Changer la loi pour sauver des compatriotes prisonniers en Iran

Un projet de loi ouvrant la voie au « transfèrement de personnes condamnées », notamment de Belgique vers l’Iran fait débat, alors que l’on apprend qu’un belge est incarcéré sans motif à Téhéran depuis des mois.

Clément Boileau
 Le ministre de la justice Van Quickenborne en commission des relations extérieures, ce  mercredi.
Le ministre de la justice Van Quickenborne en commission des relations extérieures, ce mercredi. ©Photo News 

Aux dires du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD), le projet de loi qui a atterri ce mardi sur la table de la commission des relations extérieures (avant un vote au parlement ce jeudi) n’est lié à "aucun dossierpersonnel" . Le projet en question concerne des traités qui lient la Belgique à l’Inde et aux Émirats arabes unis en termes d’entraide judiciaire en matière pénale, mais surtout à l’Iran, cette fois en matière de "transfèrement de personnes condamnées" . Autrement dit, à de possibles échanges - tacites - entre ressortissants iraniens condamnés et emprisonnés en Belgique et ressortissants belges condamnés ou détenus en Iran.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...