Couvert végétal permanent: la réalité de terrain primera, pas la cartographie

Les agriculteurs craignent des sanctions prises sur base d’une cartographie déficiente. C’est la réalité de terrain qui primera, rassure la ministre.

Alain Wolwertz
 Les fossés d’écoulement des eaux ou de drainage ne sont pas concernés par la mesure, dit la ministre Tellier.
Les fossés d’écoulement des eaux ou de drainage ne sont pas concernés par la mesure, dit la ministre Tellier. ©ÉdA – Alain Wolwertz 

Même si la mesure ne s’applique encore que progressivement sur le terrain, cela fait un peu plus d’un an que les agriculteurs ont l’obligation d’installer un couvert végétal permanent le long d’un cours d’eau qui traverse leur parcelle de culture. Deux bandes de 6 mètres de large de part et d’autre depuis la crête de la berge et qui ne peuvent être pulvérisées ni labourées.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...