Bisbrouille entre Salah Abdeslam et Mohamed Abrini

Nicolas Le Bris, troisième magistrat de l’accusation, a abordé les derniers préparatifs entre la fin octobre et les attentats du 13 novembre. Il revient sur « le petit pas vers la vérité » entamé par Mohamed Abrini le 22 mars 2022 lors de son audition au procès. Il avait déclaré qu’il était « prévu pour le 13 ». Et finalement, il avait refusé de participer aux attentats et c’est Salah Abdeslam qui l’aurait remplacé. Abrini s’était engagé à en dire plus la semaine suivante alors qu’il devait être à nouveau entendu au procès. Nicolas Le Bris, avocat général, relate ainsi une analyse d’éléments survenus au sein du box des accusés où Abdeslam et Abrini étaient assis côte à côte. « Les discussions entre les deux amis d’enfance ont fait place à des discussions houleuses dans le box. Et c’est pourquoi, Monsieur le président, vous avez décidé de les séparer. » Selon la version du magistrat, Abrini aurait subi les remontrances d’Abdeslam et l’aurait forcé à ne plus rien raconter. « Nous sommes convaincus que Salah Abdeslam et Mohamed Abrini n’ont pas tout dit… » E. H.

La Rédaction de L'Avenir