Tolérance zéro: la magistrature n’en veut pas

Une politique de " tolérance zéro " à l’égard des violences contre la police n’aurait pas empêché le meurtre du policier le 10 novembre, estime l’ASM, l’association qui représente les magistrats.

Interview : Emmanuel Huet
 Les policiers ont manifesté hier. Certains ont la dent dure contre la magistrature…
Les policiers ont manifesté hier. Certains ont la dent dure contre la magistrature… ©Photo News 

L’attaque terroriste à l’égard de deux policiers le 10 novembre dernier a directement généré la colère des policiers et des syndicats. La mort du policier Thomas Monjoie a suscité énormément d’émotion au sein de la profession. Par moments, c’est la magistrature qui a été pointée par la police pour son inefficacité dans le dossier. On lui reproche de ne pas avoir privé de liberté Yassine M., auteur présumé de cette attaque, alors qu’il s’était présenté au commissariat le matin même. Ce lundi 28 novembre, les policiers ont manifesté massivement dans les rues de Bruxelles afin de réclamer plus de respect pour l’uniforme et des moyens supplémentaires.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...