Inflation: comment les pays européens répondent à la flambée des prix

Alors que l’inflation dans la zone euro a atteint 8,1 % sur un an en mai, les différents gouvernements en place ont pris de nombreuses mesures pour l’amortir. Tour d’horizon.

La Rédaction de L'Avenir
Inflation: comment les pays européens répondent à la flambée des prix
©Romain RIXHON

L’inflation, dans la zone euro, n’a jamais été aussi importante sur un an.En mai dernier, elle était de 8,1%, indique nos confrères du Parisien . Pour endiguer le phénomène, de nombreux pays européens, à l’instar de la Belgique, ont mis en place différentes mesures pour aider les ménages.

Chez nous, le gouvernement a décidé d’octroyer à chaque ménage un chèque énergie de 100 euros, en plus de réduire la TVA sur l’électricité de 21% à 6% de mars à juillet. Tour d’horizon des différentes mesures prises par

Allemagne: train illimité pour 9 euros par mois et chèque de 300 euros

En Allemagne, l’inflation culmine en mai à 7,9% sur un an (une hausse de 0,5 point par rapport à avril), du jamais vu depuis le choc pétrolier de 1973. Le gouvernement d’Olaf Scholz a ainsi décidé d’agir vite et fort, en débloquant 30 milliards d’euros pour soulager les ménages face à la hausse de prix, notamment aggravée par la guerre en Ukraine.

Sa dernière mesure début juin a été un succès, jusqu’à saturer le réseau ferroviaire: un forfait à 9 euros par mois pour permettre aux Allemands d’emprunter à volonté les trains régionaux jusqu’à fin août. Berlin a aussi instauré une remise carburant de 30 centimes par litre pour l’essence et 14 centimes pour le diesel.

Les ménages ne sont pas en reste, avec un chèque de 300 euros pour tous les salariés imposables, alors que les ménages les plus modestes se verront attribuer une aide supplémentaire de 100 euros, ainsi qu’un bonus de 100 euros par enfant.

Italie: remise sur le carburant et taxe sur les sociétés de l’énergie

Le Premier ministre italien Mario Draghi a également décidé de mettre la main à la poche face à l’inflation qui touche l’Italie et frôle les 7% sur un an en mai. Le gouvernement a débloqué 30 milliards en deux temps, notamment pour financer un bonus de 200 euros alloué aux 28 millions d’Italiens dont les revenus sont inférieurs à 35 000 euros brut par an.

La réduction de 30 centimes des taxes par litre de carburant, qui est entrée en vigueur depuis début avril, a été prolongée jusqu’au 8 juillet, et s’articule autour d’une réduction de 25 centimes des droits d’accise (un impôt indirect perçu sur la vente ou l’utilisation de produits tels que les boissons alcoolisées, les produits du tabac et les produits énergétiques) et une diminution d’environ 5 centimes au titre de la TVA. Elle est en partie financée par une taxe sur les "surprofits" des sociétés du secteur de l’énergie, qui vient de passer de 10 à 25%.

Royaume-Uni: chèque de 400 livres pour régler les factures de gaz et d’électricité

Augmenter les salaires, et aider les plus modestes. Voilà comment le gouvernement britannique compte répondre à l’inflation qui explose au Royaume-Uni, où elle a atteint 9% sur un an en mai.

Le gouvernement a ainsi débloqué 15 milliards de livres (17,5 milliards d’euros) après les neuf milliards de février qui permettront à tous les ménages de toucher 400 livres (466 euros) pour payer les factures de gaz et d’électricité pour l’année 2022. Les huit millions de foyers les plus pauvres toucheront 650 livres supplémentaires (760 euros), alors que les retraités seront aussi indemnisés.

Comme l’Italie, le Royaume-Uni compte financer une partie de ces mesures avec une taxe fixée à 25% sur les bénéfices des géants pétroliers. Enfin, le salaire minimum a également été augmenté.

Espagne: hausse du revenu minimum et baisses d’impôts

L’inflation a atteint 8,7% sur un an en mai, soit 0,4 point de plus qu’en avril. Le gouvernement espagnol a décidé d’un plan de 6 milliards d’euros d’aides directes qui comprend des subventions sur les carburants, une hausse du revenu minimum vital, et la prolongation de baisses d’impôts destinées à alléger les factures d’électricité. La remise carburant atteint 20 centimes d’euros par litre: elle est financée par l’Etat (15 centimes) et par les compagnies pétrolières (5 centimes).

En parallèle, Madrid a obtenu avec Lisbonne l’accord de Bruxelles pour réduire le prix du gaz utilisé pour produire de l’électricité dans la péninsule ibérique et baisser in fine la facture des consommateurs, en vertu d’un régime dérogatoire temporaire.

Hausse du salaire en Grèce

De nombreux pays européens ont adopté une remise temporaire sur le carburant, selon l’Institut Bruegel, qui répertorie les réponses nationales face à l’inflation en Europe. En Grèce, le gouvernement a augmenté de 50 euros le salaire minimum grec, à 713 euros brut par mois. L’Estonie, dont l’inflation a atteint 20% sur un an en mai, a décidé du blocage des prix de l’électricité et du gaz.

France: prolongations de plusieurs mesures

Nos voisins français ont également frappé fort en décrétant plusieurs mesures.A commencer par une nouvelle indemnité inflation pour l’alimentation. Ce coup de pouce sera distribué "à la rentrée" et "directement sur le compte en banque en une fois", en fonction de la composition des familles, selon Élisabeth Borne.

Le gouvernement a également décrété la prolongation de la remise carburant de 18 centimes, au moins jusqu’à fin août. Cette mesure devait coûter 3 milliards d’euros à l’État pour la période d’avril à juin. Les retraites seront aussi indexées sur l’inflation, le RSA et l’AAH revalorisées

Une baisse de certaines charges

Le plafond de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat défiscalisée et désocialisée, dite prime Macron, sera triplé. Les entreprises pourront donc verser jusqu’à 3 000 euros à leurs salariés.

La suppression de la redevance audiovisuelle

Comme annoncé par Emmanuel Macron lors de sa campagne, la redevance audiovisuelle va être supprimée. La mesure sera effective dès l’automne prochain, avec un gain pour les ménages de 138 euros, et un manque à gagner pour l’État de plus de 3 milliards d’euros net.