Pomès, Kris, del Giudice, etc.: nos 9 coups de cœur (ou de griffe) BD du 5 mai

Le jeudi, c’est le jour de notre sélection bande dessinée. Avec, cette fois, une panne de réseau, l’Irlande selon le duo Kris/Bailly, et une nouvelle dose de gags absurdes signés Reuzé. Entre autres plaisirs. Bonnes lectures.

Michaël Degré
Anne Sandront

1Moon

 Rue de Sèvres
Rue de Sèvres

Le résumé de l’éditeur

L’histoire se passe dans un village en bord de Méditerranée. Les estivants ont déserté les plages et hors-saison, chacun tue le temps comme il peut en attendant le mois de juillet.

C’est au cœur de ce quotidien où l’ennui n’est jamais loin que vivent Gabriel, surnommé Cosmos car il semble venir d’une autre galaxie, et Luna, la fille populaire, redoutée et admirée sur les réseaux sociaux. Le jour où la foudre s’abat sur l’antenne-relais de la station balnéaire: Internet, téléphonie, radio, TV… toute communication est coupée.

Obligés de faire bouger les lignes qui régissaient jusqu’ici la cour du collège ils vont apprendre dans ces conditions à réinventer leur quotidien 2.0. Pour peut-être découvrir, qu’au final, ce n’est pas si nul…

Notre avis en un mot (puis quelques autres): CADEAU

Un bouquin en forme de cadeau, venu faire l’éloge de l’ennui et du vide dans une société qui exige de nous une productivité toujours plus grande.

De quoi parler à nos adolescents ultraconnectés…mais aussi à leurs parents, pas toujours les meilleurs exemples en la matière, eux non plus. Alors, on range les smartphones, on lit, et on en prend de la graine.

2Partitions irlandaises (T.1/2)

 Futuropolis
Futuropolis

Le résumé de l’éditeur

Tim est protestant. Pas n’importe quel protestant: il est le fils de Frankie Brown, héros de la lutte unioniste, mort au combat à la fin des années 90. Mary est catholique, fille d’un ancien activiste de l’IRA, Patrick Pearse, qui a déposé les armes il y a près de 20 ans, avant même les accords de paix du Vendredi Saint, signés le 10 avril 1998 entre les partisans de l’union avec la Grande-Bretagne et les nationalistes du Sinn Féin.

Ces deux-là n’avaient aucune chance de se rencontrer. Mais ça leur est tombé dessus, comme ça. Tim et Mary. Mary et Tim. Alors ils se sont fait l’amour comme une dernière nuit avant la guerre. Sans voir qu’ils allumaient la mèche.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): TRÈFLE

Il y a un côté Roméo et Juliette désabusé dans cette love story entre un protestant fils de combattant unioniste et une catholique fille d’un membre de l’IRA.

De bons mots, de la violence, et pas mal d’amour: bref, l’Irlande en plein. Et un beau dessin, en prime.

3Derrière le rideau

 Dargaud
Dargaud

Le résumé de l’éditeur

À la fin des années 1930, dans un village provençal, Yaël et sa petite sœur Émilie, croquent la vie à pleines dents.

Malheureusement, leur vie va basculer lorsque leur mère meurt et que leur père se remarie quelques mois plus tard avec Ophélie. Pour les deux petites filles, jamais cette bêtasse ne pourrait remplacer leur maman adorée!

Pourtant, à mesure que Yaël grandit, la dure réalité de la guerre et des lois raciales antisémites vont la rattraper. La jeune fille prend douloureusement conscience de son identité et de sa religion.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): DOUX-AMER

Le rideau, c’est ce qui sépare, tantôt symboliquement, tantôt directement, la petite Yaël des changements du monde des années 30 au début de la deuxièmeguerre mondiale.

Mère mourante, père revêche, montée de l’antisémitisme: ça fait beaucoup, et c’est raconté avec une étonnante douceur, un peu amère aussi.

4La limite n’a pas de conneries

 Fluide Glacial
Fluide Glacial

Le résumé de l’éditeur

Après le succès de Faut pas prendre les cons pour des gens, nous vous proposons aujourd’hui de remonter dans le temps et de découvrir les histoires d’Emmanuel Reuzé avant les Cons!

Des univers complètement barrés, des jeux olympiques du crime, une passion fiévreuse entre experts-comptables ou encore les aventures de l’homme mal cadré…

Reuzé parvient à repousser les frontières d’un humour complètement décalé encore plus loin.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): FACILE

On adore l’humour abscons et provocateur de Reuzé dans Faut pas prendre les cons pour des gens .

Il pousse ici le bouchon un peu loin, de façon un peu facile, et n’arrache quelques rires qu’aux forceps, donnant même l’impression d’exploiter un vulgaire filon.

5D’eau et de boue

 Robinson
Robinson

Le résumé de l’éditeur

Myers Carpenter vient d’hériter du bar clandestin de son père, situé sur les berges du Mississipi.

Contraint de trouver un nouveau fournisseur pour s’approvisionner en alcool, Myers se tourne vers sa mère qui l’a abandonné il y a plus de vingt ans et qui dirige, avec son nouveau mari, une congrégation religieuse qui pratique un culte aussi occulte qu’étrange.

Il va à cette occasion découvrir qu’il a une demi-sœur avec qui il va partager une sombre expérience…

Notre avis en un mot (puis quelques autres): PERCHÉ

Mississippi. Myers vient d’hériter du bar de son père, qui a choisi de se donner la mort.

Ses obligations vont le ramener vers sa mère et la drôle de secte qu’elle a rejoint quand elle l’a abandonné jadis.

Un récit qui démarre terre à terre puis s’égare un peu et demande un poil de lâcher prise. Perché, disons.

6Cortès (T.1)

 Glénat
Glénat

Le résumé de l’éditeur

Au début du XVIe siècle, les dettes accumulées par la couronne espagnole poussent Charles Quint à lancer de nouvelles expéditions au cœur du Nouveau Monde.

Pour cette mission, c’est le plus fou, le plus audacieux et le plus ambitieux des hidalgos de La Havane qui est désigné: Hernàn Cortés. À quelques centaines de kilomètres, dans la capitale de Tenochtitlan, l’empereur Moctezuma II apprend sans surprise l’arrivée de ces troupes étrangères venues par vaisseaux. Il sait que la rencontre est inévitable, mais certains éléments lui échappent.

Ces étranges aventuriers ne sont pas suffisamment nombreux pour constituer une menace, alors que veulent-ils? Comment-devra-t-il les traiter lorsqu’il finira par les rencontrer?

Notre avis en un mot (puis quelques autres): DÉCOUSU

Oh, le vilain album historique que voilà: faute d’un point de vue clair – on est tantôt côté espagnol tantôt côte aztèque -, cette histoire de la conquête menée par Cortès au XVIe siècle assomme rapidement le lecteur.

Et on ne parlera même pas de la colorisation criarde. Un joli raté.

7Game au vert (T.1)

 Bamboo
Bamboo

Le résumé de l’éditeur

Daniel passe sa vie collé à ses jeux vidéo. Alors quand il doit passer quinze jours chez ses grands-parents, à la campagne, sans écran et, pire, sans connexion à un réseau, il a l’impression d’être en enfer. Et ce ne sont pas les jeux de société d’un autre temps qui l’aideront à moins s’ennuyer.

Heureusement, son grand-père est un homme plein de ressources. Il se met en tête d’initier le jeune citadin aux petits plaisirs de la nature: faire des ricochets, cueillir des fruits, se baigner dans la rivière…

Et quand une mystérieuse femme-louve apparaît pour confier une succession de missions à Daniel, les jeux vidéo paraissent vite bien fades à côté des aventures de "la vraie vie".

Notre avis en un mot (puis quelques autres): BONHEUR

Dans un monde à peine futuriste, le petit Daniel est envoyé chez ses grands-parents pendant deux semaines. Le hic: ils vivent… sans écran. Le drame vire pourtant au bonheur quand un jeu le pousse à découvrir la nature… et les autres.

À offrir en même temps que le premier smartphone. Du bonheur.

8Seizième printemps

 Delcourt
Delcourt

Le résumé de l’éditeur

À cinq ans, la jeune renarde Yeowoo part vivre à la campagne chez son grand-père et sa tante.

Rejetée par les siennes, une poule jardinière, Paulette, devient sa nouvelle voisine. Cette dernière n’a jamais pu pondre d’œufs et considère la petite renarde solitaire comme son propre enfant.

Avec son aide, Yeowoo mûrit, grandit et commence à apprécier la vie à la campagne, la vie tout simplement.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): COEUR

L’album est destiné aux 9-11 ans, à cause de ses dessins qui représentent la jeune Yeaowoo, sous les traits d’une renarde.

Mais cette tranche de vie au rythme semblable aux animés japonais, parle d’abandon par les parents et d’une nouvelle famille de cœur. Il peut être apprécié bien après 11 ans.

9La saison des pluies

 Futuropolis
Futuropolis

Le résumé de l’éditeur

Yuna est une femme de 45 ans qui n’avait jamais envisagé auparavant d’adopter un chien. Avec son mari, ils finissent par en adopter deux: le premier, Carotte, est un corgi mâle de 2 ans. Le second, Patate, est un chien bâtard d’un an.

Ils vivent à la campagne à une heure de Séoul. Là, Ils peuvent croiser tous les jours des chiens abandonnés par des gens de la capitale venus dans la région s’en débarrasser.

D’autres chiens sont parfois enfermés dans des cages où ils peuvent à peine se tenir debout, maltraités, et mal nourris par leur maître. Avant de disparaître. Ces chiens-là se font tuer pour leur viande.

Car les chiens sont considérés en Corée (comme dans d’autres pays d’Asie) comme un mets bon pour la santé.

Notre avis en un mot (puis quelques autres): LOUABLE

Après avoir parlé de la guerre de Corée dans L’attente, Keum Suk Gendry-Kim évoque le sort (peu enviable) des chiens dans la société coréenne à travers un roman graphique aux intentions louables mais qui ne sort jamais tout à fait du quotidien pour adopter une posture plus globale.