Abus sexuels sur mineurs: l’Église a reçu 307 plaintes en 2012, 90 victimes indemnisées

Au total, 307 communications ont été faites lors de l’année 2012 auprès des dix points de contact de l’Église pour les abus sexuels sur mineurs dans le cadre d’une relation pastorale. 90 victimes ont par ailleurs déjà obtenu une compensation financière l’année dernière.

Abus sexuels sur mineurs: l’Église a reçu 307 plaintes en 2012, 90 victimes indemnisées
église, prêtre, curé, enfant, pédophilie ©Associated Press / Reporters

Le Dr Manu Keirse de la KUL, président de la commission interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes, et Mgr Guy Harpigny, évêque de Tournai et évêque référendaire francophone, ont fait le point ce mercredi.

Dans le détail, 76% des plaintes proviennent de la région néerlandophone du pays, 13% de l’archidiocèse de Malines-Bruxelles et 11% de la région wallonne. Au moment de la communication, 83% des victimes avaient plus de 40 ans et 37% plus de 60 ans. Plus de trois quarts (76%) des victimes sont de sexe masculin et 24% de sexe féminin.

Un abuseur sur deux était un prêtre

Par ailleurs, la majorité des abuseurs étaient au moment des faits, des prêtres (48%), des religieux (31%) ou des frères (11%). Environ la moitié des faits (45%) se sont déroulés dans des écoles et environ 24% dans des paroisses.

Dans 40% des communications, une compensation financière a été reconnue à la victime, même s’il semble que la compensation financière ne soit pas l’aspect principal de la guérison et de la reconnaissance pour la majorité des victimes, a notamment expliqué le Dr Keirse.

Maximum 25.000 euros

La compensation financière la plus fréquemment accordée est comprise entre 2.500 et 5.000 euros (39 personnes). Neuf victimes ont cependant bénéficié de compensations qui se situent entre 20.000 et 25.000 euros.

«Ce rapport fait suite à la brochure ‘une souffrance cachée’, nous voulons poursuivre dans la voie de la transparence», a commenté Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers et évêque référendaire néerlandophone. Il a souligné qu’en plus de la mise sur pied des dix points de contact, l’Eglise a établi une commission interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes dans une relation pastorale, et ce afin de mettre l’accent sur la prévention.

Enfin, les intervenants ont rappelé que 621 plaintes ont été réceptionnées par le Centre d’Arbitrage proposé par la Commission parlementaire spéciale relative au traitement d’abus sexuels et de faits de pédophilie dans une relation d’autorité, en particulier au sein de l’Église. Les points de contact ont par ailleurs renvoyé 46 personnes directement au Centre d’Arbitrage.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...