La surpopulation carcérale toujours plus importante

Depuis 1997, l'écart entre les places disponibles dans les prisons belges et le nombre de détenus n'a cessé de croître. Et les nouveaux établissements programmés n'apporteront qu'une partie de solution.

A.W.
La surpopulation carcérale toujours plus importante
Prison de Namur : 19 évasions musicales ©Philippe Berger

La direction générale des établissements pénitentiaires (EPI) annonce la création de nouveaux établissements pénitentiaires pour 2016. Concrètement, cela représente 2.500 places (contre1 806 initialement annoncées). Pas suffisant pour stopper la surpopulation dans les prisons.

Pour 2012, les statistique fédérales évoquaient11.107 détenus pour8.930 places disponibles. Soit 2.200 places manquantes.En tablant sur une évolution moyenne de 200 à 300 détenus par an, il resterait en 2016, une surpopulation de l'ordre de 900 détenus.Or, avec de nouveaux établissements d'une capacité de 300 places (Termonde, Beveren, Marche-en-Famenne et Leuze-en-Hainaut , ainsi que les centres psychiatriques fermés d'Anvers et de Gand), l'Etat fédéral peut déjà lancer de nouveaux chantiers. D'autant que l'Etat belge loue 650 places dans une prison au Pays-Bas depuis 2010 mais que l'accord, qui coûte chaque année37,6 millions d'euros était prévu jusqu'au 31 décembre 2012.

Si les chiffres de prisonniers en préventive(30%) interpellent, l'utilisation des bracelets électroniques reste marginale comme le montre notre graphique.

La carte des prisons belges

En rouge, les établissements en surpopulation.