Des professeurs de morale s’organisent pour défendre leur cours

Des professeurs de morale non confessionnelle de l’enseignement officiel ont constitué un «collectif» afin de défendre un cours dont l’image est selon eux écornée.

Des professeurs de morale s’organisent pour défendre leur cours

Des professeurs de morale non confessionnelle de l’enseignement officiel ont constitué un «collectif» afin de défendre un cours dont l’image est selon eux écornée depuis l’arrêt de la Cour constitutionnelle qui a jugé facultatif le suivi des cours dits philosophiques. Le cours qu’ils donnent aux élèves s’inscrit pleinement dans le décret missions qui appelle à en faire des citoyens responsables.

«Nous ne sommes pas le bras armé du Centre d’Action Laïque», clame ce «Collectif des profs de morale de la Fédération Wallonie-Bruxelles» qui regroupe une dizaine de membres actifs sur internet.

Le cours de morale «est le cours de citoyenneté que beaucoup appellent de leurs vœux», soulignent les professeurs alors que l’ambition du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est de remplacer à partir de septembre 2016 une des deux heures de religions ou de morale.

La ministre de l’Enseignement Joëlle Milquet a fait parvenir une circulaire aux écoles de l’enseignement officiel qui interrogeront les parents – dans un premier temps à titre indicatif – sur les choix qu’ils feront pour la rentrée 2015, à savoir, un des cours de religion proposés, la morale non confessionnelle ou une dispense de deux heures.

«Très chers parents, ne vous laissez pas manipuler par le questionnaire qui vous sera soumis. Celui-ci est orienté afin de vous inciter à supprimer l’unique cours, celui de morale, pouvant se réclamer de la citoyenneté», croit savoir le collectif.

« Ce cours est un réel plus pour votre enfant et vaut vraiment mieux que ‘Rien’«, soulignent ses partisans qui demandent aux autorités à pouvoir collaborer à l’élaboration du futur cours de citoyenneté.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.