Insultes sur TPMP: Boyard annonce une plainte, Hanouna riposte (vidéo)

L’animateur de télévision Cyril Hanouna a annoncé à son tour qu’il allait poursuivre pour « diffamation » le député LFI Louis Boyard, qui lui-même avait annoncé plus tôt lundi une plainte contre les insultes de l’animateur dans l’émission Touche pas à mon poste, jeudi soir sur C8.

Deuxième round: après s’être écharpés la semaine dernière dans l’émission Touche pas à mon poste, l’animateur Cyril Hanouna et le député LFI Louis Boyard ont poursuivi leurs hostilités à distance lundi, annonçant chacun de leur côté des poursuites en justice.

Dans une conférence de presse à l’Assemblée nationale, Louis Boyard a d’abord annoncé qu’il "déposerait une plainte" pour les insultes en direct jeudi soir de Cyril Hanouna, dans son émission sur la chaîne C8.

"Qu’on soit député ou non, un présentateur n’a pas à insulter quelqu’un en direct pour avoir critiqué le propriétaire de sa chaîne", Vincent Bolloré, a insisté le député Insoumis.

Mais à son retour à l’antenne lundi soir dans Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna a indiqué à son tour qu’il poursuivrait en diffamation Louis Boyard.

"Sachez que nous aussi, on va prendre des mesures. Et on va attaquer pour ce qu’il a pu dire, diffamation, et toute la diffamation qu’il a eu à notre égard", a déclaré l’animateur à la fin d’une émission entièrement consacrée à "l’affaire", où tous les chroniqueurs ont fait bloc derrière leur chef de file.

Jeudi dernier, les échanges en direct entre Cyril Hanouna et Louis Boyard, ancien chroniqueur de "Touche Pas à mon poste" (TPMP), avaient dégénéré quand le second avait accusé les "cinq personnes les plus riches" de France d’ "appauvrir l’Afrique", en citant notamment Vincent Bolloré, propriétaire du groupe Canal+.

"Toi t’es une merde" avait rétorqué l’animateur de l’émission à succès - avec 1,8 million de téléspectateurs en moyenne et des pics à plus de 2 millions - après avoir traité le député d’ "abruti", de "bouffon" et de "tocard".

Sur son plateau lundi soir, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs ne se sont pas privé d’attaquer à nouveau le jeune élu.

Cyril Hanouna a "regretté les propos injurieux" qu’il a pu avoir, mais il a aussi indiqué que "sur la séquence", il "ne s’excusait pas du tout".

L’animateur a rappelé que Louis Boyard avait touché des cachets de C8 pour ses participations à son émission ( "6.784 euros", selon les chiffres donnés par Cyril Hanouna).

Bolloré, « un ami »

Par ailleurs, Vincent Bolloré n’est "pas mon patron", mais "un ami de 20 ans", a-t-il également souligné, pour justifier sa colère face à son ancien chroniqueur.

"Un ami qui m’a toujours soutenu, qui était le seul à m’appeler quand j’avais 200 euros par mois et par semaine parfois (...) le seul qui prenait des nouvelles, le seul", a-t-il dit.

Venus sur le plateau, trois députés de la droite de l’hémicycle (Karl Olive de Renaissance, Pierre-Henri Dumont de LR, Julien Odoul du RN) et un ancien député PS soutien de la majorité présidentielle (Eduardo Rihan Cypel) ont critiqué les insultes de Cyril Hanouna, mais ont réservé leurs mots les plus durs pour Louis Boyard.

"Je pense Cyril que vous avez été catastrophique, notamment dans la forme", a dit Karl Olive, invitant l’animateur vedette à s’excuser "par rapport à l’ensemble des députés et à l’institution".

Mais "il a fait quoi dans sa vie Louis Boyard" a attaqué Pierre-Henri Dumont, brocardant la "stratégie du buzz permanent", tandis que Julien Odoul évoquait "la stratégie de la victimisation permanente".

Lundi, lors de sa conférence de presse, Louis Boyard a quant à lui de nouveau pointé du doigt Vincent Bolloré, "l’incarnation de la Françafrique" selon lui.

"Il est essentiel que les médias conservent leur indépendance par rapport à ces milliardaires", a estimé le député LFI.

Louis Boyard a rappelé que son groupe a déposé une proposition de loi pour "mettre fin à la concentration dans les médias", en "limitant l’accès des actionnaires au capital des grands médias par le biais d’un droit d’agrément".

Il a aussi demandé à Cyril Hanouna d’ "organiser un débat" dans son émission "au sujet des agissements de Bolloré en Afrique".