Vangelis, maestro de l’électro et des B.O.

Le compositeur grec Vangelis, pionnier de la musique électronique et mélodiste aux nombreuses B.O. de films, est décédé mardi à l’âge de 79 ans. C’est le Premier ministre grec qui a annoncé son décès jeudi.

La Rédaction de L'Avenir
 Vangelis était un pionnier de la musique électronique aux côtés de Jean-Michel Jarre, Kraftwerk, Tangerine Dream…
Vangelis était un pionnier de la musique électronique aux côtés de Jean-Michel Jarre, Kraftwerk, Tangerine Dream… ©AFP 

"V angelis Papathanassiou n’est plus parmi nous." C’est par cette phrase sur Twitter que le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a annoncé la mort de Vangelis, compositeur grec décédé mardi à l’âge de 79 ans, pionnier de la musique électronique, oscarisé en 1982 pour sa bande originale des Chariots de feu .

Durant sa carrière de plus de 50 ans, Evángelos Odysséas Papathanassíou – surnommé Vangelis – a trouvé son inspiration dans l’exploration spatiale, la nature, l’architecture futuriste, le Nouveau Testament et le mouvement étudiant de mai 1968.

Ce génie du clavier autodidacte a toujours aimé multiplier les expériences et était passé avec aisance du rock psychédélique et du synthé à la musique ethnique et au jazz.

Sa bande originale pour Les Chariots de feu de Hugh Hudson a été oscarisée face à la musique de John Williams réalisé pour le premier film d’ Indiana Jones en 1982.

Parmi la douzaine de bandes originales qu’il a composées figurent celles du film de Costa-Gavras Missing, de 1492: Christophe Colomb de Ridley Scott, de Lunes de fiel de Roman Polanski et d’ Alexandre d’Oliver Stone.

Il a également écrit des musiques pour le théâtre et le ballet, ainsi que l’hymne de la Coupe du monde FIFA en 2002.

Enfant prodige

Vangelis est né en 1943 dans le village d’Agria près de Volos, dans le centre de la Grèce. Enfant prodige, il a donné son premier concert de piano à l’âge de 6 ans, sans avoir vraiment pris de cours. "Je n’ai jamais étudié la musique", a-t-il confié au magazine grec Periodiko en 1988 déplorant également "l’exploitation" croissante imposée par les studios et les médias. "Tu peux vendre un million de disques et avoir l’impression que c’est un échec. Ou tu peux ne rien vendre du tout et te sentir très heureux", avait-il dit.

Après avoir étudié la peinture à l’École des Beaux-arts d’Athènes, Vangelis a rejoint le groupe de rock grec les Forminx dans les années 60. Essayant de rejoindre le Royaume-Uni, il se retrouve bloqué à Paris lors du mouvement étudiant de mai 1968, et avec deux autres exilés grecs, Demis Roussos et Lucas Sideras, il forme un groupe de rock progressif Aphrodite’s Child. Le groupe obtient un hit mondial avec Rain and Tears, avant de se dissoudre en 1972.

Relocalisé à Londres en 1974, Vangelis a créé les studios Nemo, "un laboratoire du son", producteur de la plupart de ses albums.

Fasciné par l’espace

Vangelis, qui a eu une planète renommée de son nom en 1995, avait une fascination pour l’espace. "Chaque planète chante", avait-il déclaré au Los Angeles Times en 2019. En 1980, il avait participé à la musique du documentaire scientifique Cosmos , récompensé par le prix Carla Sagan.

Il a écrit la musique pour la NASA de l’Odyssée sur Mars en 2001 et des missions Junon Jupiter en 2011, et a été inspiré dans un album nominé aux Grammy Awards par la mission de la sonde spatiale Rosetta en 2016. En 2018, il avait aussi composé un morceau pour les funérailles de Stephen Hawking qui mentionnait les derniers mots du professeur célèbre.

Vangelis a reçu le prix de musique de film Max Steiner, la Légion d’honneur en France, la médaille du service public de la NASA et la plus haute distinction grecque, l’Ordre du Phénix.

Vangelis est toujours resté discret sur sa vie privée.