Ford Genk: les syndicats socialistes veulent un fonds social pour les PME proches

Les syndicats socialistes SETCa et FGTB-Métal plaident pour la création d’un fonds social pour les travailleurs de nombreuses PME qui ont à souffrir de la fermeture de Ford Genk.

Ford Genk: les syndicats socialistes veulent un fonds social pour les PME proches

La fermeture de l’usine n’a pas qu’un effet sur les travailleurs de Ford Genk et les fournisseurs directs. Les milliers de personnes travaillant dans les PME dépendant économiquement du constructeur automobile voient l’avenir d’un mauvais œil. C’est notamment le cas au sein des services de soutien pour la logistique et le catering, du garage Ford situé au coin, etc.

«Nous recevons de nombreuses questions de nos membres qui nous demandent ce que l’on compte faire pour ce groupe important», indique Carine Meuwis, du SETCa. «Ils craignent que les négociations sociales ne se concentrent que sur les travailleurs de Ford et les fournisseurs directs et que les autres, des entreprises impliquées dans une moins large mesure, restent sur le carreau.»

Le SETCa et la FGTB-Métal veulent donc mettre ce problème sur la table lors des négociations sur le plan social, qui se poursuivront mercredi prochain. «Nous plaidons pour la création d’un fonds social, spécifiquement prévu pour aider les personnes de ces PME à trouver un autre travail», explique Carine Meuwis.

«De cette manière, nous sommes certains que tous les travailleurs qui sont touchés par ce drame seront aidés d’une façon ou d’une autre pour construire un nouvel avenir.»

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.