Le prix des certificats verts en chute

Le marché des certificats verts est sursaturéet la spéculation plus risquée. Un conseil : choisissez le prix garanti à 65 euros.

Martial DUMONT
Le prix des certificats verts en chute
Panneaux photovoltaïques ©ÉdA – Prétexte – 10775484686

C’est le député wallon MR Jean-Luc Crucke qui soulève le lièvre ce mardi en commission Energie de la Région wallonne: l’offre en certificats verts pour production d’électricité photovoltaïque est actuellement beaucoup plus élevée que la demande. Du coup, les prix chutent. Et il est de plus en plus difficile de revendre ses certificats si vous avez décidé de les négocier vous-même au lieu de passer par Elia via lequel la Région garantit un prix immédiat de 65euros par certificat.

Autre preuve de l’étranglement du marché photovoltaïque wallon: Belpex, la bourse des certificats verts, a suspendu ses activités sur les certificats wallons depuis novembre.

La raison de cette inflation de certificats qui ne s’écoulent plus sur le marché est simple: l’annonce de la suppression des avantages fiscaux sur le photovoltaïque a provoqué un rush dans les investissements dont la concrétisation en travaux s’étendra jusque mai. Pendant plusieurs mois encore, donc, le nombre de certificats va gonfler. D’autant que ceux susceptibles d’acheter ces certificats (en gros les fournisseurs d’énergie) n’achètent plus dès qu’ils ont atteint leur quota d’électricité verte à produire.

En clair, ceux qui choisissent, lors de leur relevé trimestriel, la sécurité via la garantie à 65euros sont tranquilles. Pour les autres qui choisissent de négocier avec le plus offrant, ça devient problématique voire risqué.

Certains courtiers peu scrupuleux proposent d’ailleurs actuellement de racheter des certificats en dessous de 65euros, profitant de la panique de certains qui ont peur de rester avec leurs certificats sur les bras et sont prêts à les lâcher à plus ou moins vil prix. Le but des spéculateurs étant évidemment de revendre les certificats le jour ou le prix repartira à la hausse sur le marché.

Dégonfler la bulle

Toute la question actuelle est donc: comment dégonfler la bulle des certificats et éviter que les prix ne s’effondrent ?

Le gouvernement wallon a apporté une réponse partielle récemment en augmentant dès l’année prochaine les quotas de production d’électricité verte de fournisseurs. En 2013, par exemple, Electrabel devra produire 19% de vert au lieu de 15 actuellement.

Autre piste actuellement analysée par les acteurs du secteur: donner la possibilité de revenir au système des 65euros garantis même si, au départ, on a choisi le système de vente direct et spéculatif. Ce qui n’est actuellement pas possible puisque la décision qui est prise par le producteur photovoltaïque est irrévocable jusqu’au prochain relevé.

Jean-Marc Nollet, ministre de l’Energie, ne s’inquiète en tout cas pas. Pour lui, la bulle va se résorber petit à petit. Et quand on sait que des certificats restent « vendables » pendant cinq ans, il estime que les producteurs n’ont pas à s’en faire.¦