Tintin en numérique: pourquoi (et comment) les ayants droit d’Hergé se lancent dans les NFT

Tintinimaginatio, l’ex-société Moulinsart, va lancer les deux premiers NFT estampillés Tintin. Dévoilés hier, ils concernent la couverture du " Lotus Bleu ". Et marquent un tournant dans la gestion commerciale de l’héritage d’Hergé.

Michaël Degré
 Cette œuvre numérique a été conçue à partir d’un dessin préparatoire d’Hergé, jadis retrouvé plié en six dans les archives des éditions Casterman.
Cette œuvre numérique a été conçue à partir d’un dessin préparatoire d’Hergé, jadis retrouvé plié en six dans les archives des éditions Casterman. ©Hérgé – Tintinimaginatio 2023

Ce sont, quelque part, le vieux et le nouveau monde qui entrent en collision: ce lundi, la maison française de ventes aux enchères Artcurial annonçait la mise en vente du dessin original qui a servi pour la couverture de Tintin en Amérique ; et ce mardi, c’est Tintinimaginatio, l’ex-société Moulinsart, qui s’est distinguée avec le lancement des deux premiers NFT estampillés Tintin, lesquels ont pour thème la couverture du Lotus Bleu. Un événement imaginé "à l’occasion du 94e anniversaire " du célèbre reporter, prévenait, en ouverture de conférence de presse, Didier Platteau, le directeur éditorial des éditions Moulinsart. Mais surtout le fruit d’une stratégie numérique qu’il est intéressant et utile de décrypter.

1C’est quoi, les NFT ?

Ils ne sont pas encore connus du très grand public, mais sont en train de révolutionner la notion même de propriété sur la toile, et notamment dans le milieu de l’art: un NFT (pour "non-fungible token", ou "jeton non fongible" en français), est – pour faire simple – une propriété numérique authentifiée par un certificat. Une sorte d’archive numérique, qui peut être composée de texte, de photo(s), de vidéo(s), de dessin(s)… voire de tout ça à la fois. Dans le domaine de l’art, il peut s’agir de productions originales, conçues exclusivement pour le web, mais aussi de reproductions ou de déclinaisons d’œuvres connues.

Jurgen Poelzl, le patron autrichien de ArtèQ, la société avec laquelle Tintinimaginatio a collaboré pour la mise en circulation de ces NFT Tintin, possède ainsi un NFT du Baiser de Gustav Klimt. Il a fait installer, chez lui, un écran adapté afin d’en profiter. Et croit dur comme fer en ce nouveau marché: "Des constructeurs comme Samsung ou Philips développent des écrans uniquement conçus pour cet usage", assure-t-il.

2Deux types de NFT, deux prix

Pour son baptême du feu dans le métavers, Tintinimaginatio a choisi de mettre en valeur un titre symbolique de Tintin, à savoir Le Lotus Bleu. Et plus particulièrement sa fameuse couverture, qui fut au centre d’une vive polémique il y a un peu plus de deux ans, Nick Rodwell accusant la famille Casterman de vendre un dessin préparatoire – finalement adjugé à 2,6 millions € – qui ne lui appartenait pas.

C’est ce dessin préparatoire, retrouvé plié en six dans les archives de l’éditeur, qui est donc mis en scène dans ce NFT. Ou, plutôt, ces NFT, puisqu’il s’en vendra deux types lorsqu’ils seront mis en circulation "dans les mois à venir", selon Yves Février, directeur des nouvelles technologies chez Tintinimaginatio: d’un côté des NFT dits utilitaires, dont les 777 exemplaires seront vendus entre 650 et 750 €, et qui, en plus d’un cadre abritant une version "papier" de l’œuvre (et au verso un certificat d’authenticité), offrira à ses acquéreurs des privilèges (des "utilities") ; de l’autre, 1 777 NFT purement numériques en haute définition, qui seront associés à la véritable histoire du dessin, racontée par le célèbre tintinophile Philippe Goddin dans un livret explicatif et authentifié, lui aussi, par l’ayant droit. "Parce que, poursuit Yves Février, c’est la connaissance d’une œuvre qui fait aussi sa valeur."

Il est toutefois paradoxal que cette "connaissance" puisse être "capturée" par les quelques privilégiés qui auront fait l’acquisition de ces œuvres numériques: "Ces NFT vont circuler, l’information aussi, donc. Et cela ne nous empêchera pas de promouvoir cette œuvre de façon plus générale par ailleurs", rétorque-t-on chez Tintinimaginatio.

3Compléter les collections

La question semble naturelle: comment Tintinimaginatio peut-il vendre, via des NFT, un dessin… qui ne lui appartient pas ? "Le propriétaire n’est pas au courant… à moins que ce soit l’un d’entre vous", s’amusait ce mardi midi Yves Février, qui assurait ensuite n’avoir "pas besoin" de son accord. Et pour cause: l’exploitation de ce dessin sous forme numérique relèverait ici du droit moral, lequel est du ressort de l’ayant droit. Quant au fichier utilisé, il provient d’une numérisation effectuée à l’occasion de l’un des prêts du dessin à la Fondation Hergé.

Outre de développer un autre modèle économique, les NFT pourraient donc aussi permettre à la société Tintinimaginatio de compléter ses collections, lesquelles ne comportent "que" 85% des dessins originaux d’Hergé, les 15% restants étant des dessins dits "hors patrimoine". "Les NFT, reprend le responsable des nouvelles technologies de la société, vont donc nous permettre de travailler sur ce ‘‘hors patrimoine’’. Et de, par exemple, créer un musée imaginaire où nous pourrions exposer des œuvres… que nous ne possédons pas. "

Quant aux futurs propriétaires de NFT Tintin, ils ne pourront pas exploiter commercialement leurs acquisitions autrement que par le biais de la spéculation.

4Contourner l’écueil 2054

En 2054, Les aventures de Tintin tomberont dans le domaine public, à l’issue de la durée de protection du droit d’auteur. Un fameux écueil pour Nick Rodwell et sa société, pour qui les NFT pourraient bien représenter une sacrée bouée de sauvetage, puisqu’ils relèveraient, eux, du droit moral.

Du moins, si le marché du NFT réagit positivement à l’introduction de l’œuvre d’Hergé sur le métavers: "Les NFT nous permettent d’envisager une gestion du patrimoine à plus long terme", estimait Yves Février ce mardi à propos de cette échéance. Il faut d’ailleurs noter que les ayants droit de l’œuvre d’Hergé toucheront une commission à chaque (re)vente d’un NFT issu de l’univers du dessinateur bruxellois.

5Et maintenant ?

Il va de soi qu’on va scruter, du côté de chez Tintinimaginatio, la façon dont réagira le marché à ce lancement. Pour, sans doute, proposer d’autres NFT dérivés de l’univers de Tintin dans les prochains mois et années: "Il y a cogitation", confirme sobrement Yves Février. On n’en attendait pas moins.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...