football -

Une société « fantôme » ? Le FC Brussels va (encore) poursuivre Gulf Dynamic Challenge en justice

Johan Vermeersch n’a pas dit son dernier mot dans la guerre qui l’oppose désormais à Gulf Dynamic Challenge (GDC)...

Johan Vermeersch n’a pas dit son dernier mot dans la guerre qui l’oppose désormais à Gulf Dynamic Challenge (GDC)...

Testez L’Avenir pour 1€ seulement
ADVERTISING - ne pas effacer

«Nous allons trouver qui se cache derrière ce montage et les poursuivre...» Le président du Brussels, Johan Vermeersch, a annoncé sa volonté d’attaquer à nouveau en justice Gulf Dynamic Challenge (GDC).

+ Le White Star annonce une solution pour l’avenir : le groupe...GDC pressenti comme repreneur!

Johan Vermeersch, président du FC Brussels, a annoncé son intention de poursuivre le groupe d’investisseurs dubaïotes Gulf Dynamic Challenge en justice, au civil comme au pénal au cours d’une conférence de presse au stade Edmond Machtens.

Le 11 mars, Johan Vermeersch a signé une convention d’intention commune avec le groupe d’investisseurs dubaïotes Gulf Dynamic Challenge. Une convention rompue unilatéralement par Vermeersch pour non-respect des engagements pris.

«Pour tous les clubs de D2, il est très difficile de joindre les deux bouts», explique l’avocat du Brussels Me Clerens. «M. Vermeersch a voulu anticiper et avec Gulf Dynamic Challenge, il pensait avoir trouvé un investisseur.»

«Hélas, il a fallu déchanter. Après un premier versement de 100.000 euros comme convenu, GDC a exigé qu’une partie de la somme à verser, soit 100.000 euros, soit utilisée pour payer les 12 joueurs qu’il a recruté. Mais la convention prévoyait que cet argent permette au club de se mettre en ordre de licence, pas de payer les nouveaux joueurs. Inacceptable pour M. Vermeersch.»

Après recherches auprès du cabinet d’avocat de Dubaï Apex Juris, Me Clerens a appris que GDC était une société fantôme, «en tout cas qui n’existe pas à Dubaï comme elle le prétend».

«Leur plainte contre le Brussels? C’est bidon, une simple lettre au parquet», a embrayé Me Vansteenbrugge, également avocat du Brussels. «La différence entre eux et nous, c’est que nous existons. Nous allons trouver qui se cache derrière ce montage et les poursuivre.»

Activer le surlignage des mots-clés dans les articles