C’est que je connais le droit

Son arme fatale, c’est le droit. Il le maîtrise mieux que quiconque et dégaine à tout va. Si une petite poussière juridique se glisse dans les recoins d’une décision, c’est lui qui la repère. Souvent après l’avoir traquée avec gourmandise. Voici donc le «citoyen procédurier».

Dominique VELLANDE

Son obsession pour le juridisme est constante. Il n’est pas loin de penser que tout peut être querellé. À condition bien sûr d’y consacrer le temps nécessaire. Et il a le temps.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...