"The Last of Us", la nouvelle pépite HBO programmée pour régner

L’épilogue de la saison 1 de "The Last of Us", nouveau fleuron d’HBO diffusé chez nous par Be tv, c’est pour ce soir. Le début d’un (long) règne ? Analyse de ce phénomène issu de l’univers du gaming.

 Pedro Pascal et Bella Ramsey, un duo qui fonctionne.
Pedro Pascal et Bella Ramsey, un duo qui fonctionne. ©Be tv

Clap de fin ? Non, plutôt le début d’une success-story annoncée: The Last of Us, c’est "la" série du moment, dont la première saison connaîtra, ce soir, son épilogue sur Be tv. Analyse.

1. C’est quoi, "The Last of Us" ?

À la base, un jeu vidéo au succès mondial. Il met en scène des personnages contraints de survivre dans un monde post-apocalyptique après avoir été ravagé par un champignon baptisé Cordyceps. Depuis 2013, ce jeu, qui a connu deux opus (et une extension), s’est écoulé à plus de 30 millions d’exemplaires. C’est peu dire que son adaptation au format sériel était très attendue.

2. HBO, la machine à cartons

Comme souvent, c’est HBO ( Succession, Game of Thrones) qui a senti le bon filon. Et mis en chantier l’adaptation. La saison 1 suit d’assez près l’intrigue du jeu vidéo, et à la trace le duo formé par Joel et Ellie. Le premier, un père qui a vu mourir sa fille aux premiers jours de l’épidémie, doit protéger la seconde, dont le sang pourrait bien constituer l’antidote parfait contre ce sale virus, qui change les contaminés (les "infectés") en "zombies" bien plus vivaces que ceux de The Walking Dead.

3. Un casting parfait

Une bonne série, c’est d’abord une bonne histoire, mais aussi un excellent casting. Celui de The Last of Us tutoie la perfection: ce beau gosse de Pedro Pascal confirme qu’il est l’un des acteurs les plus influents du moment, lui qui emmène déjà la distribution de la série Disney + The Mandalorian, tandis que la jeune Bella Ramsey est la fantastique révélation du programme. À 19 ans, cette jeune Britannique au physique atypique est bien partie pour imposer, dans la durée, son regard volontaire et son énergie débordante. Et si la fin de la première saison est annoncée dramatique, on sait déjà qu’elle sera, tout comme Pedro Pascal, au casting de la saison 2. Ouf.

4. Juste le début

Toutes plateformes confondues, The Last of Us, par exemple diffusé par Amazon en France (mais sur Be tv en Belgique), a déjà conquis plus de 30 millions de téléspectateurs. La série a donc déjà été prolongée pour une deuxième saison, calquée sur le deuxième jeu. Mais Craig Mazin, l’un de ses showrunners, a déjà estimé que son intrigue ne pouvait être réduite à une seule saison. Le début d’un règne ?

Be1, 20.30

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...