Les crèches en grande difficulté: «On a juste envie de jeter l’éponge!»

Les crèches privées et les accueillantes d’enfants à domicile paient le prix fort de la crise énergétique. Entre pénurie de personnel et manque de places, c’est tout le secteur de l’accueil de la petite enfance qui est en difficulté.

Caroline Desorbay
 La crise énergétique met les crèches privées et les accueillantes à domicile en grande difficulté.
La crise énergétique met les crèches privées et les accueillantes à domicile en grande difficulté. ©Oksana Kuzmina – stock.adobe.com 

"On ne peut pas diminuer la température pour économiser le mazout, ni brader la qualité des repas. Les familles qui s’inscrivent chez moi, le font parce que je suis dans le bio complet, je m’approvisionne uniquement chez les producteurs locaux. Je ne peux pas m’éloigner de mon projet initial. Pour faire face à l’augmentation des prix, j’ai dû me résoudre à augmenter mon tarif journalier de 2 ou 3 euros avec l’accord des parents".

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.