Derrière les référendums, un régime russe qui montre des signes de fébrilité

Les référendums visant à annexer plusieurs régions d’Ukraine masquent la fébrilité d’une armée russe démoralisée.

Clément Boileau
 Réservistes russes lors d’une parade à Sébastopol, ce mardi.
Réservistes russes lors d’une parade à Sébastopol, ce mardi. ©AFP 

Ce mardi, il suffisait de lire les déclarations des officiels russes pour connaître les résultats (attendus dans la soirée de mardi ou ce mercredi matin) des référendums consacrant les annexions des régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia. « Nous attendons une décision: il y aura une signature de documents. Ensuite, nous rejoindrons la Fédération de Russie en tant que région conformément à toutes les normes juridiques », déclarait ainsi Yevgeny Balitsky, chef de l’administration militaro-civile de la région, à la chaîne Rossiya 24.