Ethylotest antidémarrage: une sanction efficace mais trop chère

Le ministre de la Mobilité estime qu’il faut rendre plus accessible, et plus souple, la sanction de l’éthylotest en cas d’ébriété au volant.

Jean-Christophe Herminaire
 Le ministre Gilkinet s’est prêté à un essai de l’éthylotest antidémarrage. Pas si simple quand on n’est pas habitué.
Le ministre Gilkinet s’est prêté à un essai de l’éthylotest antidémarrage. Pas si simple quand on n’est pas habitué. ©BELGA 

L’éthylotest antidémarrage imposé aux conducteurs condamnés pour ivresse au volant est une sanction qui fonctionne. C’est la conclusion de l’Institut Vias à l’issue d’une étude menée, sur deux ans, auprès de juges et de 708 utilisateurs du système. À peine 2% des conducteurs équipés ont été décelés positifs par l’éthylotest, preuve selon Vias d’une prise de conscience de la plupart des contrevenants, qui réussissent rapidement à adapter leur comportement.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...