Annie Colère [CRITIQUE] - Au service du corps des femmes

Blandine Lenoir et Laure Calamy retracent, dans un film où la joie côtoie les larmes, le combat jadis mené par le MLAC pour la légalisation de l’avortement.

Michaël Degré
 Les antennes du MLAC apprenaient aussi aux femmes à mieux connaître leurs corps.
Les antennes du MLAC apprenaient aussi aux femmes à mieux connaître leurs corps. ©Aurora Films/Local Films 

Nous sommes en février 1974. Et il fait froid à Nevers, où Annie travaille dur dans une usine de fabrication de matelas, en plus de s’occuper de son foyer. Il fait froid, aussi, dans son cœur, depuis qu’elle est tombée enceinte. Car, déjà mère de deux enfants, Annie le sait: elle ne veut pas de cette grossesse. Aussi, elle pousse la porte d’une librairie du coin où, paraît, on pourrait "l’aider".

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...