"J'ai envie de l'aider": Julien Lepers dénonce le “lynchage médiatique” autour de Pierre Palmade

Interviewé dans un podcast ce lundi 6 mars, Julien Lepers s'est exprimé sur l'affaire Pierre Palmade et a affirmé son soutien à l'humoriste malgré la gravité de ses actes.

Julien Lepers Bruxelles
Julien Lepers Bruxelles

Depuis le 10 février, les personnalités sont nombreuses à s'exprimer au sujet du grave accident de la route que Pierre Palmade a provoqué sous l'emprise de stupéfiants. Ce lundi 6 mars, c'est au tour de Julien Lepers, invité du podcast "LA série", de donner son avis sur la question, alors qu'on apprenait ce mardi 7 mars la remise en liberté sous contrôle judiciaire de l'humoriste.

Il a ainsi indiqué que la société d'aujourd'hui pouvait lui faire peur à cause du "lynchage médiatique". "On lèche, on lâche, on lynche. La règle des trois L. Tu ne sais pas pourquoi on te lynche", a-t-il constaté. Et d'illustrer sa théorie avec l'affaire Palmade. "Avant le procès, il est déjà mort. Qu'on fasse le procès de quelqu'un, il y aura une défense. Il y aura une attaque. Il y aura des juges. Ca, c'est un procès. Tu es déjà mort avant le moindre procès. Palmade, il n'y pas de procès, rien du tout, il est déjà mort", a-t-il regretté.

"Il a besoin d'aide"

Pour l’ancien présentateur de Questions pour un champion, celui qui a pris le volant sous l’emprise de la cocaïne a besoin d’aide. C’est l’une des raisons pour lesquelles il a choisi le camp Palmade dans cette affaire. "J'ai envie de l'aider, tellement il est lâché, a déclaré l'animateur avant de préciser qu'il était également compatissant envers les victimes : Je ne suis pas juge, mais je pense à lui tout simplement, comme je pense aussi aux victimes qui n'ont rien fait à personne, qui tout d'un coup sont dans la misère totale".

Outre Julien Lepers, le comédien semble encore pouvoir compter sur l'humoriste Alex Lutz avec qui il a collaboré, et qui, en s'exprimant récemment sur l'affaire, n'a souhaité ni condamner ni soutenir explicitement l'ex-compagnon de Véronique Sanson.

En garde à vue, l’humoriste de 54 ans a reconnu avoir consommé de la cocaïne et des drogues de synthèse, avant de prendre le volant, selon le parquet de Melun. Il a été mis en examen pour homicide et blessures involontaires par conducteur ayant fait usage de produits stupéfiants en état de récidive légale. L’enquête se poursuit sous l’égide d’une juge d’instruction.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...