40 criminels belges en fuite recherchés via Internet: une personne arrêtée, d’autres informations récoltées

Insolite en Belgique : des spécialistes de divers services de police et de sécurité ont mené une vaste opération, ce mercredi. L’objectif ? Rechercher 40 criminels en fuite en utilisant des renseignements issus du Web. L’une des personnes a pu être interpellée.

Thomas Longrie

Rechercher quelque 40 criminels en fuite et/ou évadés en utilisant des renseignements issus de sources ouvertes, c’est-à-dire en recueillant et en analysant des informations obtenues à partir de source d’information publique, comme Internet, tel était l’objectif de la vaste opération menée ce mercredi par le FAST (Fugitive Active Search Team) de la police judiciaire fédérale, en collaboration avec le ministère public.

Pour cette première opération baptisée "hackathon", des spécialistes de divers services de police fédérale et locale, mais aussi des membres de la Sûreté de l’État (VSSE), du Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS) et des Douanes & Accises ainsi que des magistrats ont uni leurs forces l’espace d’une journée, en ayant recours essentiellement à de l’open source intelligence, récoltant légalement des données et des informations au départ de sources accessibles au public, tels que des sites Internet.

Nous organiserons ce type de projet beaucoup plus souvent à l’avenir.
L’équipe de magistrats se tenait prête à intervenir sans délai et à ordonner des arrestations.
L’équipe de magistrats se tenait prête à intervenir sans délai et à ordonner des arrestations. ©Police fédérale

"C’est la première fois que les services de sécurité recouraient à des solutions innovantes comme celle-ci pour tenter collectivement de mettre la main sur des criminels en fuite", souligne, par voie de communiqué, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne. "Chaque participant, chaque service a apporté son expertise, ses outils et ses méthodes de travail. Tous en ont retiré quelque chose et en ont fait profiter les autres. La dynamique de groupe était extraordinaire et a abouti à d’excellents résultats. L’équipe de magistrats se tenait prête à intervenir sans délai et à ordonner des arrestations. Cela montre qu’une collaboration étroite entre tous les services est la base d’un travail d’enquête efficace et décisif. Nous organiserons ce type de projet beaucoup plus souvent à l’avenir. La justice ne pourra qu’y gagner."

Les recherches ont permis de découvrir le pays, ou parfois la région, la ville ou même l’adresse exacte, où se cachait le fugitif.

L’opération a permis d’aboutir à une arrestation. De précieuses informations sur d’autres personnes recherchées ont, par ailleurs, pu être obtenues, selon la police fédérale. "L’expertise combinée des différents services a débouché sur de nouvelles perspectives et informations de grande valeur. Ainsi, les équipes ont découvert les alias de plusieurs fugitifs – l’un d’entre eux en utilisait jusqu’à quinze", précise la police fédérale. Dans d’autres dossiers, les recherches ont permis de découvrir le pays, ou parfois la région, la ville ou même l’adresse exacte, où se cachait le fugitif.

Nous allons à présent exploiter toutes ces informations et ces nouvelles perspectives générées par le travail des équipes.
 Le chef de service du FAST, Gerry Van Loock, se félicite de cette collaboration entre les services.
Le chef de service du FAST, Gerry Van Loock, se félicite de cette collaboration entre les services. ©Police fédérale

"Nous allons à présent exploiter toutes ces informations et ces nouvelles perspectives générées par le travail des équipes", se félicite le chef de service du team FAST, Gerry Van Loock.

"Les équipes d’experts ont travaillé avec de l’open source intelligence (OSINT) une technique d’enquête que nous souhaitons déployer pleinement", explique Johan Geentjens, directeur des opérations de la PJF. "En réunissant des experts de différents services de sécurité, ceux-ci ont pu étendre leur réseau et échanger leur expertise. Ce hackathon rend donc tous les services de police et les services partenaires participants plus forts."