Falcon Lake [CRITIQUE] - Les beaux fantômes de l’adolescence

Un lac québécois sert de décor à un récit d’éveil adolescent à l’ambiance de film de genre.

Élise Lenaerts
 Le premier film de Charlotte Le Bon est une adaptation très libre d’un roman graphique de Bastien Vivès («Une soeur»)
Le premier film de Charlotte Le Bon est une adaptation très libre d’un roman graphique de Bastien Vivès («Une soeur») ©Tandem Films

L’été vient de commencer, Bastien, jeune Français de treize ans, arrive dans la région des Laurentides, au Québec, pour des vacances avec ses parents dans un chalet au bord d’un lac. Il retombe sur Chloé, la fille d’amis de la famille et originaires de l’endroit. De deux ans son aînée, elle dégage une aura qui séduit directement Bastien.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...