Bernard Wesphael change de version : une dispute, puis un suicide

Une dispute aurait éclaté jeudi en fin de journée entre Bernard Wesphael et son épouse. C’est après celle-ci que l’épouse se serait suicidée

Bernard Wesphael change de version : une dispute, puis un suicide
BELGIUM-CRIME ©AFP

C’est ce qu’avancent ce dimanche les journaux du groupe Sudpresse, révélant des nouvelles déclarations du député wallon.

Le député a découvert le corps sans vie de son épouse, Véronique Pirotton, jeudi vers 21H dans la chambre de l’hôtel dans lequel ils séjournaient à Ostende. D’emblée, Bernard Wesphael a expliqué que sa compagne, dépressive, s’était suicidée. «Elle n’était pas bien, elle prenait beaucoup de médicaments. Sans doute en avait-elle pris trop», a-t-il expliqué dans un premier temps, selon Sudpresse.

Mais cette version n'a pas convaincu la justice qui a inculpé le député pour homicide. Une autopsie a révélé que la victime était décédée de manière violente et portait des traces de strangulation.

Le député régional a alors précisé ses déclarations, annonce Sudpresse.

Une dispute après avoir bu quelques verres

Le couple, qui avait bu quelques verres, se serait disputé. Selon Bernard Wesphael, son épouse a reçu plusieurs appels téléphoniques d’une personne du milieu psychiatrique dans lequel elle travaille.

Enervée, elle s’en serait alors pris à son mari, le ton aurait monté et on en serait venu aux mains. Ce qui explique les éclats de voix entendus dans les chambres voisines, mais aussi les traces de griffures que le député présente aux avant-bras. Et ce dernier aurait riposté en la tenant par le cou, d’où les marques de strangulation découvertes à l’autopsie.

Mais les époux se seraient alors repris et auraient stoppé là la dispute. Le député se serait alors endormi puis réveillé une heure plus tard et découvert le corps de son épouse dans la salle de bains.

Selon lui, elle aurait absorbé une dose massive de médicaments. Une analyse toxicologique en cours devra confirmer ou pas cette version.

Interrogé sur RTL TVI samedi, l’avocat de Bernard Wesphael a aussi évoqué une dispute. «Il y aurait eu une petite dispute, mais pas de violence. C’est ce qu’il a dit.» La dispute serait due «à un coup de téléphone qu’elle a reçu d’une personne qu’ils connaissent», toujours selon son avocat, qui a aussi précisé que la victime avait déjà fait 5 tentatives de suicide cette année.

Bernard Wesphael est détenu à la prison de Bruges. Il comparaîtra mardi devant la chambre du conseil.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...