La crise de l’inflation ternira-t-elle la Saint-Nicolas ?

Le secteur du jouet n’échappe pas à la hausse des prix. Cette année, le grand saint récompensera toujours les enfants sages, mais devrait se concentrer sur l’essentiel. 

Céline Demelenne

À l’heure où les écoliers peaufinent leur lettre au grand saint, certains parents sont déjà en repérage dans les rayons des grandes enseignes et magasins de jouets. La magie des fêtes de fin d’année n’échappe malheureusement pas à des considérations très terre à terre. Au même titre que l’énergie et l’alimentation, le secteur du jouet enregistre une hausse des prix indéniable, bien que plus ténue que celle qui concerne les produits du quotidien. "Sur les 1800 références que nous proposons en magasin, la hausse des prix se chiffre, en moyenne, à +5%", détaille Cédric Haleng, directeur marketing des Jouets Broze.