«Pour les plus faibles, il ne reste que les arêtes du poisson»

Grève générale en front commun le 15 décembre. Pour Marie-Hélène Ska secrétaire générale CSC,le gouvernement s’aplatit devant les patrons.

Martial DUMONT
«Pour les plus faibles, il ne reste que les arêtes du poisson»
BELGIUM BRUSSELS THREE MAIN TRADE UNIONS PRESS CONFERENCE ©BELGA

Marie-Hélène Ska, CSC, CGSLB et FGTB annoncent une grève générale le 15 décembre. Pourquoi?

Avant les élections, nous avions 4 priorités: sauvegarder le pouvoir d’achat, maintenir une sécu forte, l’investissement dans la relance et l’emploi et plus de justice fiscale. Aujourd’hui, on constate que les mesures annoncées vont dans le sens de la régression sociale, pas dans le sens d’un avenir qui donne envie.

C’est le fameux automne chaud qui était couru d’avance…

Non. On attendait de voir ce qu’il y aurait réellement dans l’assiette. Et aujourd’hui, c’est ce qu’on craignait: il ne reste pour les plus faibles que quelques miettes au fond de l’assiette, l’arête du poisson. Le gros poisson, lui, c’est pour les nantis. Mais ce n’est pas aux travailleurs et aux allocataires sociaux de payer l’addition. Que les plus forts aident les plus faibles, c’est ça notre vision, pas le contraire.

Kris Peeters dit qu’il y aura concertation sociale… Si les acteurs sociaux veulent bien se mettre autour de la table. Ça vous choque?

Nous n’avons jamais refusé de nous mettre autour de la table. Mais ce n’est pas facile quand un gouvernement reprend dans son programme l’entièreté des demandes des organisations patronales et pratiquement rien des demandes syndicales. Si on nous lance une invitation, on y répondra. Mais pas pour discuter d’un menu imposé au départ par le gouvernement…

Sur le même sujet