Charles III fête ses 74 ans, 2 mois après être devenu roi

« Happy birthday » joué par la fanfare de la cavalerie devant Buckingham Palace, coups de canon tirés depuis la Tour de Londres: Charles III a fêté lundi ses 74 ans, son premier anniversaire depuis qu’il est devenu roi en septembre.

Charles III fête ses 74 ans, 2 mois après être devenu roi
©AFP

La photo publiée par le palais de Buckingham le montre tranquillement adossé à un vieux chêne dans une douce lumière automnale. Charles III est devenu lundi le Garde forestier du Grand Parc de Windsor, le château près de Londres qu’aimait tant sa mère, la reine Elizabeth II, à laquelle il a succédé après son décès le 8 septembre.

Un titre de plus pour le monarque qui sera couronné le 6 mai à l’abbaye de Westminster à Londres.

Depuis son arrivée sur le trône, son agenda n’a pas désempli. "Il montre une énergie physique étonnante", s’exclame l’expert de la royauté Richard Fitzwilliams.

En deux mois, Charles III a travaillé avec deux Premiers ministres, l’éphémère Liz Truss, puis Rishi Sunak. "En cette période de turbulences politiques, la monarchie représente un symbole de l’unité nationale, ce qui n’est franchement pas le cas des politiques", relève l’expert.

Dimanche, Charles, désormais commandant des forces armées, a participé à son premier "Dimanche du Souvenir" en tant que roi et a rendu hommage aux victimes des guerres.

Charles III fête ses 74 ans, 2 mois après être devenu roi
©AFP

Engagé de longue date en faveur de l’environnement, il a réuni le 4 novembre à l’occasion de la COP27 en Égypte, dans sa résidence officielle à Londres, chefs d’entreprises, représentants politiques tel l’émissaire américain pour le climat John Kerry, et des personnalités publiques comme la designer Stella McCartney.

Charles III recevra bientôt le président sud-africain Cyril Ramaphosa et son épouse Tshepo Motsepe en visite d’État, la première pour le souverain.

Jet d’œufs

Le roi a déjà voyagé aux quatre coins du pays. A Aberdeen, en Écosse, il a rencontré des réfugiés. A Leicester, il s’est entretenu avec des policiers après des incidents entre les communautés hindoues et musulmanes. A Leeds, il a dit qu’il était prêt à parler du passé esclavagiste, selon Fiona Compton, une artiste et historienne de Sainte-Lucie.

Le tout ponctué de bains de foule... et d’un dérapage. A York, le 9 novembre, un étudiant, militant du groupe écologiste Extinction Rebellion a jeté plusieurs œufs en sa direction, en scandant des propos anti-monarchistes, et l’a raté de justesse.

En revanche, au musée Madame Tussauds à Londres, des militants écologistes du groupe Just Stop Oil ont atteint leur cible: ils ont entarté l’effigie de cire du roi Charles III.