La guerre en Ukraine au cœur d’une mission d’Alexander De Croo en Europe orientale

Le Premier ministre, Alexander De Croo, s’envolera lundi matin de l’aéroport de Melsbroek pour un déplacement de trois jours qui le mènera successivement en Slovaquie, Pologne, Roumanie et Moldavie. Au cœur de cette mission, se trouvent la guerre en Ukraine et ses conséquences politiques, militaires et humanitaires.

Belga
La guerre en Ukraine au cœur d’une mission d’Alexander De Croo en Europe orientale
©Photo News

Divers entretiens officiels sont prévus. Des visites de terrain auront également lieu, notamment dans le domaine humanitaire. L’un des objectifs de la mission est d’exprimer la solidarité de la Belgique avec les pays européens qui sont les premiers touchés par l’afflux massif de réfugiés. La délégation belge se rendra au centre d’accueil de Serock, près de la capitale polonaise, rencontrera le convoi de six camions affrétés par B-Fast (le groupe d’intervention rapide humanitaire belge) à Rzeszow à proximité de la frontière ukrainienne avant de visiter l’antenne du Haut commissariat aux Réfugiés de l’ONU et de l’Unicef au poste frontière de Medyka. La Pologne est à l’avant-poste de l’accueil des réfugiés. Depuis le début de la guerre, 4,4 millions d’Ukrainiens ont fui leur pays, dont 2,5 millions sont passés par la Pologne.

Sur le plan militaire, la Belgique est présente dans la région de la Baltique par le biais de quatre F-16 basés en Estonie et qui accomplissent une mission de police aérienne étendue récemment à la Pologne. Dans les jours qui ont suivi le début du conflit, 300 soldats ont également été déployés en Roumanie sous commandement français à Constanta, sur la Mer noire, dans le cadre de la force de réaction rapide de l’Otan (VJTF). Ils recevront la visite du Premier ministre, après avoir reçu celle de la ministre de la Défense à la mi-mars.

Une visite est prévue à Bucarest dans les locaux de Radio Free Europe/Radio Liberty qui ont repris leurs activités en Roumanie et Bulgarie depuis 2019 sur internet. L’une des missions qu’elles se sont fixées est la lutte contre la désinformation russe. Le thème tient à cœur au gouvernement belge. Ce thème de la désinformation, entendue comme la manipulation organisée, a été inscrit dans le plan national de sécurité approuvé au début de l’année.

La mission du Premier ministre commence par la Slovaquie et s’achève par la Moldavie, seul État non membre de l’Union européenne. La petite république située entre l’Ukraine et la Roumanie doit faire face avec ses maigres moyens à un afflux considérable de réfugiés. L’UE lui accorde une aide financière et a aussi déployé du personnel de Frontex, l’Agence européenne de gardes frontières. Lors des entretiens avec les autorités moldaves, l’accent sera mis sur le partenariat européen.

Ce voyage en Europe orientale est le premier du Premier ministre belge dans la région depuis l’invasion russe. Les ministres des Affaires étrangères, de la Défense et de la Coopération ainsi que le secrétaire d’État à l’Asile se sont déjà rendus dans l’un ou l’autre de ces pays. Il se déroule dans un contexte de durcissement des sanctions européennes à l’égard de la Russie. L’UE a adopté la semaine passée un 5e paquet incluant notamment le charbon russe et des sanctions supplémentaires sont à l’étude.

Le Parlement européen s’est clairement prononcé en faveur d’un embargo total sur les combustibles russes. L’Ukraine réclame également qu’on lui fournisse des armes pour se défendre. Jeudi, le chef de la diplomatie européenne a proposé d’augmenter de 500 millions d’euros l’aide de l’Union dans ce domaine, une initiative qui a déjà reçu le soutien du président du Conseil européen, Charles Michel.