GOLF

Nicolas Colsaerts : « Je prends des pains dans la tronche »

Nicolas Colsaerts défendra sa couronne mondiale en match-play la semaine prochaine en Bulgarie.

Nicolas Colsaerts défendra sa couronne mondiale en match-play la semaine prochaine en Bulgarie.

ADVERTISING - ne pas effacer

Nicolas Colsaerts est frustré de son débutde saison sur le circuit européen. Il s’y considère toujours en phase d’apprentissage.

Nicolas Colsaerts de passage en Belgique : ça devient presqu’un événement, surtout depuis que le golfeur fréquente le circuit américain (PGA). Entre le tournoi de la semaine dernière en Caroline du Nord, où il n’a pas franchi le cut, et le championnat du monde de match-play sur le circuit européen la semaine prochaine en Bulgarie, où il défendra son titre, le 43e joueur mondial est de passage à Bruxelles, où il a présenté mercredi un événement exhibition programmé fin septembre à Knokke.

Ce fut aussi l’occasion de revenir sur les prestations des quatre premiers mois de l’année qui, globalement, n’ont pas répondu à ses attentes. «Je manque un peu de fraîcheur, parce que j’aurais dû faire un break plus long en hiver. Les trois semaines de repos avant le Masters m’ont fait du bien, mais ce n’a pas été suffisant. Je suis toujours en phase d’apprentissage sur le circuit américain, où j’ai parfois l’impression de prendre des pains dans la tronche. J’avais évidemment rêvé de meilleurs débuts au Masters d’Augusta, mais je dois aussi être réaliste : je m’étais aussi planté lors de mes premières participations à l’US Open ou au British Open. Cela dit, même si je suis un peu frustré par mes résultats, le circuit PGA reste clairement la division 1 du golf au monde.»

Lors des 10 tournois disputés sur le circuit PGA, Colsaerts a terminé à deux reprises dans le Top 10, mais il a aussi manqué le cut à 4 reprises. Au final, il a reculé de 8 places au classement mondial depuis janvier, alors que son objectif initial pour 2013 était de se maintenir parmi le Top 50, ce qui constitue la garantie de pouvoir disputer tous les meilleurs tournois. «Sur les circuits américain et européen, les meilleurs joueurs sont grosso modo de valeur équivalente (NDLR : ce sont parfois les mêmes), mais le niveau du ventre mou est bien plus relevé aux States. Si vous ratez 2 ou 3 coups, vous pouvez dégringoler de la 15e à la 65e ou 70e place. C’est un facteur qui coûte beaucoup d’énergie sur le plan mental lors d’un parcours. Je ne me tracasse pas beaucoup pour mon classement mondial. Si je recommence à rejouer un peu convenablement, je vais remonter.»

«Un Top 5 est réaliste»

Les six prochains rendez-vous sur le circuit PGA, d’ici le mois d’août, s’annoncent d’ailleurs capitaux pour le «Bombardier belge» afin de renouveler son passe-droit pour 2014. Deux conditions doivent être remplies : figurer parmi le Top 125 de la FedexCup (soit le ranking de l’année sur le circuit PGA) et avoir décroché 700 000 $ de gain. Actuellement, Colsaerts occupe la 106e position et a déjà remporté 441 520 $.

«Décrocher une place dans le Top 5 sur l’une des six épreuves suffit, note le manager de Colsaerts, Vincent Borremans. C’est réaliste, même si la pression va se faire plus grande avec les trois tournois du Grand Chelem qui arrivent. Mais cette pression peut aussi être positive.»

La première édition des Kings of Golf, tournoi exhibition qui se déroulera le dimanche 29 septembre au Royal Zoute Golf Club de Knokke, rassemblera Nicolas Colsaerts, l’Espagnol Sergio Garcia, l’actuel N.2 européen, et l’ancien champion écossais Sam Torrance. Infos et tickets sur www.kingsofgolf.be

Activer le surlignage des mots-clés dans les articles