cdH. «Le geste l'honore», note son successeur à la rue des Deux-Églises depuis 2011. Ce geste qui « permettra à Joëlle d'avoir toute la liberté nécessaire, sans pression extérieure, pour démontrer son innocence en toute sérénité et avec force […] Elle montre une nouvelle fois sa stature de femme d'État », insiste Benoît Lutgen, visiblement touché.

Mais dès hier soir, le président a commencé le boulot: qui pour remplacer Joëlle à la Fédération Wallonie-Bruxelles dans ces compétences mammouths? Il faut une carrure. Éducation, Culture, Enfance, le Pacte d’excellence à concrétiser, des mesures à signer rapidement pour éviter de nouvelles fuites dans les épreuves de fin d’année… Le temps presse.

Mais on connaît Benoît Lutgen. Il n’aime pas se précipiter. Il va réfléchir, téléphoner, moduler plusieurs hypothèses… Céline Frémault? Catherine Fonck? Marie-Martine Schyns? Pas d’obligation de recruter un (ou une) Bruxellois(e). Laisser les mêmes compétences dans les mains du cdH? Scinder? Rebattre les cartes avec le PS?

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...