Vidéosurveillance: le contenu de vos caméras disponibles sur le Net

Depuis quelque temps, un site hébergé en Russie diffuse sur le Web le contenu de milliers de caméras de surveillance connectées à internet mais mal protégées. Parmi celles-ci figurent plus de 150 appareils belges.

A.Ma.
Vidéosurveillance: le contenu de vos caméras disponibles sur le Net
Divers_201411131425_59744265.jpg

Quel est le point commun entre des clientes en train de faire du shopping dans un magasin de New York, des collègues en train de se faire une bouffe dans un restaurant de Kyoto ou encore des travailleurs en pleine bourre dans une entreprise de Bangalore? Tous sont filmés par des caméras de surveillance récemment piratées dont les images sont diffusées en direct sur la toile.

En effet, depuis peu, un site (www.insecam.cc) hébergé en Russie, le paradis des hackers, diffuse le contenu de près de 70 000 caméras de vidéosurveillance à travers le monde. Et la Belgique n'a pas été épargnée.

Selon la page d’accueil du site, 169 caméras belges auraient été piratées par l’administrateur du site. Implantées à Anvers, Mechelen mais aussi Liège et Charleroi, ces petits appareils de surveillance laisse entrevoir l’intérieur de certains magasins. Mais pas seulement...

Des privés concernés

Vidéosurveillance: le contenu de vos caméras disponibles sur le Net

En plus des coulisses de nombreuses supérettes,

www.insecam.cc

partage la vie privée de plusieurs familles belges. A Liège, par exemple, une caméra permet de deviner la disposition des lieux d’un appartement et les petites habitudes de ces habitants.

Pire, le hacker, non content de dévoiler au monde entier le contenu des caméras de surveillance qu’il a piratés, partage des informations assez précises sur l’endroit où elles sont placées (la latitude et la longitude exactes renvoient vers une Google Map, NDLR). S’il est donc très facile de savoir qui est concerné, il est également très facile pour les personnes les plus mal intentionnées d’utiliser ses données à mauvais escient. Et pour peu que ces dernières s’y connaissent un peu en codage informatif, le partage des mots de passe sur ce même site leur permettra d’en prendre le contrôle.

Vidéosurveillance: le contenu de vos caméras disponibles sur le Net

Profitant des failles de sécurité de chacune des caméras piratées et du manque d’information (ou de la naïveté) de leurs utilisateurs, l’administrateur du site écrit vouloir «démontrer l’importance des paramètres de sécurité».

S’établissant comme une sorte de chevalier blanc, «Mr. Insecam» invite les personnes flouées à modifier leur «mot de passe «usine» installé d’origine par le constructeur de leur caméra».

Pour l'argent?

Mais s'il assure vouloir éduquer les internautes à l'importance de changer les mots de passe dans le cas d'appareils connectés à internet, l'administrateur-hacker du site www.insecam.cc cherche également à se faire de l'argent sur leur dos.

En effet, le pirate informatique derrière cette initiative a choisi de partager pas mal de publicités sur son site. Histoire sans doute de rentabiliser le temps passé à chercher et «maîtriser» les caméras en question.