Proximus a perdu des milliers de clients TV en 2022: "Ils ne sont pas partis chez VOO ou Telenet"

L’abonnement à la TV digitale amorce son recul en Belgique, comme le montrent les pertes de clients enregistrées en 2022 par les opérateurs Proximus et Telenet. En cause : les “cord-cutters”, ceux qui quittent la télé à l’ancienne au profit du streaming légal, illégal, payant et/ou gratuit.

Proximus CEO Guillaume Boutin pictured during a press conference to announce the 2022 year results of Proximus, in Brussels, Friday 17 February 2023. BELGA PHOTO ERIC LALMAND
Paradoxalement, en perdant moins de clients TV que ses concurrents, Proximus gagne des parts de marché dans le secteur, souligne le CEO Guillaume Boutin.

Le services de télévision digitale Proximus Picxk mais aussi celui de sa sous-marque Scarlet entrent lentement mais sûrement dans une phase de déclin en Belgique.

Entre début avril et fin décembre 2022, ces deux plates-formes ont perdu 23 000 clients (-1,27 %). Dans le détail : -1 000 entre début avril et fin juin, -13 000 entre début juillet et fin septembre, -9 000 entre début octobre et fin décembre.

Taille du portefeuille fin décembre 2022 : 1 710 000 clients.

VOO dévoile ses projets 2023 : connexion des zones blanches, gigabit pour 50 % des Wallons, nouveau modem…

La faute aux “cord-cutters”

Ce n’est pas encore l’hémorragie mais la pente savonneuse est perceptible.

En ligne de mire : le phénomène du “cord-cutting” et les “cord-cutters”, ces abonnés qui coupent le cordon de la TV digitale au profit du streaming payant (Netflix, Disney +…) et gratuit (YouTube, Auvio…), des services illégaux d'IPTV...

“Il y a une tendance structurelle du marché vers du cord-cutting”, confirme Guillaume Boutin, le CEO de Proximus. “L’année dernière, je pense qu’on a atteint probablement le pic de la pénétration des services de télévision via des canaux traditionnels. On va commencer à voir une diminution progressive du nombre de clients TV qui sont fournis par les opérateurs télécoms. Ces clients, ils sont donc partis pour des raisons de structure de marché. Les jeunes en particulier, mais aussi les moins jeunes, décident de ne plus souscrire à des services de télévision fournis par les opérateurs. ”

Une sous-marque au tarif inchangé depuis 28 mois ridiculise Proximus, Orange et même… son propriétaire

Des parts de marché prises à Telenet et VOO

“Où sont partis ces clients ? ”, s’interroge Guillaume Boutin. “Pas chez Telenet ni chez VOO. C’est quoi la dynamique du marché aujourd’hui ? On gagne des parts de marché dans le monde de la télévision. On en prend à Telenet, on en prend à VOO, grâce à la fibre, grâce à notre progression dans le nord du pays. Quand vous regardez les chiffres du marché, la décroissance de Proximus est inférieure à la décroissance annoncée par d’autres opérateurs. ”

Force est de constater que la télévision digitale de Telenet perd bien plus sérieusement des plumes que celle de Proximus.

-3,8 % en douze mois chez Telenet

Présent en Flandre, à Bruxelles et dans la botte du Hainaut, l’opérateur flamand laisse filer depuis deux ans plus de 10 000 clients TV chaque trimestre.

En douze mois, la télé de Telenet a basculé de 1 762 000 clients (fin décembre 2021) à 1 694 700 clients (fin décembre 2022). Soit une sérieuse contraction de 3,8 %.

Pour amortir le choc, Telenet entend proposer ses services fixes (Internet, TV) en Wallonie sur le réseau de VOO une fois que le rachat du câblo-opérateur wallon par Orange aura été validé par la Commission européenne (fin mars 2023 ?). Telenet et Orange ont déjà signé un accord dans ce sens.

Orange et Telenet signent un accord historique au profit de la concurrence entre opérateurs en Wallonie
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...