Une prime jugée « discriminatoire » par les logopèdes

La prime de 100 millions d’euros promise en 2023 aux prestataires de soins ne fait pas que des heureux. Kinés et logopèdes pointent les conditions d’octroi discriminatoires.

Caroline Desorbay
 Seulement 20% des logopèdes pourraient bénéficier de la prime.
Seulement 20% des logopèdes pourraient bénéficier de la prime. ©Prostock-studio – stock.adobe.co 

La semaine dernière, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Voorruit) annonçait qu’une prime de 100 millions d’euros serait versée en 2023 aux prestataires de soins totalement conventionnés et qui atteignent le seuil d’activité requis dans leur pratique ambulatoire.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...