Dossier éolien: Philippe Henry est «confiant»

Que va devenir le projet de décret éolien? Mort-né? Vent favorable? Le ministre Philippe Henry soupèse les scénarios. Mais il y croit.

Pascale Serret
Dossier éolien: Philippe Henry est «confiant»
éoliennes ouffet ©Eda

Lors de ses vœux à la presse, le ministre wallon de l'Aménagement du Territoire Philippe Henry est revenu sur les dossiers qu'il convient de faire «atterrir» d'ici aux élections de mai 2014. Comme le décret éolien. «Le gouvernement wallon travaillera, je crois, jusqu'au dernier moment », considère le ministre Écolo. Quatre mois à peine suffiront-ils pour qu'un gros dossier comme l'éolien, ultra-polémique de surcroît, puisse aboutir en pleine période préélectorale?

1. «Serré mais possible» La semaine dernière le gouvernement wallon adoptait en première lecture ce fameux décret éolien. Mais on est encore loin du compte. Il doit encore y avoir une deuxième lecture, un passage par le Conseil d'État, une troisième lecture et un vote au Parlement wallon. Un long parcours à caser dans un délai rikiki. «C'est vrai, c'est un timing très serré, vu la nature du dossier, admet Philippe Henry. Mais c'est encore tout à fait possible. Je suis confiant.»

2. Déblocage surprise À vrai dire, cette approbation en 1re lecture a surpris pas mal de monde. «Mais à ce niveau-ci de la législature, soit on fait les réformes, soit on ne les fait plus. Le gouvernement a choisi qu'elles aboutissent. Et puis, on a fait des compromis», explique le ministre Écolo. Le texte s'est fait plus souple sur le potentiel éolien par lot, il laisse de la place aux attentes locales (protection d'un paysage, d'un monument historique, etc.), on limite la déclaration d'utilité publique au stade d'un dernier recours et seulement en lien avec les projets où on atteint 25% d'intérêt public «et la priorité aux axes autoroutiers a été renforcée », ajoute Philippe Henry.Les objectifs globaux de production électrique au départ d'énergie éolienne d'ici 2020 avaient déjà été revus à la baisse: de 4 500 GWh de production annuelle, on était passé à 3 800. Le territoire wallon éligible avait été réduit de 15 000 ha de terrains susceptibles de recevoir des mâts éoliens et la carte d'implantation a été virée après enquête publique. De vraies concessions…

3. Et si le décret n'aboutissait pas? Admettons que le gouvernement n'ait pas le temps ou la volonté réelle de venir à bout du décret d'ici les élections… «Alors, le prochain gouvernement devra inévitablement se positionner: sur le terrain, les problèmes ne vont pas se régler tout seuls. Or ils ne viennent pas du futur décret. Ils sont là justement parce que le dossier n'avait plus été géré depuis 2002 et que la situation est devenue anarchique: le principe du "premier arrivé, premier servi", des mâts qui encerclent les communes sans cadre clair… » fait remarquer Philippe Henry. OK, mais le partenaire cdH a quand même fait le forcing sur un modèle unique «petit éolien le long des autoroutes». «Oui. Mais il faudra alors s'expliquer sur cet accord en 1re lecture. Il porte sur le grand éolien.»

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...