Tempête [CRITIQUE] - Haras sur le baudet

Ce que ça raconte

Michaël Degré
Tempête [CRITIQUE] - Haras sur le baudet

Quand on naît dans un haras, forcément, ça vous lie au monde des chevaux. C’est le cas de Zoé qui, depuis toute petite, se rêve même jockey. Une ambition bientôt brisée par un vilain accident, dont elle ressortira paraplégique et le moral en berne. Et comme, dans le même temps, le haras familial, incapable de faire gagner ses champions, ne se porte pas au mieux, on ne peut pas dire que ce soit la folle ambiance le soir, quand on se retrouve à table…

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...