Mondial 2022: à l’écart des stades, les esclaves d’un État raciste

Dans « Les esclaves de l’homme pétrole », deux journalistes décrivent le quotidien des travailleurs migrants du Golfe, notamment au Qatar, qui accueille la Coupe du monde ce week-end.

Clément Boileau
 Quelque 10 000 travailleurs migrants mourraient chaque année dans les pays du Golfe.
Quelque 10 000 travailleurs migrants mourraient chaque année dans les pays du Golfe. ©AFP 

Sur base des chiffres fournis par les ambassades concernées, quelque 10 000 travailleurs migrants périraient chaque année dans les pays du Golfe Persique, dont le Qatar. Le pays organisateur de la Coupe du monde emploie massivement, comme ses homologues de la CCG (conseil de coopération des pays du Golfe, Arabie saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn, et les Émirats arabes unis), des centaines de milliers de travailleurs migrants, en provenance de l’Asie du sud-est mais aussi d’Afrique de l’est.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.