Nord Stream : un sabotage en forme d’avertissement

La Russie est fortement soupçonnée d’être derrière les explosions qui ont endommagé les gazoducs la reliant à l’Europe.

Clément Boileau
<p>Des installations du gazoduc Nord Stream 2, le 1er mars 2022 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, près de la frontière avec la Pologne</p>
<p>Des installations du gazoduc Nord Stream 2, le 1er mars 2022 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, près de la frontière avec la Pologne</p> ©AFP/Archives

Il a pris l’avion tôt ce mercredi matin, direction Bruxelles, le QG de l’OTAN. Lui, c’est Morten Bødskov, le ministre danois de la défense, dont le pays fait partie de l’alliance militaire occidentale. La raison de cette visite éclair : les deux fuites massives - dont l’une dans la zone économique danoise - provenant des gazoducs Nordstream (I et 2) en mer Baltique, lesquels relient la Russie à l’Europe.