Trois ans après la disparition du Belge Théo Hayez en Australie, retour sur les hypothèses du drame

Ce mardi 31 mai 2022, trois ans après la disparition du randonneur belge de 18 ans, Théo Hayez, en Australie, la famille garde espoir de savoir un jour ce qui s’est passé.

Th.L.
 Le jeune homme voyageait depuis quelques mois en Australie avec pour seul bagage son sac à dos lorsqu’il s’est volatilisé, alors qu’il devait prendre un vol retour pour la Belgique une dizaine de jours plus tard.
Le jeune homme voyageait depuis quelques mois en Australie avec pour seul bagage son sac à dos lorsqu’il s’est volatilisé, alors qu’il devait prendre un vol retour pour la Belgique une dizaine de jours plus tard.

La mystérieuse disparition du randonneur belge Théo Hayez, il y a trois ans, a ému le monde entier et continue d’alimenter bien des conversations. Le jeune homme voyageait depuis quelques mois en Australie avec pour seul bagage son sac à dos lorsqu’il s’est volatilisé, alors qu’il devait prendre un vol retour pour la Belgique une dizaine de jours plus tard.

1.À la sortie d’une discothèque

Trois ans après la disparition du Belge Théo Hayez en Australie, retour sur les hypothèses du drame
©Belga

Le 31 mai 2019 marque le dernier jour où Théo Hayez (18 ans) a été aperçu. Il est filmé par une vidéo de surveillance alors qu’il sort de la boîte de nuit Cheeky Monkeys, à Byron Bay. Prié de quitter l’établissement en raison de son état d’ébriété, on le voit marcher en manipulant son téléphone portable.

Le téléphone portable du jeune homme borne pour la dernière fois non loin du phare de Byron Bay, peu avant 2h du matin la nuit suivante. Soit quelques heures après avoir été filmé par la caméra de surveillance.

La disparition de Théo Hayez est communiquée à la police australienne le 6 juin. Ses effets personnels, dont son passeport, sont retrouvés intacts dans sa chambre d’hôtel. Un avis de recherche est diffusé en Australie et des recherches policières sont entamées. Elles sont appuyées par des volontaires, des secouristes Surf Life Saving et Marine Rescue.

2.Une récompense offerte après une audience devant un tribunal

Deux ans et demi après la disparition, une audience se tient pendant dix jours au tribunal de Byron Bay, en présence de la famille du jeune homme. L’objectif?Analyser l’enquête de police menée depuis sa disparition. Son père souhaite alors que le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud remette une récompense pour avoir des informations sur la disparition de son fils. En février 2022, le gouvernement accède à cette requête en promettant une récompense de 500.000 dollars (319.000 euros) pour des informations pouvant contribuer à résoudre le mystère de la disparition du jeune voyageur belge.

3.L’hypothèse accidentelle de la police

Théo Hayez a-t-il accidentellement chuté, ou a-t-il été victime d’un meurtre? Selon la police australienne, la thèse accidentelle serait la plus plausible.Théo Hayez aurait glissé sur les rochers en tentant de rejoindre son auberge de jeunesse, mais la thèse de l’accident, privilégiée par les enquêteurs, ne convainc pas sa famille. "On est convaincu que Théo n’était pas seul lorsqu’il a quitté le bar", répétera, à plusieurs reprises, le papa de Théo, Laurent Hayez.

Théo Hayez aurait appris qu’une fête se tenait sur la plage. On dit qu’il faisait frisquet ce soir-là et Théo aurait peut-être trouvé une plage déserte. Impossible de le savoir. Il semble néanmoins évident qu’il était difficile pour le Belge de revenir sur ses pas. La solution la "plus simple" semblait être le phare, qui était à portée de vue. Attiré par la lumière, Théo a probablement coupé par les rochers en les escaladant. Avant de chuter, ou d’effectuer une mauvaise rencontre?

4.Six autres disparitions inquiétantes dans les environs

Le mystère de la disparition du jeune Belge vient s’ajouter à la liste des affaires jamais résolues dans la région. Le quotidien britannique DailyMail évoque une piste non explorée jusqu’ici: celle d’un tueur en série qui sévirait dans la région. Sur les 2.600 disparitions jamais été résolues en Australie, six d’entre elles se sont produites dans les environs de Byron Bay.

5.La famille: «Nous aimerions savoir ce qui s’est passé»

"Nous sommes réalistes, il y a peu de probabilité que Théo soit encore à vie, mais nous aimerions savoir ce qui s’est passé", déclarait, il y a quelques jours, le papa de Théo Hayez. Avec la récompense proposée par le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud pour avoir des informations sur la disparition de son fils, "on espère que certaines personnes qui n’osaient pas parler se décident enfin à collaborer".

"Ne pas savoir est une torture indescriptible", précisera encore Laurent Hayez."C’est extrêmement pénible."