Covid : faut-il s’inquiéter du nouveau variant très contagieux XBB.1.5 ? “Il est déjà probablement chez nous”, affirme Steven Van Gucht

Le nouveau sous-variant d’Omicron XBB.1.5, très contagieux, est en passe de devenir dominant aux États-Unis. Doit-on le craindre ? Peut-il provoquer une nouvelle grande vague en Belgique ? Le virologue Steven Van Gucht fait le point sur la situation sanitaire.

La Rédaction de L'Avenir
 Steven Van Gucht.
Steven Van Gucht. ©Photo News

Les autorités scientifiques surveillent actuellement de très près un sous-variant d’Omicron, XBB.1.5, récemment apparu à New York, aux États-Unis. En deux à trois semaines à peine, il représenterait déjà près de la moitié des infections au Covid dans le pays, ce qui ferait de lui un sous-variant bien plus contagieux que ses prédécesseurs.

XBB.1.5 serait né de la fusion de deux sous-variants d’Omicron présents en même temps dans le corps d’un patient américain doublement infecté. Le sous-variant aurait subi des modifications génétiques qui le rendraient plus apte à échapper à nos défenses immunitaires.

”Il est déjà probablement chez nous”

On sait que ce nouveau sous-variant américain très contagieux est déjà présent sur le sol européen. Des cas ont été détectés au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas et même en France. Officiellement, il n’a pas encore été repéré en Belgique. Mais, selon les propos de Steven Van Gucht auprès de nos confrères du Vif : “Il est déjà probablement chez nous.”

”Une certitude : il n’est pas encore dominant. On verra s’il le devient, mais je ne pense pas qu’il sera un game changer qui va tout bouleverser. Cela me semble improbable”, rassure toutefois le virologue dans les colonnes du Vif.

Sa forte progression aux États-Unis doit-elle nous inquiéter ? Steven Van Gucht ne croit pas au scénario d’une grande vague liée à XBB.1.5 sur notre territoire. “Il faut le suivre, mais je ne suis pas trop inquiet. De nouveaux variants vont continuer à se succéder.” Le virologue n’exclut pas d’autres vaguelettes à venir, qui seraient le résultat d’une combinaison entre Covid, grippe et autres virus respiratoires de saison. Chose à ne toutefois pas prendre à la légère, car cela pourrait tout de même provoquer une nouvelle charge sur nos hôpitaux.

“On reste dans la même famille, c’est une bonne chose”

Si Steven Van Gucht se veut rassurant auprès du Vif, c’est surtout parce que XBB.1.5 est un xième sous-variant d’Omicron. “On reste dans la même famille, c’est une bonne chose”, explique-t-il, avant de poursuivre : “S’il y a bien une chose qui continue d’être confirmée partout dans le monde, c’est la bonne protection des vaccins Covid contre les formes graves de la maladie. Elle est durable, encore plus avec le booster. Cela m’étonnerait vraiment que XBB1.5 change cette garantie. ”

Les propos du virologue rejoignent ceux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette dernière n’a pas trouvé nécessaire de classer XBB.1.5 dans la catégorie des variants “préoccupants”, celui-ci ne semblant pas entraîner de maladie plus grave que celle provoquée par les sous-variants Omicron déjà existants.


La situation en Chine, est-ce grave, docteur ?

Lors de son entretien au Vif, Steven Van Gucht est également revenu sur la situation sanitaire en Chine. Pour rappel, le pays d’Asie a mis fin le 7 décembre dernier à sa politique dite du “zéro Covid”. À cause de la mise en place de cette dernière, le taux de vaccination et l’immunité collective contre le Covid sont très faibles dans le pays. Depuis la levée des restrictions, la Chine affronte la plus forte vague de Covid au monde, submergeant les hôpitaux chinois.

Si de nombreux pays s’inquiètent de cette poussée de cas chinois, le virologue tient à relativiser. “La Chine ne doit pas être l’unique préoccupation. Le nouveau variant qui émerge, c’est à New York !” Pour Van Gucht, il s’agit de vieux variants qui circulent actuellement en Chine. “Tant que tout se passe dans la famille Omicron, je n’imagine pas de très grands changements dans le profil des malades”, confie-t-il.

Faut-il alors renforcer le contrôle pour les voyageurs en provenance de Chine ? “Si tous les pays le font, alors oui, la Belgique doit suivre. Mais sans consensus européen, la Belgique ne doit pas le faire, car en agissant seul, l’impact sera très limité. C’est normal qu’il y ait une inquiétude quand on reparle de la Chine car c’est là que la pandémie a débuté. Mais si on fait quelque chose, c’est important de le faire tout ensemble”, conclut le virologue auprès de nos confrères du Vif.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...