Photovoltaïque: les petits producteurs payeront… deux fois

Si vous produisez moins d’électricité que ce que vous consommez, vous payerez… deux tarifs : un pour la consommation, un pour l’injection.

Martial DUMONT
Photovoltaïque: les petits producteurs payeront… deux fois
BELGIUM SOLAR PANEL ON THE ROOF ©Reporters

La saga photovoltaïque est loin d’être terminée. Dernier avatar en date d’un dossier qui déchaîne les passions: le tarif d’injection sur le réseau (55euros environs par KWc) dont devront s’acquitter les propriétaires de panneaux à partir du 1er octobre.

Mardi, on apprenait qu’Ores, dans son projet, ne comptait pas proposer d’exonération pour la première tranche de 3KWc. Alors que le régulateur wallon (la Cwape) le préconise dans son récent rapport commandité par le gouvernement wallon.

Aujourd’hui, nouvelle surprise: si vous êtes détenteur de panneaux et que vous produisez moins d’électricité que ce que vous consommez en réalité (pour cause de mauvaise exposition, par exemple), vous payerez… deux fois l’utilisation du réseau.

Exemple: vous consommez 5 000kW/heure par an et vous en produisez 4 000. Pour Ores, vous avez «pompé» 1 000kW/heure. Et il vous facture donc un tarif d’utilisation de réseau au pro rata de cette consommation.

On aurait pu croire qu’à l’avenir, le forfait de 55euros allait donc englober ce tarif de consommation.

Il n’en est rien. Dès le premier octobre, vous payerez donc un tarif de consommation ET un tarif d’injection. Alors que ceux qui produisent plus que ce qu’ils ne consomment ne payeront, eux que le tarif d’injection de 55euros par KWc.

Question: pourquoi Ores ne permet-il pas à ces clients photovoltaïques de fournir le relevé d’index de leur compteur vert, comme chacun le fait tous les ans pour le compteur normal? Cela permettrait en effet de payer le tarif d’injection au pro rata de ce qui est injecté et non de manière forfaitaire. Ce que les clients font par ailleurs lorsqu’ils fournissent leur relevé à la CWAPE afin de monnayer leurs certificats verts

Double réponse d’Ores: d’abord, ce n’est juridiquement pas possible actuellement. Ensuite, Ores n’a pas le pouvoir ni les moyens techniques d’aller demander ses données à la CWAPE…

Tous les prosumers payeront

Par ailleurs enfin, Ores a confirmé hier que les producteurs photovoltaïques ne seront pas les seuls à payer un tarif d’injection.

Tous les «prosumers» qui sont reliés au réseau basse tension et y injectent de l’électricité sont concernés. Si vous possédez une petite éolienne ou encore un ancien moulin à vent ou à eau produisant de l’électricité réinjectée le réseau, vous serez donc logés à la même enseigne.