cyclismeChampionnat de Belgique contre-la-montre

Philippe Gilbert : « J’en suis fier ! »

Philippe Gilbert avait fait du chrono national un objectif. Pari gagné, une fois de plus.

Philippe Gilbert avait fait du chrono national un objectif. Pari gagné, une fois de plus.

Abonnez-vous à L’Avenir à partir de 4.75€
ADVERTISING - ne pas effacer

Après s’être classé 2e de l’Eneco Tour, ce qui lui permet de se rapprocher d’Evans au World Tour, le Wallon a remporté le national du chrono !

Stijn Devolder avait été le premier coureur à réaliser le doublé la même année au championnat de Belgique en s’imposant sur la route et au contre-la-montre. Un an plus tard, Philippe Gilbert l’a imité, avec le panache et cette faim de victoire qu’on lui connaît. S’il était apparu émoussé et fatigué mentalement au terme du chrono de l’épreuve par étape belgo-néerlandaise, vendredi, il s’est depuis refait une santé.

« Lors de l’ultime étape de l’Eneco Tour, rien ne s’est vraiment déroulé comme prévu au sein de l’équipe et j’ai décidé de ne pas trop en faire afin d’économiser des forces », explique-t-il. « Cela aurait été très dur de renverser la situation face à Boasson Hagen, qui mérite pleinement sa victoire. Je ne suis vraiment pas déçu par cette seconde place au classement général. Je sentais que je n’allais pas gagner cette course et au bout du compte, j’en sors avec une victoire d’étape et une deuxième place qui me permet de revenir très près de Cadel Evans au classement World Tour. De 92 points de retard, je reviens déjà à 6 points, c’est inespéré. Et le choixd’économiser mes forces sur la fin de l’Eneco Tour aétéun bon choix en vue du championnat de Belgique. »

Qu’il a donc remporté devant le très prometteur Ben Hermans et Dominique Cornu, tandis que le vainqueur sortant, Stijn Devolder, a été fantomatique et que Maxime Monfort a rapidement vu ses chances s’envoler en évitant la chute (le boyau de sa roue arrière a explosé dans un virage) après à peine cinq bornes.

Sans trop l’évoquer, Philippe Gilbert avait fait de ce championnat de Belgique du contre-la-montre un objectif. « À la lecture de son profil mais aussi de son parcours technique, je savais qu’il pouvait me convenir », poursuit celui dont le prochain rendez-vous est programmé dimanche, à la Classique de Hambourg. « J’avais pris soin d’arriver sur place dimanche soir, ce qui m’a permis d’aller reconnaître à trois reprises le parcours au matin afin de bien repérer les virages. Je savais que je pouvais les passer à fond et y gagner de précieuses secondes. Et puis, le prologue et le chrono de l’Eneco Tour m’avaient servi de bonnes répétitions et m’avaient surtout mis en confiance. Quand j’ai su que je n’avais que trois secondes de retard sur Hermans, je savais que c’était bien parti, car les six derniers kilomètres présentaient deux petites côtes et un long faux plat, soit un terrain idéal pour moi. Je suis très fier de cette victoire ! Maintenant, je ne sais pas quand je pourrai afficher ce maillot dans un chrono. »

S’il n’avait plus prévu d’en disputer cette saison, il pourrait choisir de s’aligner au chrono des Nations, au lendemain du Tour de Lombardie.¦