Assez de sous pour cinq ans

Les conclusions de l’UWE auraient pu être encore plus décapantes avec le calcul auquel nous avons procédé.

D.V.

Voici une image simple pour comprendre la situation des invests. Vous additionnez ce que vous avez dépensé pendant ces cinq dernières années pour faire tourner votre ménage. Puis vous comparez ce montant avec ce qu’il y a sur votre compte en banque. À moins d’être un fameux épargnant (il paraît qu’ils sont nombreux…), ce montant sera inférieur à vos dépenses cumulées en cinq ans.

Tenez-vous bien: dans les Invests, les montants sont identiques. En d’autres termes, si on additionne ce qu’ils ont investi (c’est leur métier) et ce qu’ils ont en trésorerie, on arrive quasiment au même résultat.

Sans nouveaux moyens

En d’autres termes, s’ils restent sur le rythme de ces cinq dernières années, ils peuvent encore investir de la même façon dans les cinq prochaines années. Et ce, détail piquant, sans moyens additionnels venant de l’Europe ou de la Région wallonne! Or de nouveaux moyens arriveront, fatalement. On peut même préciser que ces nouveaux moyens n’ont cessé d’augmenter ces dernières années.

Bref, si cette progression se maintient, les invests seront encore plus riches dans cinq ans qu’aujourd’hui.

Faut-il vraiment en rajouter?

D.V.