3. La Cwape prévient : attention à la facture pour les abonnés (2009)

En 2009, les Wallons investissent dans le photovoltaïque, poussés par le plan Solwatt. Conséquence: une hause prévisible des certificats verts. La Cwape prévient: attention aux abonnés, ce sont eux qui pourraient payer la facture.

Y.R.
3. La Cwape prévient : attention à la facture pour les abonnés (2009)
photovoltaiques ©Fotolia

Début 2009, les chiffres se confirment : poussés par le plan Solwatt, les Wallons investissent dans le photovoltaïque. Près de 2 800 dossiers concernant des installations photovoltaïques ont été rentrés en 2008. Au point que la Cwape soit dépassée par les demandes.

« C'est clair, on n'était pas prêts lorsque le plan Solwatt a été lancé », assume à l'époque Françis Ghigny, président de la Cwape. La Commission wallonne de l'énergie s'est retrouvée débordée « par des demandes plus nombreuses qu'escompté » et par « une procédure pas très cohérente.»

S'il fallait encore une preuve, la voici : en mai, la Cwape confirme ses projections (lire en page 3 et 4). Elle prévoit «un excès important au niveau de l'offre de certificats verts dès 2009, excès conduisant fin 2012 à un stock de certificats verts représentant plus que le quota effectif de cette même année. »

Dès lors, la Cwape recommande une réévaluation du nombre de certificats verts octroyés. Et aussi une révision à la hausse des quotas d'énergie verte imposés aux fournisseurs, en fonction des objectifs européens. Selon elle, il faut aller vite et «jusqu'en 2020, voire 2025, afin d'offrir une visibilité à long terme pour l'ensemble du secteur électrique. »

Elle prévient aussi : si rien n'est fait, attention aux conséquences sur la facture des abonnés. « Ces augmentations de quota représentent le minimum à décider rapidement pour garantir la stabilité et l'équilibre du marché des certificats verts, en tenant compte des projets sur la table. Cette décision se veut prudente car elle minimise le coût pour les consommateurs wallons tout en permettant de rencontrer les objectifs européens assignés à la Belgique (lire page 18) ».

Changement de coalition au gouvernement wallon

Mi-2009. Après les élections régionales, Jean-Marc Nollet (Écolo) devient ministre wallon de l'Énergie, dans un gouvernement PS-cdH-Ecolo.

Première décision photovoltaïque le mardi 13 octobre : alors qu'on aurait pu s'attendre à une éventuelle adaptation du système d'octroi des certificats verts, le ministre préfère mettre fin à la prime régionale à l'investissement de 3 500 €. « Le secteur est mûr », dit-il. D'autant que le prix d'achat des panneaux a baissé.

Notons, au passage, que la mesure fait grand bruit. D'abord parce queAndré Antoine, devenu ministre du Budget de la Région et de la Communauté, dit ne pas être au courant (lire encadrée). Ensuite parce qu'elle est... antidatée et court à partir du 6 octobre, soit une semaine avant la décision du 13 octobre.

Au Parlement wallon, le cdH - Maxime Prévot, Dimitry Fourny et Michel Lebrun – montent au créneau, pour relayer les inquiétudes du secteur et, surtout, pour défendre un des projets phare d'André Antoine sous la précédente législature.

Dans l'opposition, le MR suit, mais sur un autre ton.Hervé Jamar, notamment, dénonce : « Ce qui était adulé il y a moins de dix-huit mois devient banni actuellement».

Deux mois plus tard, le 10 décembre 2009, Edora, la Fédération des énergies renouvelables, revient, elle, à la charge sur l'essentiel : le problème des certificats verts.

Elle confirme le constat de la Cwape dans un communiqué : «Le marché des certificats verts est en excès. Le stock cumulé prévu à l'horizon 2012 représenterait plus que le quota effectif de cette même année. Le risque d'un effondrement des prix de marché du CV est réel, et une tendance baissière est déjà constatée aujourd'hui. Le marché est inquiet. »

3. La Cwape prévient : attention à la facture pour les abonnés (2009)

+ NOTREFORUM | Saga du photovoltaïque: réagissez ici