Vers un gel des certificats verts

Pour éviter la répercussion du coût des certificats verts sur votre facture, Nollet propose de «les mettre en réserve »

Martial DUMONT
Vers un gel des certificats verts
BELGA ILLUSTRATIONS ELECTRABEL INVOICES ©Belga

Décidément, l’ «Electricgate » continue à faire des étincelles. Singulièrement autour de Jean-Marc Nollet.

Hier, nos confrères du Soir annonçaient qu'un accord avait été trouvé au gouvernement afin d'exonérer les grosses entreprises de la répercussion sur leurs factures du coût engendré par l'engorgement du marché des certificats verts. Un coût qui, pour certaines, met carrément en péril leur trésorerie et leur compétitivité.

Mais le journal vespéral annonçait également que, en corollaire, ce sont les ménages qui devront assumer seuls la répercussion de ce fameux engorgement.

À l’analyse, il est vrai qu’on peut se poser des questions. Si on regarde les factures des particuliers, on s’aperçoit en effet que, depuis septembre, «le tarif de transport pour l’obligation de service public pour le financement des mesures de soutien aux énergies renouvelables en Wallonie» est passé de 1 à 13euros par mégawattheure. Et au total, on sait que, durant les 15 prochaines années (le temps de garantie de revente des certificats à 65euros au gestionnaire de réseau), le coût global à répercuter sur les factures sera de 2,5 milliards d’euros!

L’électricité moins chère ?

Bref, si aucun mécanisme n’est trouvé, les particuliers vont trinquer. Et c’est précisément ce que Jean-Marc Nollet dit ne pas vouloir. Contrairement à ce qu’annonce «Le Soir », estime le ministre Écolo, il existe bel et bien actuellement sur la table du gouvernement une proposition pour éviter que les particuliers comme les entreprises ne subissent le coût de l’aide démesurée au photovoltaïque.

La philosophie: une «mise en réserve » des certificats verts. Concrètement, les particuliers pourraient continuer à toucher leurs certificats verts (dans le cadre du nouveau système qui traîne à venir). Mais le gestionnaire des réseaux de transport les garderait au chaud et ne les remettrait pas sur le marché de l’électricité verte. Le temps que la bulle se dégonfle et que le marché soit assaini.

Par la suite, le stock ainsi constitué pourra être écoulé sans que le gestionnaire soit obligé de répercuter son coût sur la facture du consommateur.

Selon le cabinet Nollet, à terme ce système pourrait donc… faire diminuer la facture des clients et non la faire augmenter comme on pourrait le craindre.

Mais tout cela n’est toujours qu’une proposition. Et on sait combien, pour l’instant, tout ce qui sort de la bouche de Jean-Marc Nollet est considéré comme sujet à caution par ses petits camarades de jeu PS et surtout cdH au gouvernement wallon…

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...