Toi aussi, fais comme les journalistes du JDE et écris ton propre article !

Ecris un texte clair (avec des détails, explications et descriptions) de +/- 500 signes (1 signe = 1 caractère ou 1 espace) avec un titre court et une belle photo avec une légende. Après une lecture attentive de ton article par la rédaction, il sera publié directement sur notre site internet ! N’oublie pas également de joindre ton nom, ton prénom, ton adresse et ta date de naissance. redaction@lejde.be

 

La dictée du Balfroid

Céline Cardoen, Ollignies

La dictée du Balfroid est un concours qui ne s'adresse qu'aux enfants qui sont en 6ème primaire. Moi, je rentre en 1ère secondaire et l'année passée, j'ai eu la chance d'être sélectionnée pour ce concours. Cet événement est organisé par madame Balfroid, une dame qui adore l'orthographe. J'ai été sélectionnée par un examen d'orthographe, ensuite j'ai dû aller à la demi-finale. Là, j'ai terminé 2ème donc j'ai été en finale (c'est pas si simple) mais j'ai perdu. J'espère que vous aurez la chance de participer.

 

 

 

 

 


Le carnaval de Morlanwelz

Céline Cardoen, Ollignies

Bonjour, je m’appelle Céline et je vais vous parlez du carnaval de Morlanwelz ! La différence entre le carnaval de Binche et celui-ci est que, à Binche, les gilles portent des masques. Les hommes qui interprètent la danse, on les appelle des gilles. Les femmes ne peuvent pas enfiler ce costume rembourré avec de la paille enfin... après un certain âge ! Le carnaval consiste à danser sur de la musique et à taper le sol avec les sabots. Savez-vous pourquoi les gilles tapent leurs sabots sur le sol ? Eh bien c’est pour réveiller le printemps car le carnaval se fait en hiver. Le gille peut porter un chapeau mais il n’est pas obligé. Ce bel accessoire est fait en plumes d’autruche, celles-ci peuvent être colorées mais ne le sont pas tout le temps. Cette fête est constituée de plusieurs sociétés de gilles, mais elles se rassemblent pour faire le rondeau. Bien sûr le carnaval dure plusieurs jours et généralement il y a un feu d’artifices. Mais avant ça, il y a de petites préparations, on les appelle les soumonces. Merci d’avoir lu cet article.

 


Un roman de Luigi Casella

Thomas Rassart, Voroux-lez-Liers

Coupe"Un matrimonio per procura", qui vient de l'italien, signifie un mariage par procuration. L'auteur de ce livre est Luigi Casella. Ce livre parle de mon arrière-grand-mère maternelle, Erminia. Il est écrit en italien, sa langue maternelle, qui est devenue par après celle de mon grand-père. Et moi-même en ce moment, je suis en plein apprentissage de cette langue. C'est un très beau roman. Il est tout simplement INCROYABLE.

 

 

 


Les volcans

Alexandre Veneziano, Wanfercée-Baulet

CoupeUn volcan est une montagne avec un trou par lequel se déverse de la roche en fusion provenant des entrailles de la Terre. Lorsqu’un volcan entre en éruption, il crache du magma qui prend la forme de coulées ou de fontaines. Souvent, d’immenses colonnes de cendres sont expulsées avec le magma. Au fil du temps, la lave se solidifie et la cendre se compacte en surface pour former une nouvelle couche de roche. Le relief actuel de notre planète a été en grande partie façonné par les volcans.

 

 

 

 


Allez les Diables, nous sommes fiers de vous !

Les élèves de 5ème et 6ème de l'école Saint Vincent à Neufvilles et leur titulaire (Madame Leman et Monsieur Anciaux)

CoupeFiers, fiers nous le sommes...
Oui, nous sommes fiers d'être Belges !
Fiers de notre patrie, de notre démocratie...
Fiers de Mr Jules Bordet pour son prix Nobel de médecine...
Fiers d'Eddy Merckx pour ses exploits en cyclisme...
Fiers de Magritte pour ses oeuvres éternelles...
Fiers d'Hergé avec Tintin, de notre Roi et de notre Reine...
Fiers d'Adamo, Brel ou Suarez...
Fiers de Henin, Geluck ou Wilmots...
Fiers de notre pays...
Fiers de notre Royauté, de notre Union, de notre Force.....

Allez les Diables, nous sommes fiers de vous !!!

 


Rencontre avec un journaliste sportif

Les élèves de 5ème et 6ème années de l'école communale de Lens-Saint-Remy

BDLe 16 décembre 2013, un journaliste de la RTBF est venu à l’école communale de Lens-Saint-Remy rencontrer les élèves de 5ème et 6ème années. Comme chaque année, les élèves du cycle 10/12 ont développé un grand projet commun. Cette année, nous avions le projet de réaliser un journal. Alors, nous avons invité un journaliste pour nous expliquer son métier.

Il s’est tout d’abord présenté : "Je m’appelle David Bertrand et j’ai 34 ans. Je suis journaliste sportif à la RTBF, en radio et un peu en télévision." Nous sommes allés voir ensuite une vidéo sur les différentes presses et leur fonctionnement: presse écrite, presse radio et presse TV. Nous avons pu par la suite lui poser quelques questions.

Avez-vous déjà interviewé des stars ?
Oui, j’ai interrogé Usain Bolt mais également Tony Parker.
Quel est l’équipement essentiel d’un journaliste de terrain ?
J’ai besoin de mon micro, de ma carte presse et de mon caméraman lors des interviews pour la télévision.

Nous avons vérifié ces informations grâce aux photos qu’il nous a montrées. Une rencontre sympathique et riche en informations. Après plusieurs mois de travail en équipes, l’aboutissement de notre projet est enfin arrivé. Notre journal “Le Petit Lensois” vient d’être imprimé par nos institutrices.

En savoir plus

Le lundi 12 mai, à l’occasion des portes ouvertes de notre école, nous vendrons dans un petit kiosque nos journaux au prix de 2€. Ceci financera notre excursion de fin d’année.

 


Le Centre belge de la Bande Dessinée

Clémence et Bastien, 10 ans et demi

BDLe quatre mars 2014, nous avons visité le Centre belge de la Bande Dessinée. Le musée se trouve à Bruxelles dans un bâtiment dessiné par Victor Horta, un architecte célèbre. Le musée est divisé en plusieurs parties. La première partie raconte l'histoire de l'invention de la BD. Il y a très longtemps, les Égyptiens, par exemple, dessinaient déjà pour raconter leur histoire. Beaucoup plus tard, les journaux ont publié des petites bandes dessinées pour attirer les lecteurs. La deuxième partie décrivait les différentes sortes de bandes dessinées : les bandes dessinées historiques, fantastiques, pour enfants, pour adultes... Ensuite une partie était consacrée aux personnages imaginaires : Tintin, Quick et Flupke, Spirou, Bob et Bobette, Néron... Ensuite nous sommes allés à la salle de lecture, une grande bibliothèque de BD, où nous pouvions lire ce que nous voulions. Nous avons vu beaucoup de bandes dessinées que nous ne connaissions pas. C’est vraiment un chouette musée à voir !

 


La Mélodie du Bonheur

Eloise, 11 ans et demi

MélodieAujourd’hui, je vais vous parler de mon activité du dimanche 5 janvier 2014. J’ai été voir au théâtre "Le Forum" à Liège un spectacle qui s’appelait : « la Mélodie du Bonheur ». Voici le résumé de l’histoire : c’est quatre religieuses et une novice. Les quatre sœurs discutent de la nouvelle qui s’appelle Maria. Elles disent qu’elle n’est pas encore prête pour arriver au couvent. Quelques jours plus tard, la mère supérieure a entendu parler qu’il fallait une gouvernante chez le Capitaine Von Trapp qui habite dans les montagnes où elle née. La mère supérieure suggère à Maria de s’y rendre. Arrivée là-bas, elle voit que les personnes sont très très sérieuses ! Rapidement, elle demande aux sept enfants s’ils connaissent la musique… Comme elle adore celle-ci, elle a pris sa guitare avec. Les enfants lui répondent qu’ils ne savent pas une seule chanson ! En effet, leur père leur interdit de chanter. C’est donc Maria qui va enseigner la musique à tous les enfants… Elle leur apprend la chanson principale de l’histoire qui est celle-ci : « DO, le do, il a bon do, RE, rayon de soleil d’or, Mi, c’est la moitié d’un tout, FA, c’est facile à chanter, SOL, la terre où vous marchez, LA, l’endroit où vous allez, SI, c’est la scie à métaux, et c’est comme ça qu’on r’vient à DO, DO, DO, DO… DO, le do, il a… » Elle continue à s’occuper de plus en plus de choses à la maison et tout doucement devient amoureuse du papa ! Mais tout n’est pas simple car cela se passe tout juste avant la deuxième guerre mondiale… Je vous jure que ce spectacle était magnifique ! Il y a de la danse, du chant et du théâtre. Les comédiens enfants ont de 8 à 16 ans. C’est jeune ! Et ils jouent comme des pros. Si vous avez l’occasion d’aller voir ce spectacle, foncez-y !

 


Sport de gonzesses

Amandine, 11 ans

Le foot c'est ma passion. Meme si je suis une fille j'adore ce sport. Je joue dans un club appelé : "les Zébrettes". Malheureusement nous ne sommes pas très nombreuses par rapport au foot masculin qui est beaucoup plus populaire. J'aimerais qu'un jour cela change et que le foot féminin évolue de plus en plus. Mon équipe préférée est Anderlecht parce que ce club a de grands joueurs talentueux (ex: Proto, Mitrovic, Bruno...) et mon rëve serait d'un jour jouer dans la section féminine d'Anderlecht. Mon joueur préféré est Matias Suarez car c'est un bon attaquant. Pour terminer j'espère que les Diables Rouges gagneront la coupe du monde au Brésil. Allez la Belgique !

 


Un musée extra

Léa, 10 ans

MuséeLe 26 décembre, je suis allée avec ma famille au musée des sciences naturelles de Bruxelles. C'est une visite que vous devriez faire ! Il y a des squelettes de dinosaures, des pierres précieuses (minéraux), des bébés animaux (empaillés), des animaux sauvages, d'Arctique et d'Antarctique, d'Afrique et de plein d'autres sortes... J'ai même vu une exposition sur les animaux de nos jardins. Il y a même des squelettes de baleines : ils sont géants !

 

 

 

 

 


Il faut croire à Noël

Clémence, 10 ans

NoëlCes 13 et 14 décembre, un joli concert de Noël a été réalisé par tous les enfants de l’école primaire et maternelle de Charneux. Les enseignants, des parents, des amis ont participé à la réussite de ce concert. C’était un grand et beau projet dans lequel beaucoup de personnes se sont investies depuis plusieurs mois. C’était au départ l’idée d’une institutrice de maternelle (Josiane Delfosse). Elle a choisi seize chansons pour faire rêver d’un monde où les enfants peuvent encore avoir des rêves, pour rêver d’un monde où chacun a sa place, pour rêver d’une terre où il y en aurait assez pour tout le monde. Des papas, une maman, des enfants musiciens se sont rassemblés pour former un groupe. Tous les enfants de maternelle et de primaire, les institutrices, un papa, des mamans et des Charneutois ont constitué une grande chorale. Nous avions cherché et choisi en classe des images sur le thème des chansons pour les projeter sur un grand écran. Nous avons tous beaucoup répété. Toutes les classes ont fabriqué des étoiles, des boules multicolores. Des mamans ont joliment décoré l’église avec nos réalisations. Nous étions tous très excités mais aussi un peu stressés, surtout au début. Au concert nous étions tous habillés avec un t-shirt blanc et un foulard de couleur différente par cycle. Huit cents personnes sont venues nous écouter, rêver et croire à Noël avec nous !

 

 

 

 

 


Plaisirs d'hiver

Claire, 10 ans et demi

RoueSamedi dernier, je suis allée à Bruxelles. Nous avons garé la voiture à la station Delta. De là, nous avons pris le métro jusqu'à "de Brouckere". C'était pour moi une première et je me suis rendue compte que ça roulait très vite, le métro ! Nous avons visité le centre de la ville (rue Neuve, l'église Notre-dame,la Bourse...). J'ai vu la Grand-Place où il y avait un magnifique spectacle de sons et lumières. J'ai pris plein de photos des bâtiments illuminés. Je tenais aussi à voir le Manneken-Pis. Puis nous sommes allés boire un cacao chaud dans un café situé près de la Place Sainte-Catherine. Après, nous avons visité le marché de Noël. Une grande patinoire a été installée ainsi qu'une grande roue lumineuse (voir ma photo). Un petit creux commençait à se faire sentir dans nos estomacs. Nous sommes alors allés acheter des frites avant de retrouver la voiture. Beaucoup de monde et beaucoup d'ambiance dans notre capitale ! C'était magique et vraiment agréable de découvrir Bruxelles pendant les fêtes !

 


Les écoles du désert

Arnaud, 12 ans

Demain, ce 21 décembre 2013, je vais partir au Burkina Faso avec 74 enfants pour aller donner des fournitures scolaires dans des écoles africaines. Mais les écoles du désert, c'est quoi ? Dans les écoles de l'Afrique de l'Ouest, les enfants ne peuvent pas tous aller à l'école, surtout les filles, à cause des fournitures scolaires qui sont trop chères. Depuis 1992, ce voyage humanitaire a permis à plus de 25.000 écoliers de 6 pays d'Afrique de L'Ouest de partager des moments uniques avec déjà 1.000 enfants de France, de Belgique ou du Luxembourg. Chaque année, un jury désigne un ambassadeur de 11 à 13 ans, par magasin d'une grande chaîne de supermarchés, pour partir dans cette aventure d'une semaine. Cette année, nous allons distribuer 15.064 kg de fournitures scolaires pour 3 ans. Je vous conseille vivement d'y participer l'année prochaine !

 


La vie aux lutins

Lou , 9 ans

Bonjour, je suis Lou, lutin à la 27ème unité du Sart Tilman. Etre aux lutins, c'est s'amuser entre filles tous les samedis après-midi. Les chefs nous préparent des jeux, des bricolages ou, s'il y a de la neige, un concours de grosses boules. Je participe aussi au camp et ce que je préfère, c'est la journée "crado" : être la plus sale possible pour la fin de la journée, et les rassemblements avec ma sizaine, "les pervenches". Je me réjouis déjà de la prochaine activité : la veillée de Noël ! Merci Dingo, Caberu, Shiba, Sitatunga, Zibeline, Hovawart, Luwak, et Tamarin pour tous ces bons moments !

 


Nelson Mandela, un grand homme

Sophie, 11 ans et demi

MandelaNelson Mandela est né en 1918. Il a lutté contre l’apartheid (loi raciste qui ne donne pas les mêmes droits aux noirs qu’aux blancs). En 1963, le dirigeant de l’ANC (Congrès National Africain) est arrêté pour sabotage et haute trahison. Pendant son procès, Nelson Mandela a dit : « Un idéal pour lequel je suis prêt à mourir ». En 1964, Nelson Mandela est emprisonné jusqu’en 1990 (26 ans). Trois ans plus tard (1993), Nelson Mandela reçoit le prix Nobel de la paix, grande récompense pour sa lutte contre l’apartheid. En 1994, Nelson Mandela devient le premier président de l’Afrique du Sud. Nelson Mandela est mort le 5 décembre 2013, il y a une semaine. La mort de ce grand homme a touché tout le monde.

 

 

 

 

 

 


Selena Gomez, la pop star

Loula, 10 ans

SelenaSelena Gomez est une des plus grandes stars internationales pop et a été élue femme de l'année 2013 par le magazine Elle. Elle est née le 7 juillet 1992 au Texas. Elle va se marier avec Justin Bieber selon les rumeurs. J'espère que si vous ne l'aimez pas, vous changerez d'avis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La plus belle unité du monde...

Sibylle, 12 ans

UnitéJe suis guide à la 24éme grand feu et je suis passée par la case lutin. Ces années se sont comptées parmi les plus belles de ma vie. À travers les différentes années merveilleuses, je me suis retrouvée en tant que seconde et aussi dans le signe de l'air ! C'est avec le cœur lourd que j'ai dû quitter les lutins pour aller faire coucou chez les guides mais j'ai pris ça avec optimisme car c'est juste de nouvelles aventures. À travers différents camps avec des thèmes divers (légende, truc-machin-bidule-chouette, les tribus, le temps...), j'ai appris à connaître les autres, à les accepter et à évoluer tout en étant moi-même et je remercie le staff et l'unité tout entière pour ces belles années...

 

 

 


Une ferme formidable

Les élèves de 6ème primaire de l’école Saint-Joseph de Saint-Servais

FermeEn gagnant un concours, nous avons pu passer deux journées inoubliables à la ferme du Chant d’Oiseaux de Landenne. Il y a quelques jours, les animateurs Charlotte et Nicolas nous ont chaleureusement accueillis avant de nous expliquer ce que nous allions faire. D’abord, nous avons nourri les vaches, les moutons et les animaux de la basse-cour. Ensuite, on a fait de l’équitation avant de préparer du pain. L’après-midi, nous avons skié sur l’herbe. Tout le monde tombait, c’était marrant. Pour terminer, on a fait du skate-board, de l’escalade et un parcours sur une via ferrata. La deuxième journée a commencé comme à Koh Lanta : parcours d’orientation, jeu de piste, mémory des feuilles d’arbres et une activité où tout le monde était encordé. Pour finir, quatre tyroliennes nous ont ramenés à la ferme dont une géante de 120 m de long. Nous nous sommes vraiment bien amusés !

 

 

 


Interview de Noa Moon

Questionnaire rédigé par les élèves de 5è A de l'école fondamentale libre Saint-Joseph de Neufchâteau

Noa MoonNoa Moon, parlez-nous un peu de vous...
Le principal trait de mon caractère ?
Spontanéité ! J’aime discuter avec les gens qui viennent me voir en concert, mais aussi les gens en général. C’est mieux que derrière un Facebook ou Twitter !
La qualité que je préfère chez une personne ?
La simplicité.
Ce que j'apprécie le plus chez mes amis ?
Le fait qu’ils soient eux-mêmes à 100 %. Avec mes vrais amis, on ne parle pas de ma musique, on discute de nos vies, de nos problèmes, mais aussi de nos bons moments.
Ma principale qualité ?
La générosité, je pense. J’essaie d’être toujours égale vis-à-vis de tout le monde.
Mon principal défaut ?
Je n’ai parfois pas beaucoup de patience…
Mon occupation préférée ?
Regarder un bon documentaire le dimanche matin !
Mon rêve de bonheur ?
Que tout continue aussi bien… Je suis super heureuse de ce que je vis pour l’instant.
Quel serait mon plus grand malheur ?
Perdre la voix… ?
Ce que je voudrais être ?
Moi ! Je suis très heureuse comme je suis…
La couleur que je préfère ?
Le vert. Vert nature…
La fleur que j'aime ?
Les tulipes. Les blanches sont très belles, à mes yeux.
L'oiseau que je préfère ?
Le rouge-gorge.
Ce que je déteste par-dessus tout ?
L’hypocrisie. J’aime les gens simples, honnêtes, sincères…
Ma devise ?
Profiter de chaque jour à 100% (Carpe Diem !)
Etes-vous fière d’être Belge ?
Oui !
Auriez-vous voulu être d’une autre nationalité ?
Non !
Vous sentez-vous plutôt Portugaise que Belge ?
Ma grand-mère paternelle est portugaise, le reste de ma famille est belge. Je suis belge, j’ai grandi en Belgique… donc Belge !
Trouvez-vous que la Belgique est un beau pays ?
Oui. Petit pays, mais très riche, surtout culturellement. Nous sommes un peuple sympathique, heureux, spontané !
Quel serait le pays dans lequel vous souhaiteriez vivre ?
La Belgique ! Mais j’aimerais voir un jour l’Amérique du Sud.
Noa MoonVivez-vous en ville ou à la campagne ?
Campagne.
Avez-vous un jardin ?
Oui.
Est-il entouré de haies ?
Non… barbelés, malheureusement ! Il y a un champ de vaches autour de mon jardin.
Voyagez-vous beaucoup dans le monde ?
Pas tellement.
Dans quels pays êtes-vous déjà allée en vacances ?
Portugal, France, Croatie…
Pensez-vous un jour avoir des enfants ?
Peut-être.
Si oui, est-ce que vous sensibiliserez à la protection de la nature ?
Oui, bien entendu ! Aujourd’hui, je trouve cette sensibilisation très importante. On n’a qu’une seule Terre !
Pourriez-vous nous parler de vous en tant qu’élève ?
J’aimais beaucoup l’école. Je suis un peu perfectionniste… Ca m’aide aujourd’hui !
A partir de quel âge, vouliez-vous devenir chanteuse ?
Je n’ai jamais voulu devenir chanteuse avant mes 19-20 ans…
Comment est née votre passion ?
Avec des amis, à l’école… On se retrouvait après les cours pour faire de la musique.
A part chanter, que voudriez-vous faire d’autre dans la vie ?
Je ne sais pas trop. Pour le moment, je veux profiter de ce que je vis.
A la fin de votre clip « Paradise », on voit que vous êtes invitée à sauter de la falaise. Mais l’avez-vous fait ?
Non ! Il faut être professionnel pour faire ça ! C’est dangereux !
Qui étaient les funambules, parachutistes qui ont figuré dans votre clip ? Des amis ?
Non, ce sont des professionnels que mon réalisateur de clip connaissait… Ils sont super sympas !
Quel est votre plus grand projet pour 2014 ?
Tourner, faire des concerts un maximum pour défendre mon premier album « Let them talk » qui est le sorti le 16 septembre dernier.
Quelles sont les raisons qui vous ont poussée à venir planter des haies ce dimanche à Rochefort ?
La campagne de Natagora a des valeurs qui me correspondent. Protection de la nature, augmentation de la biodiversité… et en plus, c’est en Belgique !
A votre avis, quelles sont les utilités des haies ?
Offrir un abri et un lieu de vie aux insectes, aux oiseaux, aux petits mammifères des campagnes. Elles renforcent aussi les sols (protection contre les inondations, par exemple).
Quel animal, vivant dans les haies, préférez-vous ?
Le campagnol. Je le trouve très mignon.
Quel est le spectacle de la nature qui vous fascine le plus (exemple : un arc-en-ciel, un coucher de soleil… )
Même si je n’en ai jamais vue, je rêve de voir une aurore boréale.
Y a-t-il d’autres associations que Natagora et Action Damien qui ont pensé à vous inviter pour parler de leurs activités ?
Oui, mais on ne peut être partout… Ca demande beaucoup de temps et d’énergie d’être impliquée dans des associations, mais c’est toujours un plaisir.

 


Interviewer une journaliste du JDE

Les élèves de 5ème année à l'école fondamentale de la Sainte-Union de Kain

ImprovisationLe jeudi 17 octobre, nous avons eu le plaisir d'accueillir Madame Nathalie, journaliste du Journal des Enfants. Voulant savoir plus sur son métier et sur le JDE, nous lui avons préparé une petite interview. Voici quelques extraits :

- Shirley : Avez-vous déjà rencontré des personnalités ?
- Nathalie : Oui. J'ai surtout rencontré des chanteurs comme Grégoire, Zaze, Stromae et Tal.

- Tom : Avez-vous déjà voyagé dans un pays en guerre pour écrire un article ?
- Nathalie : C'est rare car je ne suis pas reporter. Mais, je suis déjà partie au Congo, à Copenhague, à Haïti (après le tremblement de terre), au Sierra Leone et en France.

- Léo : Depuis quand le JDE existe-t-il et combien d'exemplaires sont-ils imprimés ?
- Nathalie : Le JDE existe depuis 26 ans. Il a été fondé par Madame Béatrice D'Irube qui voulait que les enfants accèdent à une actualité qui leur est adaptée. Cette année, il y a 23.000 enfants abonnés.

- Eléa : Comment trouvez-vous vos sujets pour écrire un article ?
- Nathalie : Un journaliste doit être curieux. Il doit s'intéresser à beaucoup de choses. C'est en lisant, en écoutant les gens parler (parfois dans le train) que je trouve mes idées. Parfois on nous envoie un mail pour dire qu'ils organisent un événement. Aujourd'hui par exemple, je viens à Tournai pour écrire un article sur le festival des marionnettes. J'ai reçu leur mail, j'ai pris rendez-vous avec eux, l'après-midi je vais aller voir, prendre des notes, quelques photos, je poserai des questions aux acteurs puis je rédigerai mon article.

 


Mon parrain fait de l'impro

Mathias Etienne, 7 ans et demi

ImprovisationMon parrain fait de l'improvisation. Il appartient à l'équipe des 6 clônes. La dernière fois que je l'ai vu jouer avec son équipe, c'était le vendredi 5 octobre près de chez moi à Dampicourt. Il fait partie de l'équipe nationale belge (www.fbia.be). J'aime bien l'improvisation parce qu'on doit lancer des pantoufles sur l'arbitre qui fait tout le temps semblant d'être fâché. Il y a deux équipes l'une contre l'autre et ils font un peu des bêtises en improvisant des petits spectacles qui nous font bien rire. J'espère que son équipe gagnera encore la coupe de Belgique ! Je suis content de le voir jouer.

 


Une journée à Bruxelles !

Manon Neuret, 9 ans

Après un superbe week-end à la kermesse de Hotton, dans les Ardennes, je suis allée passer une journée avec mamilou à Bruxelles. Le jeudi, par une belle journée d’été, nous sommes parties en tram pour nous rendre à l’Atomium. J’ai dit à mamilou : "si nous grimpions là-haut ?" Puis elle m’a dit qu’il y avait 9 grosses boules en inox et au moins 1000 marches ! "Et si nous allions en ascenseur ?" "Oui, répond mamilou, il y en a un et il monte à toute vitesse." Après cette belle visite, nous sommes allées reprendre des forces au restaurant où j’ai mangé une pizza et des croquettes de crevettes. "Maintenant, me dit mamilou, je t’emmène faire le tour de mini-Europe... En avant!" Nous voici dans un parc qui regroupe plus de 300 maquettes. Elles représentent des monuments de plus de 75 villes d’Europe. Voilà comment ma journée s’est passée !

 


Une journée « Formi…Diable » en rouge à l’école de la Reid

La ReidCe vendredi 11 octobre, toute l’école de La Reid (province de Liège) était vêtue de rouge en l’honneur des « Diables…Rouges ». Depuis plusieurs jours, notre instituteur arpentait les couloirs de notre école une carte à la main. De la première maternelle à la sixième primaire, il s’est arrêté dans toutes les classes sans exception. A chaque escale, il parcourait d’abord l’Europe histoire de situer la Belgique et la Croatie avant de pointer le Brésil (Amérique) sur son planisphère pour terminer son intervention. Rassurez-vous, il ne se prenait pas pour Christophe Colomb, cet Italien qui a découvert l’Amérique en 1492, il venait juste nous mettre au défi.

Ce vendredi 11 octobre, pour encourager notre équipe nationale de football qui devait prendre minimum un point en Croatie en vue de participer à la Coupe du monde qui se déroulera au Brésil (Juin 2014), - tout s’explique ! -, il nous proposait de nous habiller tous en rouge. Inutile de vous dire que nous étions enchantés. Toute la semaine, on en a parlé dans la cour, les petits de maternelle décomptaient les dodos.

Vendredi 11 octobre, c’est le jour J. La barrière entourant notre cour est bordée de petits drapeaux belges. La directrice, les instits, les élèves, les surveillants, tout le monde a marché dans la combine, ils sont tous en rouge. Certains portent même des perruques aux couleurs de notre pays, des chapeaux sans oublier les nombreux drapeaux belges qui flottent. Il y a même un drapeau brésilien. Pour peu, on pourrait comparer notre cour au stade de Zagreb où se déroulera le match décisif du soir. A 10h30, c’est l’apothéose. Notre instituteur vient interrompre notre cours de gym. Mise au courant, la presse locale a décidé de consacrer une page de son journal à notre initiative. Pour illustrer l’article, on rassemble les 240 enfants de l’école pour une photo souvenir. Dans la foulée, notre copain Noah, un fan de Kompany, accorde sa première interview. Quel bonheur ! On s’y croirait...

La suite, c’est les Diables Rouges qui l’ont écrite de la plus belle façon en s’imposant 1-2 en Croatie. Brésil, nous voilà…! De notre côté, on ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Notre prochain défi se fera à l’occasion de notre fancy-fair où l’on invitera les parents à s’habiller en… rouge. Ce sera au mois de mai à la veille du Mondial…

En analysant le groupe éliminatoire des Diables Rouges constitué de la Macédoine, la Serbie, la Croatie, l’Ecosse et le Pays de Galles, nous avons appris pas mal de choses.

  • Sais-tu que dans les années 80, la Macédoine, la Serbie et la Croatie, auxquels tu peux ajouter le Montenegro, la Slovénie et la Bosnie, formaient un seul pays qui portait le nom de Yougoslavie ? Il n’y avait qu’une équipe nationale de football à l’époque dans ce pays.
  • Début des années 90, la Croatie et la Serbie étaient en guerre. Cela explique que de nombreuses mesures de sécurité ont dû être prises lorsque ces deux pays se sont rencontrés lors des éliminatoires de la Coupe du Monde.
  • Nous avons également appris que l’Ecosse et le Pays de Galles formaient, avec l’Angleterre, la Grande-Bretagne. Si tu rajoutes l’Irlande du Nord à la Grande-Bretagne, on parle alors du Royaume-Uni. Pour être complet, si tu rajoutes encore l’Irlande du Sud, on parle alors des Iles Britanniques.

 


La natation, ma passion

Maxence Louis, 8 ans et demi

NatationJe vais à la piscine depuis l'âge d'1 an et demi: bébé nageur, accoutumance à l'eau, apprentissage des nages et maintenant, je suis en compétition. J'ai toujours eu des professeurs exemplaires. Sébastien, mon professeur actuel, m'apprend les meilleures techniques afin que je sois au top. Ce n'est pas toujours facile mais avec de la persévérance, j'arrive toujours à atteindre ce qu'il me demande. Il faut dire que je suis dans un club "élite". Merci Mme Anne et Mme Françine (école de natation), Sébastien et Dounia (compétition). C'est grâce à vous tous si aujourd'hui je suis dans le pôle compétition qui me permettra j'espère d'aller très loin. Vive le Mosan (région liégeoise).

 

 

 

 

 

 


Activité Hé-Cool à l’école !

Lisa Cumbo, 12 ans

Le mois passé, mon école secondaire a organisé une activité gratuite qui se nomme : "Hé-Cool". Cette activité nous a permis de faire un peu plus connaissance avec les autres élèves de la classe. Nous avons démarré avec une longue introduction sur ce que nous allions faire puis nous avons découvert les définitions des "situations relationnelles". Puis en fonction de cela, nous avons dû monter en groupe une pièce de théâtre sur un certains thème et par après, les autres groupes devaient rechercher les 3 situations relationnelles qui allaient avec la pièce. Cela a duré une bonne partie de l’activité. Mais avant, chacun des groupes devait s’entraîner, alors pour ne pas s’ennuyer, les autres groupes faisaient des activités. Comme nous étions divisés en 3 groupes, à chaque fois 2 groupes patientaient. Mon groupe et moi avons fait 2 activités : les mimes et "la matière qui te correspond" (si cela se nomme ainsi). Puis en dernière heure, nous devions citer une des qualité d’un héros ! Ce héros n’était autre que nous ! J’ai bien rigolé. Enfin, en partant, on a reçu un bic et un feuillet sur l’AJMO, l’association qui organisait l’activité. Donc voilà, j’ai passé une superbe après-midi !

 


Place aux enfants à Namur

Aurélie Genot, 10 ans

Samedi 19 octobre prochain, "Place aux enfants" revient ! Tous les enfants de 9 à 12 ans habitant dans la commune de Namur se retrouveront à l’école du parc Astrid. Ils vont passer une journée comme des adultes en devenant médecin, fleuriste, pâtissier, puéricultrice, danseuse... Pendant l’année, "Place aux enfants" demande aux adultes s’ils veulent passer un moment à montrer leurs métiers et leur savoir-faire. Mais rien n’est payant ! Le 19 octobre, on doit être à l’école du parc Astrid avant 8h30. On va en bus jusqu’à la première activité. Dès qu’elle finit, on revient à l’école pour manger. On repart ensuite dans une autre activité. À 17h30, les parents reviennent. Pour participer, tous les enfants concernés ont reçu un papier avec les différentes activités proposées.

 


Opération rivière propre

Les élèves de 5ème primaire de l'école Saint Feuillen à Fosses-la-Ville

FossesCe vendredi 13 septembre, les 22 élèves ont mené une « Opération rivière propre ». Avec l’aide d’un animateur de l’asbl Contrat de rivière Sambre et affluents, ils sont partis nettoyer le ruisseau de Fosses. Il y avait du boulot : des pneus, des cannettes, des bouteilles d’huile jonchaient le ruisseau. En une heure, ils ont rempli 8 grands sacs poubelles ! Ils ont appris qu’il n’y avait pas que les déchets qui polluaient mais que certaines plantes comme la balsamine de l’Himalaya nuisaient aussi à l’environnement. Ces plantes se reproduisent facilement et prennent la place de la flore locale.

Après cette opération nettoyage, les élèves ont participé à un jeu sur les chaînes alimentaires présentes dans les rivières. Ils ont appris que chaque être vivant avait un rôle à jouer et que la disparition d’un maillon de la chaîne pouvait provoquer la mort des autres espèces. Ils ont aussi découvert que la pollution entraînait l’apparition de bactéries. Celles-ci consomment l’oxygène de la rivière. Quand il n’y a plus assez d’oxygène pour tous les organismes vivant dans la rivière, elle étouffe. Ce phénomène s’appelle l’eutrophisation.

Ensuite, les enfants sont retournés au ruisseau pour évaluer la propreté de l’eau. Pour cela, munis de pinceaux, d’épuisettes et de boites-loupes, ils ont récolté toutes les petites bestioles présentes dans le ruisseau. Ils ont pu les identifier : gammares, larves d’éphémères, scorpions d’eau douce… En fonction du nombre d’espèces et des différents types d’espèces trouvés, ils ont pu attribuer la cote de 6/10 au ruisseau. Leur journée s’est terminée par la projection du film « Secrets de rivières ». Et quand on leur demande ce qu’ils en ont pensé : « Ce qui serait bien, c’est que tout le monde fasse ça et que plus personne ne pollue. »

 


Mes reptiles

Victoria, 12 ans

Chez moi, j'ai des reptiles. Tout le monde trouve ça moche mais moi, c'est ma passion. J'ai un pogona qui s'appelle Paco, et un gecko à crête qui s'appelle Bonny. Paco, lui, mange des insectes, des fruits, des légumes et de la viande. Bonny, elle, mange de la panade (fruits mixés) et des insectes. Je les adore ! Plus tard, je voudrais être vétérinaire specialisée dans les reptiles.

 


Les nouveaux animaux de la maison

Léa Warmont, 10 ans

Bonjour à tous.
Cette année, j'ai reçu un chien : plus précisément un berger blanc suisse. Le berger blanc suisse est un chien évidement blanc, il aime souvent la compagnie de l'homme. Il est également joueur et gentil avec les enfants. Cependant, ce chien n'est pas fait pour tout le monde parce que s'il est tout seul, il peut être vite malheureux. Il est très sensible et très intelligent. La mienne est une femelle, elle a bientôt 3 mois et elle s'appelle Luna. Elle est très belle mais elle mord (sans faire mal, pas comme un chien adulte). Luna n'est pas encore propre :-/ Mais bon... c'est un chiot ! :-) On va l'éduquer pour qu'elle puisse écouter. J'ai aussi un petit chat noir de 3 mois et il y a tellement de bagarres que quand il n'y a personne à la maison, on doit les séparer. On dit que les chats noirs portent malheur et sont moins beaux que les autres. Eh bien moi je dis qu'elle me porte bonheur et c'est un très beau chat ! C'est mon premier article et j'ai décidé de le faire sur mes animaux ! :-)

 


La fête nationale suisse

Lucie Questiaux, 11 ans

Pendant les vacances, je suis partie en Suisse, dans le Valais. Un jour, on est allé à la fête nationale suisse. C'était magnifique ! Il y avait plein de danseurs et danseuses déguisés en Valaisans. Il y avait aussi des feux d'artifice et un grand château gonflable. Cette soirée restera inoubliable !

 


Nos classes vertes à Chevetogne

Guy Wathelet (4è année, école Notre-Dame de Saint-Remy)

Chevetogne

Lundi 4 février, les enfants de 3è, 4è, 5è et 6è années de l'école Notre-Dame de Saint-Remy sont partis vers le domaine de Chevetogne pour une semaine. Arrivés à destination après 1h30 de voyage, les élèves ont eu droit à un spectacle de bienvenue. Ensuite, ils ont découvert les gîtes où ils allaient dormir. Ils ont déballé leurs bagages, préparé les lits et mis leurs affaires dans les armoires… Bref : aménager leur "bazar" ! Nous avons ensuite vécu une après-midi jeux : course contre la montre, visite du parc , plaines de jeux... Le premier soir, c’est une balade nocturne dans la forêt qui nous a fait frissonner "et pas seulement de froid" ! Notre première nuit à Chevetogne a été géniale : un petit jeu avant de dormir et hop tous au lit.

Mardi 5 février, la rivière nous a livré ses secrets. Nous avons découvert les coutumes du castor et le fonctionnement d’une station d’épuration. Après avoir travaillé, un repas bien mérité nous attendait. Pour clôturer cette deuxième journée, nous avons eu droit à une soirée contée.

Mercredi 6 février, la neige est au rendez-vous. Nous avons donc confectionné un igloo, un vrai de vrai, grandeur réelle ! Après-midi , nous avions prévu une "pêche au ruisseau" : au rapport, beaucoup de larves d'insectes.

Jeudi 7 février, nous avons fait du VTT... toute la journée ! Le soir, après le souper, une soirée fancy-fair animée par Raphaël a diverti la centaine d’enfants des différentes écoles présentes. Toutes sortes de jeux (bowling, roue de la chance, caca-mouche (viser tirer), lancer de disques) nous attendaient.

Vendredi 8 février, dernier jour, la tristesse s’installe : on ne veut pas retourner ! Pour la dernière activité, nous avons fait une promenade où nous avons observé des poils de sanglier sur des troncs d'arbre. Nos dons artistiques ont aussi été sollicités lors de la réalisation d’un petit bricolage. À midi nous avons dégusté un délicieux barbec. Vers 14h, il a fallu prendre le départ après des "adieux déchirants". Quand nous sommes arrivés à l'école, certains étaient quand même contents de revoir leurs parents tandis que d'autres auraient volontiers prolongé le séjour. Ce fut une semaine de découvertes et de bonheur que nous n’oublierons jamais !

 


Expédition à Londres

Les 5ème et 6ème primaires de l'école communale de Boubier (Châtelet)

Maison Ce mardi 21 mai, nous avons pris l'Eurostar pour nous rendre à Londres.

Nous avons visité le British Museum où nous avons admiré la pierre de Rosette, des momies, des statues de Ramsès II,…

Nous nous sommes également rendus au National Gallery où nous avons découvert des toiles de maîtres tels que Van Gogh, Seurat, Rousseau, Monet, Turner,…

Nous nous sommes sentis tout petits au pied de Big Ben !

Nous avons emprunté le parc St James, où nous avons réussi à approcher des écureuils de tout près, pour nous rendre à Buckingham Palace.

Nous avons emprunté pas moins de quatre moyens de transport sur notre journée : l'Eurostar, le fameux bus anglais, le bateau pour faire une mini croisière sur la Tamise et enfin le métro à l'heure de pointe !

Nous avons passé une journée extraordinaire que nous n'oublierons jamais.

 

 


Le serpent mobile

La classe de 4ème D du Sacré-Cœur de Lindthout à Woluwé-St_Lambert

Maison Du lundi 13 au vendredi 17 mai, notre école, le sacré Cœur de Lindthout à Bruxelles a participé à l'activité d'Emile, le serpent mobile.

De quoi s'agit-il ? Il s'agit d'un jeu organisé par Bruxelles Mobilité. Ce jeu encourage les élèves à se déplacer de manière durable pour se rendre à l'école : venir à vélo, ou a pied, emprunter les transports en commun ou le covoiturage et même pour ceux qui empruntent la voiture, se garer dans les environs de l'école et effectuer un morceau du trajet à pied. Avant l'action de mobilité, nous avons calculé que 57 % des élèves se rendaient à l'école de manière « verte ». Notre objectif, pendant la campagne, était d'atteindre les 70% de déplacements durables. Chaque matin, un comptage a été effectué ; les enfants qui avaient fait un effort dans la mobilité pouvaient coller une pastille sur un autocollant. Ceux-ci étaient collés sur l'affiche représentant le serpent. L'opération a bien fonctionné ! Plus de 70 % des déplacements étaient durables cette semaine. Certains enfants ont changé leur mode de déplacement en demandant à leurs parents de se garer à distance de l'école, ce qui a désengorgé les abords de celle-ci. Peu d'enfants ont pris leur vélo car la météo n'était pas très bonne ! Certains se sont arrangés entre voisins pour n'utiliser qu'une seule voiture.

On espère que tout le monde gardera les bonnes habitudes prises pendant l'opération et permettra donc une meilleure mobilité aux abords de l'école !

 


Classes de neige à Bernex

Classe de 6ème année de l'école communale de Lens-Saint-Remy

Maison Le samedi 16 mars 2013, les élèves de 6ème année de l'école communale de Lens-Saint-Remy ainsi que les 5ème et 6ème années des autres écoles communales de Hannut ( 136 élèves) sont partis pour une semaine en classe de neige à Bernex en Haute-Savoie.

Ce samedi 16 mars à 22 h 30, nous sommes partis en car, à Bernex, une petite station de ski en Haute – Savoie ( France ), non loin du lac Léman et de la frontière suisse. Lorsque nous sommes arrivés,vers 9 h 00 , nous avons découvert un magnifique paysage ennneigé. Après nous être installés dans nos chambres, nous avons profité de la neige et réalisé une petite bataille. Une bonne nuit de sommeil et nous avons alors entamé notre première journée de ski. Nous étions répartis en plusieurs groupes de niveau. Chaque matin, nous avions cours de ski et les après-midis, diverses activités étaient proposées: luge, biathlon, visite d'une fromagerie ( Abondance), jeu de piste dans le village, patinoire olympique et shopping à Morzinne-Avoriaz. En soirée, nous avons participé à plusieurs veillées organisées par les moniteurs et nos enseignants : un blind test, un karaoké, une marche aux flambeaux et la tant attendue boum !

Le dernier jour, une remise des médailles était organisée. Certains ont même pu monter sur le podium. Mais tous les élèves ont fait de leur mieux et ont reçu un petit brevet. Cette semaine restera une semaine inoubliable et pleine de souvenirs !

 


Les maisons passives

Louise Legreve, 9 ans

Maison Une maison passive est enveloppée très chaudement de manière à ce que très peu de chaleur puisse être perdue en hiver. Les rayons du soleil qui brillent à travers des fenêtres et la chaleur dégagée par l’intérieur de la maison (êtres vivants, appareils…) fonctionnent comme un chauffage. Il ne faut donc plus de chauffage. Ce qui est intéressant car pour chauffer, il faut utiliser de l’énergie. Et ça donne de la pollution. Autres avantages, il y a une température identique partout dans la maison et le chauffage ne coûte plus rien. Pour garder la chaleur dans une habitation, il faut isoler les parois (toit, sol, murs, portes et fenêtres). Pour les fenêtres, il faut utiliser du triple voir du quadruple vitrage. Donc elle est tellement isolée qu’elle devient étanche à l’air. Ceci permet d’éviter toutes les pertes de chaleur. Pour ne pas mourir, il faut une ventilation pour renouveler l’air. La ventilation aspire l’air à l’extérieur, on récupère la chaleur de l’air en sortant. Pour réchauffer l’air rentrant, plus question de faire rentrer l’air gelé.
Les maisons passives sont-elles bizarres ? Non. Extérieurement, elles ressemblent aux maisons classiques. Cependant, elles ont souvent des murs et un toit épais. Ainsi que des grandes fenêtres orientées au sud et peu au nord car au sud, le soleil tape tout le temps et jamais au nord. Les fenêtres au nord, c’est pour la lumière. Les maisons passives sont aussi écologiques. On économise beaucoup d’énergie. Les dépenses de chauffage sont 10 fois moins importantes. Il est plus écologique de construire une maison passive en matériaux qui polluent qu’une passoir thermique avec des matériaux naturels. On peut aussi construire une maison passive en bois et ça, c’est très écologique.

 


Clic-clac

K.D.

VTT Du mardi 26 mars au vendredi 29 mars, nous étions 20 élèves de 5ème et 6ème années, de l’école communale de Xhoris (dans le sud de la province de Liège), à partir en VTT, à travers la Famenne, à la découverte d’artisans, certains de renommée internationale : sculptrice, fromagère, luthier, apiculteur, taxidermiste… Avec beaucoup de courage, nous avons effectué une centaine de km, bravant le froid, la neige et gravissant plusieurs cols. Quelle belle aventure !

 


Ma classe et moi sommes parties une semaine au ski

Clothilde, 12 ans

Ski C'était génial mais ça passe vite... On est 21 dans ma classe et il n'y en avait que 2 qui savaient skier, mais apprendre c'est super bien ! C'était la première fois que j'allais au ski et en apprenant, j'ai eu le Flocon. C'est déjà bien, non ? Je trouve que ce voyage, c'est à refaire avec nos amis ! Notre logement était génial...

 

 

 

 

 

 


Avec ma classe au Baluchon

Léana

Baluchon Bonjour.
J'ai fort envie de partager un voyage extraordinaire que j'ai fait avec ma classe en excursion nature, au Baluchon, à Charleroi. Nous y avons rencontré un personnage un peu bizarre qui nous a emmenés découvrir la nature. C'était comme une pièce de théâtre où il nous a raconté la vie des animaux et après, il nous a emmenés dans son endroit secret, une armoire magique, où l'on peut se cacher dans un terrier de lapin, un terrier de blaireau, grimper dans un nid d'oiseau, tirer les carottes du potager... L'après-midi, nous sommes tous partis en forêt sur les traces des animaux, nous avons goûté des plantes (une ortie, c'est délicieux), nous avons fait un feu de bois pour cuisiner, j'ai appris plein de choses sur les animaux ! Nous avons même vu un chevreuil ! Le Baluchon, c'est cool !

 


La grenouille

Karol-Lynn Charlier (12 ans), d'Aubel

GrenouilleLa grenouille est un amphibien. La grenouille est "OVIPARE", elle pond des oeufs par centaines. Elle se reproduit dans l'eau. Ses petits sont appellés "têtards" . La grenouille se nourrit de petits insectes. Certaines ne chassent que des fourmis. Mais d'autres chassent des araignées, des limaces, des scarabées ou des poissons.La grenouille est aussi carnivore. La pupille de la grenouille se dilate quand il fait sombre et rétrécit quand il fait jour. La grenouille vit dans des endroits variés, parfois en haut des arbres. La grenouille vit en moyenne 5 ans mais peut avoir une longévité maximale de 15 ans. En mars, la grenouille sort de l'hibernation. Elle vit aux abords des lacs, étangs, marais, rivières. La grenouille taureau est une des plus grosses grenouilles existant ainsi que la goliath.

 

 


Je suis scout à Morlanwelz

Colin Depelsenaire (10 ans), de Morlanwelz

Au début du mois de juillet, je suis parti en camp scout à Arlon. Le thème du camp était « aventurier ». On a croisé des « zombies » et des « aliens » ! Mes copains et moi, nous avons préparé une veillée. Nous avons aussi construit une grande cabane dans les bois. Pendant ce temps, notre réfectoire s’est envolé à cause du vent ! Ensuite, nous avons préparé notre « gibier » : on a construit une douche et un nouveau réfectoire ! Au scout, on se lave à l’eau froide dans une bassine et on va au petit coin dans la feuillée... C’est trop chouette ! Rejoins-nous au camp scout de Morlanwelz.

 


Ma fabuleuse visite au signal de Botrange

Martin Dengis

BotrangeCe vendredi 9 novembre, les élèves du degré supérieur (de 6ème année) du Collège Saint-Louis à Waremme se sont rendus au centre nature de Botrange à l'aide d'un car. Les classes sont arrivées dans la matinée. Tout d'abord, les élèves commencèrent la journée par un peu de théorie (explications détaillées) qui ne leur fit pas de mal. Les petits aventuriers apprirent à se diriger munis d'une carte et d'une boussole. Après cette courte leçon, ils firent des équipes pour participer au jeu d'orientation. Le but du jeu était simple : un des guides leur indiquait un point (un endroit) sur la carte et ils durent s'y rendre le plus vite possible. Eh oui... après tout cela, il est déjà midi ! L'après-midi fut plus riche en découvertes. Ils apprirent que la sphaigne était une matière organique (matière formée par des êtres vivants végétaux, animaux ou micro-organismes) qui pouvait contenir 20 à 70 fois son poids en eau. Ils firent un peu d'exercices en sautant sur un trampoline naturel fait à base de tourbe (matière combustible formée à la suite de l'accumulation de matière organique morte). Ils cloturèrent la visite en montant sur la fameuse bute de 694 mètres. Ils ont trouvé cette "balade" très enrichisssante en découvertes et ils repartirent contents d'avoir apris autant de choses intéressantes.

 

 

 

 

 

 


Potiers un jour, les mains dans l'argile

Les élèves de 5ème et de 6ème primaires de l'école communale de Moranfayt, Dour

PotierLe jeudi 8 novembre 2012, les élèves de 5ème et de 6ème primaires de l'école communale de Moranfayt ont visité une exposition de « Claude Aïello et les designers ». Ils ont pu réaliser une oeuvre en argile au Mac's au Grand-Hornu. Une guide nous a expliqué le travail, la vie de Claude Aiëllo et son métier pour mieux connaître le métier de potier et de designer. Nous avons regardé une petite vidéo de Claude Aiëllo qui faisait de la poterie... Ensuite, dans une autre grande salle, il y avait plein d'objets designs... C'était super ! Nous sommes allés dans une petite pièce où nous avons dû créer un homme imaginaire avec des formes géométriques en argile. Après une petite promenade dans le parc du musée, une animatrice nous a fait travailler l'argile. Nous avons pu exprimer tout notre art en créant un jeu pédagogique en argile. Lorsque nous sommes revenus à l'école, nous avions le sourire jusqu'aux oreilles.

 

 

 

 

 

 


A la découverte de l'Arménie

Alexandre Claeys, Ramillies

ArménieBonjour, je m'appelle Alexandre. J'ai fait un voyage en Arménie avec mon papa. L'Arménie est un pays d'Asie qui est grand comme la Belgique. Sa capitale est Yérévan. Les gens qui vivent en Arménie s'appellent les Arméniens. Au nord de ce pays, il y a la Géorgie, au sud l'Iran, à l'ouest la Turquie, et à l'est l'Azerbaïdjan. L'Arménie est le premier pays chrétien au monde ! Au milieu du pays, il y a un lac de 80 km de long : le lac Sévan. Au bord de ce lac, nous avons dormi deux nuits. Une nuit dans un hôtel de luxe, et une nuit dans un 'domik'. Un 'domik' est une espèce de bungalow formé à base de deux containeurs de bâteaux qui sont collés ensemble. En Arménie, il y a aussi des monastères superbes comme celui de Khor Virap, par exemple : il est situé devant l'Ararat (une montagne de Turquie). Les gens qui vivent en Arménie sont pour la plupart pauvres, mais il y a aussi des gens très riches. La nourriture en Arménie est beaucoup basée sur la viande : les kebabs, les brochettes, les côtes d'agneau... heureusement, j'adore ça ! L'alphabet arménien a été créé par un homme qui s'appelait Mesrop Machtots. Cet alphabet est unique au monde ! Mais heureusement, avec un petit lexique, nous avons pu un peu déchiffrer les lettres. C'est un pays étonnant !

 


Un super cadeau d'anniversaire

Charlotte Pierrard, Watermael Boitsfort

Canyoning Bonjour ! Je suis Charlotte Pierrard. J'ai 11 ans. En vacances, je suis allé en Espagne. J'ai fêté mon anniversaire là-bas. Comme cadeau : du canyoning ! C'est du "sport" si on veut, dans l"eau (gelée) en combi spéciale (on vous la prête !). On peut faire des sauts jusqu'à 7 m. Je suis la seule avec mon papa, et deux autres amis, à l'avoir fait, ce saut. C'est trop dément ! D'abord,on fait une balade (une montée précisément) pour arriver à un canyon. C'est un "fleuve" qui est des fois étroit, des fois hyper large, avec des looongs rochers, et aussi, en plongeant votre main dans l'eau transparente, vous pouvez trouver de nombreux cailloux super jolis. J'en ai rapporté une vingtaine. J'ai fait connaissance avec Eugene, Fantine, Philippe, Nathalie, qui viennent de Bordeaux. Bonne ambiance de groupe ! Vous n'êtes pas obligés de sauter. Il y a aussi plusieurs toboggans naturels. Cela se passait à Sierra de Guarra, dans les Pyrenées esapgnoles. On y parle français. Salut !

 

 

 


L'école communale de La Calamine

Karina Zhussubaliyeva, La Calamine

Je m’appelle Karina et je voudrais bien vous raconter un peu de tout sur mon école. J'y suis écolière depuis mes 3 ans et déjà cette année, c'est la dernière année que je suis dans cette belle école ! Je vais commencer par raconter ce que l'on fait au début de l'année scolaire (donc la première semaine du mois de septembre). Dès le matin à 8h 20, on doit déjà être prêt à entrer et être assis sur sa chaise. A 15 h, on est déjà en route pour retourner à la maison sauf le mercredi, c'est à midi. Le samedi et le dimanche, on a congé. Le premier jour, on se présente, on a eu nos premiers devoirs et on a aussi appris ce que l'on va faire pendant toute l'année. Après une semaine, on sait déjà tous les noms de ceux qui sont dans la même classe et on est déjà habitué à parler avec tout le monde. On connaît déjà tous les profs de l'école et le directeur en plus ! Ils sont tous super gentils, c'est bien ! Au mois de mai ou juin, on va en excursion et c'est comme ça chaque année ! Mais pas toujours au même endroit. Chaque jour que l'on passe dans cette école est super amusant. Il n'y a encore eu aucun jour sans aucune blague. Dans mon école, on apprend l’allemand. La Calamine est une commune située à l’est de la Belgique. Elle fait partie de la Communauté germanophone, qui rassemble les communes belges où la population parle l’allemand.

 


La Géorgie

Nana Palavandichvili

Il y a deux Géorgie. Il y en a une aux Etats-Unis et une autre en Asie. Ce pays d'Asie est mon pays d'origine (lieu d'où on vient). Ses monuments historiques la mettent en valeur. Il y a très longtemps, il y avait des nobles (des rois et des reines) en Géorgie mais la révolution (changement important du pouvoir) a éclaté et tous les nobles, même les innocents, ont été tués. Quelques-uns ont survécus et vivent dans des pays différents : Belgique , Russie, France... Ils devraient être dans un magnifique château en train de gouverner la Géorgie mais au lieu de ça, ils sont comme tout le monde. Ils ne se pomponnent pas avec du Dior ou du Chanel ! La Géorgie a subi en 2008 la guerre. Il y a eu beaucoup de morts, beaucoup de blessés ! Mais aucune raison d'avoir peur : c'est un charmant pays. Une amie qui rentrait de la Géorgie nous a dit que c'était le plus beau pays qu'elle avait jamais vu ! Il y a beaucoup d'églises. C'est un pays de religion orthodoxe et ses habitants sont croyants.

 


L'aïkido, c'est bien !

Charlotte Pierrard, Watermael-Boitsfort

Aïkido Bonjour ! Je m'appelle Charlotte. Je fais de l'aïkido. C'est un art martial. C'est, si tu veux, quelque chose qui te permet de te défendre sans (trop) faire mal à l'autre. Simple ? Nonnonnonnon ! Ce n'est pas DU TOUT facile. Mais on s'y habitue. Une heure par semaine d'aïkido ? Une partie de plaisir ! Il y a une bonne ambiance entre ceux qui savent tout et les autres à côté, avec des yeux ronds, qui ne savent pas du tout ce qu'ils doivent faire. Surtout, les professeurs t'aident bien et ils te remontrent 51 fois, mais ca fait (aïe) MAL ! Quand ils veulent expliquer l'exercice (montrer), on s'assied tous à genoux, le dos bien droit sur le tapis rouge. C'est aussi serieux, parce qu'il y a des examens... Il faut juste se rentrer "kata dori ikyo" dans la tête et puis c'est bon !
Evidement, les profs nous préparent. Les examens ne sont pas obligatoires après les stages (soit dit en passant, les stages se font pendant les vancances). Les examens peuvent se faire dans l'année, quand votre professeur estime que vous pouvez passer un examen. Dans ce cas-là, l'examen se passe un samedi, et vous devez venir un deuxième jour pendant la semaine pour que votre professeur vous prépare. Il y a aussi des stages qui se font à l'ADEPS, à Audeghem. Au cours des stages, on ne fait pas de l'aïkido tout le temps. On fait d'abord une promenades puis on travaille, la pause midi, 2ème cours... C'est une chouette ambiance. Si vous voulez faire un sport qui fait bouger (il y a des exercices avant les prises!), eh bien essayez ça ! Si vous devez apprendre à vous maîtriser, faites ça. C'est bien.

 


Mon parrain part pour la Corse à vélo !

Augustin Canautte, Noville-les-Bois

Quentin Ce jeudi 13 septembre, Quentin, mon parrain a décidé de relever un défi personnel : partir de chez lui, à Villers-la-Ville, pour se rendre en Corse… à vélo. Il parcourra 1576 km et passera plus de 150 heures sur sa selle. Il passera par Libramont et Virton (en Belgique), Dijon et Grenoble (en France) puis Pise (en Italie), avant d’embarquer pour cette fameuse île où un héros nommé Ulysse a pu trouver refuge. Sur son parcours, il devra affronter le climat parfois hostile et pas mal de cols de montagne. Il est équipé d’un GPS spécialement conçu pour les cyclistes, d’une tente, de produits de première nécessité et d’une réserve de nourriture adaptée. Mais ce qui le motivera un max sera de rejoindre sa sœur, qui travaille dans ce coin du monde paradisiaque, et aussi de recevoir un petit mot d’encouragement sur son blog

 

 

 

 


Mes vacances d’été

Mario Boi, Solre-sur-Sambre

Mario Bonjour ! Je m’appelle Mario, j’ai 9 ans. Et cette année je suis allé en Sardaigne, dans un petit village qui se nomme « Gairo ». La Sardaigne est une île qui appartient à l'Italie. Nous avons dormi chez mon nonno et ma nonna à la montagne. L’après-midi, nous allions à la mer. Avec mon frère Sergio, nous jouions toute la journée dans le sable et dans l’eau après avoir mis beaucoup de crème solaire pour protéger notre peau bien-sûr ! Le soir, nous faisions du vélo et du tennis. Un moment que j’appréciais particulièrement, c’était lorsque nous jouions avec mon papa Antonio et ma maman Caroline à la scopa. C’est un jeu de cartes où il faut faire preuve de stratégie et de mémoire pour gagner. Pour aller en Sardaigne, nous nous sommes rendus en bateau et sommes allés jusqu’en voiture au port de Genova. Pour ce faire, nous avons traversé plusieurs pays tels que le Luxembourg, la France, la Suisse, l’Italie. Une fois arrivé au port de Porto Torres en Sardaigne, nous nous sommes orientés vers les montagnes vertes ! Je suis très content d’avoir passé de superbes vacances avec mon frère, mon papa, ma maman et mes grands-parents.

 


Les louveteaux, c'est cool !

Augustin, Ciney

Bonjour. Je suis aux louveteaux depuis un an. Vous savez, c'est super cool. On fait des cabanes et des jeux dans la nature. Ce que j'ai le plus aimé, c'était le camp. Salut !

 


Je fais de l’athlétisme

Cassandre Evans, Vinalmont

Courir Depuis début septembre, je fais de l’athlétisme. J’ai voulu en faire parce que j’aime courir. Ce qui est amusant, c’est qu’il y a plein de disciplines différentes (sprints, sauts en hauteur, lancers de la balle…) Je fais aussi beaucoup de meetings car j’aime faire des compétitions. Je fais des cross et des courses avec l’école où je finis souvent première. Je suis inscrite au club d’athlétisme de Huy. Mon entraineur principal, qui est aussi mon coach est Vincent Delcro. Pour faire de l’athlétisme, il ne suffit pas d’être doué, mais il faut surtout être courageux. Les entrainements se dont deux fois par semaine (le mercredi et le vendredi de 17h à 18h30) par tous les temps. Pour l’instant dans notre club, nous sommes +/- 200 athlètes répartis dans différentes catégories. Nous nous entendons très bien. L’ambiance est excellente et c’est un vrai plaisir de s’entrainer dans ces conditions.

 


Mes moutons

Fanny Vendy, Wanze

Moutons Chez moi, nous avons huit moutons nains d’Ouessant. Ils sont minuscules mais trop mignons. Ce que ma famille et moi ne savions pas, c’est que parmi eux il y avait un mâle. Heureusement, ce sont des moutons très débrouillards et les femelles mettent bas toutes seules. Malheureusement, nous avons eu quelques problèmes : il y a eu deux mort-nés. Pour un des deux, nous avons dû appeler plusieurs vétérinaires de la région. Le petit était mort dans le ventre de sa maman. Par bonheur, la maman est sortie d’affaire. Nous donnerons les moutons dès qu’ils seront assez grands. Avis aux amateurs ;-) Nous avons déjà trouvé une famille d’accueil pour certains d’entre eux. Ce sont des moutons qui sont faciles à vivre car ils mangent de tout mais en grande quantité. Je les adore plus que tout au monde, mes petits moutons !!!


La fête à l’école de Vinalmont

Samuel Flaba, Wanze

Fête Vinalmont est un petit village situé près de Huy, dans la commune de Wanze. Ce samedi 5 mai, l’école de Vinalmont était en fête ! Les enseignants et le comité scolaire avaient organisé une fancy-fair durant l’après-midi. Plusieurs jeux nous étaient proposés : un château gonflable, une pèche aux canards, une course en palmes, un lancé de balles... Le soir, un souper ayant comme thème l’Inde était prévu. Ce souper a commencé vers 18h30. Au menu, cocktail Maharaja, brochettes de viande, riz safrané et crudités. Durant la soirée, une tombola nous était proposée pour 2,50€ le ticket. Les parents pouvaient aider les enseignants et le comité scolaire pour, par exemple, le barbecue, la vente de tickets, le bar… C’était vraiment une super fête de fin d’année ! Bien vite, l’année prochaine…

 


Ma tantine et mon tonton sont partis habiter en Guadeloupe

Suzy Pemmers, Bastogne

Guadeloupe La Guadeloupe se situe dans l'arc des Petites Antilles. Il y a deux parties principales: la Basse Terre à gauche et la Grande Terre à droite. C'est une île française, les gens qui y vivent sont Créoles et ils parlent : le créole et le français. Ma tantine et mon tonton sont partis il y a 3 ans. Ils ont ouvert plusieurs bars à smoothies portant le nom de Gwadmix. Ils habitent au Lamentin, qui se situe sur le côté gauche de l'île. Ma famille et moi avons été deux fois en Guadeloupe. Nous avons trouvé cela superbe ! Nous avons été sur les deux côtés de l'île. Sur le côté gauche pour y visiter le volcan appelé La Soufrière, les chutes du Carbet, la cascade aux écrevisses et plein d'autres choses. Et sur le côté droit : Sainte Anne pour la plage et le village artisanal, le Moule, Saint François, Anse Bertrand, Port Louis. Durant notre voyage, on a pu découvrir des paysages nouveaux, des choses nouvelles, des nouveaux animaux...


La pollution et le tri des déchets

Les élèves de 5ème année primaire de l'école Enrico Macias à Hotton

Tri Ce mardi 24 avril, les élèves de 5ème année primaire de l'école Enrico Macias de Hotton ont participé à une animation sur le tri des déchets et la pollution proposée par l'AIVE. Cette activité nous a permis de prendre conscience des conséquences de la pollution :

  • plus on pollue, plus on paie de taxes. Celles-ci sont destinées à financer de nouveaux véhicules, des ouvriers, des chercheurs scientifiques pour combattre les nouvelles maladies, des plantations...
  • quand nous polluons, nous épuisons les ressources naturelles
  • on peut recevoir une amende si la police nous surprend en train de jeter un déchet dans la nature.
Nous avons trouvé quelques actions que tout le monde peut mettre en place pour sauver notre planète :
  • acheter des produits peu emballés
  • trier soigneusement les déchets à la maison
  • se rendre régulièrement au parc à conteneurs
  • ne pas jeter les déchets dans la nature car ceux-ci mettent beaucoup de temps à se dégrader
Dans notre école, nous trions nos déchets en classe et sur la cour. Nous pensons à prendre une boîte à tartines plutôt que de l'aluminium et nous consommons l'eau du robinet.



La fête de l’école de Saint-Joseph

Les élèves de sixièmes primaires de l'école Saint-Jospeh à Saint-Servais

Fête Samedi dernier a eu lieu la fête de l’école de Saint-Joseph à Saint-Servais. La fête se déroulait au Sacré-Cœur. Toutes les classes dansaient sur le thème « Voyages ». L'après-midi, les élèves présentaient leur spectacle devant les parents. Tout le monde avait beaucoup préparé les danses ! Nous, les sixièmes primaires, avons répété pendant des semaines dans notre classe ou dans la cave. En général, nous dansions pendant les temps de midi. La fête commençait à 14h avec les maternelles qui faisaient un tour du monde : ils sont passés par l’Espagne, l’Afrique, la Grèce et d’autres pays. Ensuite, les premières primaires dansaient déguisés en cow-boys et en Indiens. Les troisièmes primaires faisaient des percussions. Les quatrièmes primaires ont dansé sur Magic System pour représenter la France. Les cinquièmes primaires, eux, ont dansé sur Taio Cruz, c’était les Etats-Unis. Nous étions les derniers avec deux danses du ventre, nous avions choisi deux chansons turques. Pendant le spectacle, il y avait un bar et on pouvait acheter du gâteau, de la tarte ou des bonbons. Les enfants pouvaient aussi se faire maquiller. Avant les danses et pendant la pause, il y avait une pêche aux surprises. Après, l’école avait prévu un repas. On pouvait manger des boulettes sauce tomates avec des frites ou du couscous et il y avait une glace comme dessert.


M&M’s World

Maya Ben Taleb (9 ans), de Linkebeek

M&MAu début des vacances de Pâques, j’ai été à Londres avec ma famille. Une des visites que j’ai préférée, c’est le « M&M’s World ». C’est un immense magasin sur 3 étages avec des grands personnages M&M’s, des vêtements M&M’s, des gadgets M&M’s et, bien sûr, plein de bonbons M&M’s. C’est le paradis des M&M’s… et des enfants !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Rihanna

Romane Lauwers, de Jambes

RihannaTout le monde connaît la chanteuse Rihanna. Mais qui connaît Robyn Rihanna Fenty ? Eh bien sachez que ces deux personnes sont les mêmes ! Rihanna, née le 20 février 1988, est une chanteuse qui a plutôt un style de musique pop (comme la chanson We found love) ou de musique R&B (comme la chanson Plaese don't stop the music). Elle fut repérée en 2003 lors d'un concours de chant. C'est Evan Rogers (producteur) qui la trouva. Il l'emmena à New York et à 15 ans, elle chanta pour la première fois. Nous avons beaucoup entendu parlé de cette chanteuse. C'est elle qui a décidé, il y a quelques temps, de se teindre (mettre en couleur) les cheveux en rouge. Nous avons aussi beaucoup parlé d'elle lorsqu'elle se faisait frapper par son amoureux en 2008. Malgré ceci, Rihanna a quand même un grand cœur. Elle a d'ailleurs créé l'association Believe pour aider de nombreux enfants dans le monde entier. Si vous voulez allez la voir en concert, sa prochaine tournée (concerts un peu partout) nommée Rihanna Festival Summer Tour 2012 aura lieu de juin à août.



Ma visite au musée Magritte

Lorette Thiry, de Forchies-la-Marche

Magritte Qui est Magritte ? René Magritte est un peintre belge. Il est né le 21 novembre 1898 à Lessines. Il fait des peintures surréalistes. Sa femme s'appelait Georgette. Deux de ses plus célèbres tableaux sont "Ceci n'est pas une pipe" et "L'empire des lumières" (illustration ci-jointe). Sa femme Georgette lui servait souvent de modèle pour peindre ses tableaux. Le samedi 25 février 2012, je suis allée au musée de Magritte. Il s'appelle Museum Magritte. En fait le musée de Magritte se trouve à Bruxelles dans le musée des Beaux-Arts de Bruxelles. Avec mes parents, on a pris un "audioguide" (comme un téléphone). On tapait le numéro de la peinture et on écoutait quand Magritte l'avait peint, pourquoi, etc. Et à la fin de la visite, il y avait une boutique souvenirs. Je vous souhaite d'y aller bientôt car c'était vraiment, vraiment chouette et intéressant pour les petits comme pour les grands.












Le folklore et les légendes belges envahissent Sibret

Les élèves de 5ème et 6ème années de l’école communale de Sibret

Légendes Nous avons commencé l’année 2012 par un plongeon dans l’univers des géants. Une fois l’idée du projet expliquée par notre enseignant Monsieur Florent Beaufays, nous avons entamé des recherches. Quelques légendes étaient certes connues mais d’autres nous étaient étrangères. Une fois notre sujet connu, nous avons commencé la construction des corps... Lorsque le corps fut réalisé, nous avons recouvert le tout de papier mâché. Nous avons peint ensuite les visages des personnages. Pour terminer, nous leur avons créé des costumes colorés. Les géants enfin terminés, nous avons pu les exposer aux yeux de tous. Nous avons été heureux de partager ces histoires avec nos camarades, nos parents et grands-parents.



Artiste pour artistes en herbe

Les élèves de 6ème année de l’école communale de Lens-Saint-Remy

Artiste Jeudi 9 février 2012, Gloria Barracato, artiste peintre et fille du célèbre chanteur Frédéric François est venue à l’école communale de Lens-Saint-Remy pour faire découvrir son métier et sa passion aux élèves de 6ème année. Dans le cadre d’un contrat-lecture avec le centre publique de lecture de Hannut, les élèves de 6ème année ont pu profiter d’un atelier d’écriture autour de l’haïku (poème japonais) et d’un atelier artistique accompagné d’un artiste. Dans un premier temps, l’artiste nous a montré trois de ses œuvres représentant des silhouettes de personnes. Pour les réaliser, elle utilise des couleurs sombres ( gris, bleu, noir…) et différentes techniques afin de donner du relief. Tout d’abord, nous avons découpé des morceaux de journaux (article, quelques mots, images) et nous les avons collés sur une plaque MDF à l’aide de colle blanche. Ensuite, la deuxième étape consistait à appliquer une pâte blanche aux endroits désirés. Celle-ci, en séchant, donnera du relief à la future peinture. On pouvait également coller des bouts de ficelle. Une fois le tout bien séché, nous avons appliqué une couche de fond à l’aide d’une peinture de son choix. Elle pouvait être étalée au pinceau ou au couteau. Pour terminer, nous avons peint un ou plusieurs éléments de notre haïku rédigé quelques jours auparavant et cela afin de donner un thème à notre peinture. Une exposition des différentes œuvres réalisées par les élèves de 6ème année aura lieu dans du 9 mars au 7 avril à la bibliothèque communale de Hannut. Un vernissage sera organisé le 23 mars en présence des différents artistes ayant participé au projet.


Mon papa a taillé un cœur dans l’herbe

Célia Nyssen, de Marchin

CœurCe 23 janvier, la commune de Marchin a organisé un concours de "Coupes de gazon originales". Pour l’occasion, mon papa a taillé un cœur dans l’herbe. Il y a passé 2 heures dans la journée pour cette grande occasion. On a d’abord pris un grande corde et nous l’avons disposée en forme de cœur dans le jardin et papa a tondu la pelouse autour... Nous avons dû recommencer à plusieurs reprises car des fois, la corde s’enmmelait dans l’hélice de la tondeuse. C’était fort ennuyant mais toujours marrant. Le gagnant était mon voisin, qui a tondu un oiseau dans une cage dans son jardin. Je suis déçue de ne pas avoir gagné mais aussi tres heureuse pour mon voisin. Cette expérience était EXTRA !







Une journée inoubliable à Paris

Les élèves de 5ème et 6ème primaires du groupe Boubier de Châtelet

Paris Le vendredi 16 décembre, les élèves de 5ème et 6ème primaires du groupe Boubier de Châtelet ont eu la chance de découvrir la ville lumière... Paris ! Nous sommes montés sur la célèbre tour construite en 1889 à l'occasion de l'exposition universelle, nous parlons bien évidemment de la Tour Eiffel ! Elle est magnifique, aussi bien le jour que la nuit, où elle s'illumine de 1000 feux ! Nous avons également visité le musée du Louvre et nous avons pu y découvrir la "Joconde", la "Vénus de Milo", le Sacre de Napoléon et la couronne de celui-ci, la statue de la Victoire de Samothrace, un sphynx en granit rose... Quel splendide et gigantesque musée ! Cette journée sera gravée pour toujours dans nos mémoires.





Au pays de la BD avec Monsieur Dosimont

Les élèves de 5e primaire A du Collège Notre-Dame de la Paix

BD Ce vendredi 18 novembre, nous avons accueilli Monsieur Dosimont, l’auteur de plusieurs livres pour enfants et d’une bande dessinée. Il a inventé la collection des Professeurs Planète, dont l’un des livres explique les animaux en danger dans le monde, un second sur le pôle nord et deux autres vont paraître sur les planètes et le système solaire ainsi que les phénomènes terrestres. Il a également créé une série de livres pour les plus petits avec des autocollants à replacer sur l’homme de Cro-Magnon, les Égyptiens, les Romains, le corps humain… Cet auteur a aussi réalisé une bande dessinée « Robin » pour expliquer la mucoviscidose dont les droits d’auteur sont intégralement reversés à l’association pour lutter contre cette maladie. Elle est distribuée aux classes dont un élève est atteint de celle-ci mais est aussi vendue sur le site www.muco.be. Monsieur Dosimont est venu deux heures nous raconter son métier passionnant. Avant sa venue, nous avions préparé des questions et il y a ainsi répondu. Il nous a, entre autres, expliqué les étapes de la création d’une bande dessinée ainsi que les différentes techniques de fabrication. Les voici en quelques lignes.
Après avoir choisi entre la création d’une histoire ou de gags, l’auteur doit réaliser un synopsis. Il s’agit du résumé de l’histoire en une demi-page dans le but de convaincre un éditeur de publier le livre.BD Ensuite, l’auteur écrit un scénario et réalise le découpage. Cela consiste à découper le scénario et le transformer en planches de dessins au brouillon. Puis, il fait le crayonné c’est-à-dire l’étape où il dessine la planche au crayon gris et au crayon bleu. Il la photocopie ainsi les traces de crayon bleu disparaissent avant de repasser le dessin sur du papier calque. Certains dessinateurs utilisent, à cette étape, l’encre de Chine au lieu du calque. C’est ce qu’on appelle l’encrage. Il scanne ensuite sa planche et la colorie avec un programme d’ordinateur. C’est le coloriage. Il termine sa bande dessinée par l’encrage des textes toujours sur un papier calque qu’il scanne. Une fois l’ensemble des calques superposés (fusionnés), la planche de BD est terminée et peut être envoyée à l’éditeur. Le travail pour réaliser une bande dessinée complète demande beaucoup de patience et de temps. Il faut compter, en moyenne, deux ans pour faire trois BD. En souvenir, Monsieur Dosimont nous a offert le dessin d’un schtroumpf d’après Peyo. Il a même proposé de revenir nous expliquer les différentes parties d’une planche de bande dessinée, les phylactères, les espaces, les règles à respecter… Nous le remercions pour sa visite dans notre école car il est passé dans les cinq classes de cinquième primaire. Vivement qu’il revienne, c’était trop cool ! En attendant, nous avons acheté quelques exemplaires pour notre classe. Nous vous les conseillons à tous !


Thoricourt et Ninove, deux écoles primaires qui correspondent

Les élèves de 5e et 6e années de l’école communale de Thoricourt (Silly)

Thoricourt Les élèves de 5e et 6e années de l’école communale de Thoricourt (Silly) correspondent depuis trois ans avec des élèves néerlandophones de l’école de Ninove. Le 30 septembre dernier a eu lieu une journée-rencontre inoubliable. Nous avons débuté la journée avec un petit jeu qui permettait d’identifier chaque enfant. Ensuite, nos correspondants ont pu apprécier le buffet de pâtisseries et les brochettes de fruits préparées par nos soins. Monsieur Olivier, notre professeur de gymnastique, avait organisé de chouettes activités telles que la pétanque, la course-relais… et même des jeux d’eau ! Chaque équipe était constituée d’élèves francophones et néerlandophones. Ce fut pour nous l’occasion de faire plus ample connaissance. Tous ensemble, nous avons pris notre pique-nique accompagné de délicieuses frites préparées par Martine, notre cuisinière. Après un petit match de foot opposant les deux écoles, nous nous sommes rendus chez Eloi et Eugénie, deux petits fermiers de notre classe. Ils étaient très fiers de nous faire découvrir leur ferme. À la fin de la visite, tous les enfants ont dégusté le fromage du Petit Fouleng. Au terme de cette journée riche en échanges linguistiques, nous avons quitté nos correspondants en nous promettant de poursuivre ce beau projet mais cette fois, au sein de nos classes. Nous sommes impatients de les retrouver à une prochaine occasion. Merci à tous nos professeurs qui nous ont permis de vivre une telle journée !


Un nouvel album pour les fans de Justin Bieber

Philippe

BieberJustin Bieber va bientôt sortir un nouvel album. Cet album va sûrement s’appeler Believe (croire). C'est un album qui proposera de nombreux duos. Il a ainsi collaboré avec plusieurs grand nom du R’n’B’ américain, comme Kanye west, Chris Brown, Drake et Rascal Flatts. On attend avec impatience la sortie de son nouvel album. Espérons qu’il soit tout aussi efficace que son dernier opus. En attendant, vous pouvez toujours déguster le film "never say never" (ne jamais dire jamais) de Justin Bieber.



Notre visite à Pairi Daiza

Quentin Claus, d'Uccle

Le 27 septembre, nous avons visité le parc animalier "Pairi Daiza" à l'occasion de l'anniversaire de ma maman. À peu près un mois plus tôt, on était allé dans ce parc et comme maman (et nous aussi d'ailleurs) avions adoré, on a remis ça pour son anniversaire ! Nous avons vu toutes sortes d'animaux, de la mangouste aux perroquets. Pour ces derniers, j'avais pris un carnet de dessins et j'ai (enfin) réussi à bien en dessiner. Nous sommes aussi passés dans des serres à oiseaux et l'une d'elle comportait, outre les oiseaux, plusieurs tortues géantes (et quand je dis géantes...) de l'archipel d'Altabra. À un moment, nous étions en train de regarder les tortues et nous avons assisté à un bien curieux spectacle : l'une d'elle, le mâle sans doute, est montée sur l'autre et a commencé à pousser de longs râles répétitifs. Au début, on s'est demandé ce que cela pouvait bien être et puis on a compris : elles étaient en train de s'accoupler ! On a aussi vu les poissons (il y avait même des requins). On est reparti la tête pleine de souvenirs de cette visite géniale.


Les bisous de Garfield

Tamara

GarfieldBonjour ! je m’appelle Tamara et j’adore les dauphins. C’est pour ca que j’ai demandé á mes parents de m’emmener en Turquie. On logeait dans un hôtel à Kemer. Le 4éme jour, on est allé voir un show de dauphins et après j’ai nagé avec eux. C’était hyper cool, parce qu’ils donnaient des bisous sur la joue. Quand je nageais avec Garfield (il s’appelait comme ça le dauphin), parfois il allait super vite et même il plongeait avec moi au fond de la piscine. Et même la Turquie est super belle !! Il y a un village qui se trouve en dessous de l’eau. On visitait ça sur un bateau… bien sûr. Après on pouvait nager dans la mer et j’ai trouvé des coquilles et des étoiles de mer. J’ai vu des poissons de différentes couleurs : des poissons rouges, bleus, roses, jaunes, verts, blancs et même mauves. J’étais super contente. Je vous conseille d’aller à Kemer ou à Antalya, parce que nager avec des dauphins, c’était les plus agréables minutes de ma vie !!! J’espère qu’on y ira encore une fois !!!


Le paradis sur terre

Dorsan

BonbonsCet été, je suis parti dans le Sud de la France. Ma famille et moi, nous avons visité le musée des bonbons Haribo. A l’entrée, il y avait plein de bonbons et on pouvait se servir comme on voulait. Dans la première salle, ils ont expliqué comment faire pour créer des bonbons. Dans la deuxième salle, ils nous ont montré la manière de les emballer et de les transporter dans le monde entier. Il y avait aussi une salle multimédia où on devait utiliser nos 5 sens (l’odorat, l’ouïe, la vue, le goût, le toucher) pour trouver le nom d’un bonbon. Avant de sortir du musée, j’ai fait deux ou trois pas… et je suis rentré dans… le paradis sur terre. Il y avait des bonbons partout : à gauche, à droite, en haut, en bas… Il y avait des sucettes, des cerises, des Dragibus, des nounours… Et pour finir je suis parti des bonbons pleins les yeux et pleins le ventre. Miam !

 


La fille qui parle aux animaux

Charlotte Maurer (6è A), de l'école Notre Dame à Rhode–Saint-Genèse

TippiBonjour ! Tout a commencé avec une petite fille, Tippi Degré, née le 4 juin 1990, qui est d’origine française. Ses parents, un jour, avant la naissance de Tippi, durent partir en Afrique pour leur travail, ils étaient photographes. C’est là que Tippi est née. Depuis sa naissance, Tippi est en contact intime avec les animaux qui l’entourent. Au lieu de jouer avec des enfants, elle se fait des "amis animaux". Sur l’une des 2 belles photos, notre amie Tippi fait la sieste avec son lionceau préféré, Mufasa. Dans son sommeil, le petit lion a commencé à sucer le pouce de son amie, c’est trop mignon, non ? Sur la deuxième photo, Tippi se repose avec son léopard, qu’elle a nommé J-B.
Un jour, une terrible aventure s’est produite. Tippi est allée se promener avec ses parents. J-B était déjà un peu jaloux… A ce moment, deux petits garçons africains sont passés par là. Dès qu’ils ont vu J-B, ils ont fait exactement ce qu’il ne faut pas faire avec un léopard. Ils se sont enfuis. J-B les a pris pour une proie. Il a attrapé le plus jeune d’entre eux (deux, trois ans) et il l’a attaqué… La mère de Tippi est allée chercher de l’aide alors que le papa a pris l’enfant dans ses bras. J-B avait du sang dans la gueule et il était prêt à attaquer les deux personnes. Alors Tippi a grondé très fort son léopard et elle l’a tapé une fois fermement sur son nez. J-B a boudé, mais, au moins, il a arrêté. Sans cette petite fille courageuse, c’est sûr, les deux personnes ne vivraient plus maintenant. Apres avoir passé 10 ans en Namibie, Tippi est rentrée dans le pays de ses parents, la France. Elle a souvent essayé de parler avec des chiens, chats, vaches, pigeons, mais son expérience n’a pas réussi. Elle-même dit que c’est parce que son pays, c’est la Namibie, en Afrique et non pas la France. Quelle fille extraordinaire !!!


Le Liban, quel merveilleux pays !

Christophe Kfrouni

LibanBonjour je m'appelle Christophe Kfrouni, je viens du Liban et je vais vous parler de ce beau et mystérieux pays. Le Liban est un pays très riche pour son histoire. Il a plus de 6000 ans, il date du temps des Phéniciens. On y trouve des sites qui viennent des Romains comme Balbek, Byblos, Tyr et Sidon. Il y a des merveilles dont une qui va rejoindre une des 7 merveilles naturelles du monde : la grotte Gieta. Quand on parle du Liban, on ne doit pas oublier de parler de ses cèdres, même dans la Bible, on en parle. Si je veux vous parler de ces merveilles, je n'en finirais pas. Mais la chose la plus merveilleuse, ce sont les personnes qui y vivent. Ils sont accueillants et très chaleureux, et ils ne disent que "Ahla Wa Sahla" qui veut dire bienvenue à tous !!!

 


Mon voyage extraordinaire

Juliette Carly (6è A), de l'école Notre Dame à Rhode–Saint-Genèse

FlorenceBonjour, je m’appelle Juliette Carly et je vais vous présenter mes vacances à Florence ! Nous sommes allés en Toscane en famille au mois d’août. Il a fait superbe. Les paysages sont magnifiques. Il y avait des centaines de champs remplis de tournesols !! Nous avons pris le train de Arezzo jusqu’à Florence. Cette ville est grande et superbe. Il y avait beaucoup de touristes venus du monde entier. Nous avons visité le dôme et j’ai pris une énorme glace sur la place. Ensuite, nous avons fait un grand tour en calèche : j'ai adoré cela, car le monsieur nous a tout expliqué sur les différents quartiers de cette ville. Ensuite, nous sommes montés tout en haut de la colline autour de Florence : la vue était simplement magnifique ! Pour terminer, nous avons mangé le meilleur spaghetti de la ville sur une terrasse de la place de la république. C’est une grande place avec des énormes statues. Quand la nuit est arrivée, nous avons repris le train pour Arezzo. Le trajet n’est pas long : une petite heure à peine. L'Italie est un pays merveilleux et les Italiens sont accueillants, gentils et très marrants. J’espère un jour retourner dans ce pays et pouvoir visiter Rome et Venise en famille ! Je vous invite venir voir la ville Florence, qui est une ville magnifique.


La Corse et ses merveilles

Lou Dupont (6è A), de l'école Notre Dame à Rhode–Saint-Genèse

Cet été 2011, je suis partie en Corse. Je ne connaissais pas ce pays, et, ça à été une grande expérience pour moi. La Corse est un pays magnifique; on se sent vraiment libres et on a toujours envie de faire quelque chose. Donc, nous y étions avec ma famille (mon papa, ma maman et mon frère) et nous avions loué une voiture là-bas, près de l’aéroport. Le plus souvent, nous partions sur des routes que nous ne connaissions pas et trouvions de magnifiques plages de toutes sortes : de sable (évidemment) de grosses pierres et de petits galets. Snack le midi, melons de pays et produits locaux… De quoi bien manger pour une journée pleine d’activités ! Toujours quelque chose à faire, toujours un endroit à découvrir ! Nager, faire du ski nautique, du kite surf, se reposer et profiter de la nature.
Un soir, nous sommes allés visiter des vignes… Magnifique ! Un vigneron nous a expliqué comment ils faisaient pour cueillir les raisins, je ne sais pas si je suis la seule à croire ça mais ce boulot est énorme, ils commencent la cueillette (à la main) à 4 heures du matin et finissent à 11 heures, et tout ça durant une semaine ! Un jour de pluie, nous sommes allés visiter la ville de Bonifacio. Hélas, les meilleures choses ont une fin et nous avons dû quitter ce magnifique pays plein de soleil pour retourner à Bruxelles. De retour à Bruxelles, j’ai repensé à tous ces endroits merveilleux que l’on avait découverts et je suis sûr que nous y retournerons l’année prochaine. Je conseille à tout le monde de partir en Corse !


Les merveilles d'Istanbul

Camille de Sauvage (6è A), de l'école Notre Dame à Rhode–Saint-Genèse

Cet été, j’ai eu la chance de partir 3 jours à Istanbul avec ma famille. J’ai découvert de merveilleux endroits. Istanbul est une très grande ville qui est séparée en deux par un bras de mer qui s’appelle le Bosphore. D’un côté, il y a la ville moderne avec les nouvelles constructions et de l’autre côté, la vieille ville avec les anciens monuments. Nous avons d’abord commencé par voir la ville moderne où nous nous sommes promenés dans la rue principale ; il y a plein de monde et de magasins, c’est la rue la plus fréquentée de la ville. Ensuite, on est monté dans une grande tour qui s’appelle la tour de Galata où la vue sur la ville et le Bosphore est magnifique. Cela permet de bien situer les endroits importants. Après cette visite, nous avons traversé le Pont de Galata qui amène de l’autre côté dans l’ancienne ville. On nous a vraiment conseillé de prendre un guide pour visiter la vieille ville et pour mieux comprendre l’histoire des monuments. Le guide nous a proposé de prendre le tram pour y aller, c’est un moyen super pratique et rapide d’arriver sur la place principale dans le quartier du Sultan Ahmet. On a visité la Mosquée Sainte Sophie qui est pour moi la plus belle mosquée d’Istanbul, il y aussi la Mosquée Bleue, c’est une mosquée remplie de mosaïques de différentes couleurs mais quand on rentre à l’intérieur, c’est la couleur bleue qui ressort, c’est pour ça qu’on l’appelle ainsi.
Après, le guide nous a montré l’ancienne Citerne, c’est un monument souterrain soutenu par une centaine de colonnes et qui servait à fournir de l’eau à toute la ville. Les colonnes sont éclairées et il y a des centaines de gros poissons qui vivent dans l’eau qui est transparente. Pour moi, c’était ma visite préférée. Enfin, nous avons continué par le Palais de Topkapi, la demeure des sultans de l’époque avec son harem, ses jardins et la chambre des trésors ! Pour terminer nous avons découvert le palais de Dolmabace, c’est l’endroit où le dernier Sultan vivait avec sa famille. Ce palais est superbe et se trouve le long du Bosphore où les bateaux pouvaient arriver facilement. Le soir, nous avons été dîner dans une méga pizzeria !!!!! Où l’ambiance était géniale !!!! Je vous invite à venir découvrir Istanbul, j’y ai passé un super séjour !


Des bonshommes en fruits et légumes

Axelle Borrey (11 ans), de Baillonville

BonshommesMon frère Guillaume, ma sœur Solène et moi, Axelle, nous avons réalisé trois bonshommes en fruits et légumes. Pour le corps : une betterave. Pour la tête : une pomme. Pour les assembler : piquer deux bouts de bois. Et puis, où vous voulez, piquez des cure-dents, vous y mettrez le légume ou le fruit de votre choix et ainsi de suite. Et voila le résultat !

 

 


Le retour de Mamémo

Des élèves de 3ème maternelle, 1ère et 2ème année de l'Institut Sainte Ursule de Namur

MamémoCe vendredi 27 mai, trois écoles du Brabant Wallon (Berlaymont, Biéreau, Sart) se sont retrouvées à l’Institut Sainte Ursule de Namur pour accueillir le petit Mamémo qui revenait des Comores. Cette poupée a voyagé dans plusieurs pays : la Belgique, l’Equateur, Haïti, le Rwanda et les Comores. Des élèves de 3ème maternelle, 1ère et 2ème année ont vécu ce projet pour découvrir comment vivaient les enfants des pays que le petit Mamémo a visité. Grâce à lui et à des emails entre toutes ces écoles, ils ont appris comment les enfants travaillent à l’école, comment ils jouent, mangent, où ils dorment, bref leur vie de tous les jours. Durant cette magnifique journée, ces 230 bambins ont pu présenter des petits spectacles présentant le pays avec lequel ils ont correspondu (des danses, des poèmes et des chants) avant d’aller manger ensemble. Après leur repas, ils ont eu la grande chance de découvrir une chanson créée pour l'occasion par le groupe Mamémo ainsi que son spectacle « J’arrive ».

 


Les Chœurs de la Providence

Les élèves de 5e année de l’École de la Providence à Saint-Servais

ChœursCe samedi 14 mai, tous les enfants de notre école, de la 1ère maternelle à la 6e primaire, ont mis le feu au Hall Octave Henry, lors d’un concert durant lequel chaque classe a présenté deux chansons devant 500 personnes en délire. Depuis décembre, un professeur de chant, Mr Blavier, est venu 4 fois pour nous préparer à ce bel évènement (exercices de voix, rythmes…). Ensuite, nous nous sommes entraînés avec nos professeurs. Au début du concert, on a eu droit à une belle surprise : nos enseignantes ont chanté « Attention, mesdames et messieurs ». C’était cool !

 

 

 


Le drapeau olympique

Les élèves de 5e et 6e années de l’École des Plateaux à Jambes

DrapeauBeaucoup de personnes pensent que chaque couleur des anneaux du drapeau olympique est associée à un continent en particulier, mais cette représentation est fausse. C’est Pierre de Coubertin qui a décidé de la représentation actuelle du drapeau des Jeux Olympiques en 1914. Celui-ci a été montré pour la première fois au monde entier en 1920 lors des JO d’Anvers. Il est représenté par cinq anneaux de couleur (jaune, rouge, bleu, vert et noir) entrelacés sur un fond blanc. A cette époque, la devise (phrase courte qui exprime un idéal) « Citius, Altius, Fortius » était écrite sur le drapeau, ce qui signifie « Plus vite, plus haut, plus fort ». Beaucoup de personnes pensent que chaque couleur des anneaux est associée à un continent en particulier, mais cette représentation est fausse. Les anneaux représentent bien les cinq continents mais il n’y a pas de lien entre les couleurs et les continents. De plus, les anneaux sont entrelacés pour symboliser l’union des cinq continents, c’est-à-dire la réunion des athlètes du monde entier dans une ville précise. À la fin des Jeux, le drapeau est remis au maire de la ville qui accueillera les prochains JO.

 


Saint-Denis, l’école du cœur

Les élèves de la classe de 5e et 6e années

CœurÀ Saint-Denis (La Bruyère), l’école communale a présenté un spectacle en faveur des restos du cœur. Le 26 février, les parents et les amis ont assisté à un spectacle réalisé par les élèves de l’école communale de Saint-Denis, suivi d’un souper « tartiflette ». Une grosse partie de l’argent récolté par les soupers, les entrées au spectacle et les dons a été remise aux restos du cœur. De plus, une récolte de vivres non périssables a été organisée pour les personnes en difficulté. Tous les enfants de « l’école du cœur » ont trouvé cette initiative très valorisante et espèrent que cela aidera un peu les gens en difficulté. Les restos du cœur sont une association créée par Coluche en 1986. Celle-ci ne devait durer que cet hiver-là mais 25 ans plus tard, ils sont toujours là !

 


Initiation sportive : des élèves de Aye mettent les voiles

VoilesDans le cadre de leur projet « Sports et Sciences », des élèves de l’école communale de Aye ont pu s’initier à la voile, à Genval. Un souvenir inoubliable.

Dérive, stabilisateur, gouvernail : autant de mots qui ne sont plus inconnus au sein de l’école. En effet, les 5ème et 6ème années ont eu l’opportunité de s’initier aux techniques de cette discipline nautique. Dés leur arrivée au Centre nautique, les navigateurs en herbe sont accueillis par un certain monsieur Marin ( cela ne s’invente pas). Le moniteur dirige très rapidement les débutants et leur explique le vocabulaire propre à l’activité. Pas facile, spécialement pour Nathan qui, au début ne se sentait pas comme un poisson dans l’eau. Une fois la théorie apprise, nos petits loups de mer déploient enfin la voile.

C’était réellement un moment excitant pour tous. D’autant plus, que les enfants ont vécu des expériences plutôt étonnantes. Et Florian, de raconter : « J’ai adoré quand Marin passait avec son zodiac pour simuler une tempête en mer. J’ai été surpris mais j’ai maîtrisé mon embarcation ». Pour Emilie, c’était ce que l’on peut appeler la galère. En effet, la jeune écolière, victime des caprices du vent a failli basculer dans l’eau. Une situation qui n’aurait pas dérangé Thomas, le meilleur nageur de la classe : c’est ce qu’il dit en tout cas, le vantard ! Bref, cette excursion était à la fois originale et sportive. Elle en a aussi surpris plus d’un car c’était plus difficile que nos arsouilles ne le pensaient. Eh oui, tout le monde n’a pas le pied marin !

 


La "Biblieurope"

Noah Hocquet (11 ans), de Momignies

BiblieuropeLe 18 octobre 2010, notre école (l'école de Monceau-Imbrechies dans l'entité de Momignies) a visité la nouvelle bibliothèque de Beauwelz. Là-bas, nous avons fait une recherche sur l'Europe par le biais de questions. Exemples : Dans quel pays est né Andersen ? Le Danemark. Dans quels pays paye-t-on en rouble ? En Russie et en Biélorussie. Qui a inventé le saxophone ? Dans quel pays ? Adolphe Saxe en Belgique. Puis, on a reçu une carte où l'on devait coller les images concernant le pays : le Vilain petit canard au Danemark, Magritte en Belgique, le flamenco en Espagne... Bref, nous nous sommes bien amusés et nous avons appris à nous repérer. La bibliothèque est un endroit bien organisé. Nous savions exactement dans quelles catégories rechercher les informations. Par exemple, pour la question concernant Adolphe Saxe, nous avons orienté nos recherches dans la catégorie "Musique". Bref, ce fut une bonne expérience mêlant la lecture et la géographie.

 


La dédicace de Sylva

Pierre De Handschutter, de Tournai

SylvaCher Jde,
C'est votre vidéo sur Sylva qui m'a incité à réagir. Ce weekend (habitant Tournai), je suis naturellement allé au Tournai Tempo Festival qui promettait une belle affiche : vendredi, Florent Pagny, cool comme toujours; samedi, double affiche avec l'entraînant Alain Souchon et Marc Lavoine, fatigué et décevant pour l'occasion; et le dimanche, la cerise sur le gâteau avec Pascal Obispo séduisant comme toujours... Lors de ce festival était également présent... Sylva. Celui-ci était proposé comme seconde partie de Florent Pagny. Il a chanté de nombreuses chansons de l'album Antidote, qu'il m'a dédicacé (voir photo) après le concert de Florent mais a également chanté : "Y en a marre de ces quatre accords". Sylva, ses musiciens et ses chansons étaient entraînants à l'inverse par contre des autres premières parties plutôt "débutantes" !!!

 


L’école de Nalinnes Haies participe à l’opération Timoun

nalinnesC’est le vendredi 28 mai que s’est finalisé notre projet d’aide à Haïti, lors de notre journée portes ouvertes. Les enfants ont participé toute l’année à différentes animations et activités autour du thème de l’eau. Ils ont été sensibilisés à la problématique de l’eau dans les pays en voie de développement et notamment à Haïti suite au tremblement de terre. Ils ont visité le musée de l’eau et de la fontaine de Genval, assisté au spectacle « Pompes et robinets », visité un moulin à eau de la région, participé à un grand jeu de l’oie pour les primaires et un parcours découverte de l’eau pour les maternelles… Ensuite, tous les enfants de l’école ont décidé d’effectuer une collecte de fonds à travers différentes activités : préparation et vente de potages et de crêpes… Pour finaliser le projet, chaque enfant de l’école a reçu symboliquement une petite bouteille d’eau transformée en tirelire. Toutes ces bouteilles ont été remplies de pièces et ensuite vidées dans un grand tonneau à eau. C’est avec une grande joie que nous verserons sur le compte 000-0000012-12 la somme de 1230 euros.

 


Journée d’artistes

Le 11 mai 2010, les élèves de 6ème année de l’école communale de Lens-Saint-Remy ( Hannut) ont visité l’exposition des oeuvres de Costa Lefkochir à Liège.

artistesAlain Bronckaert, responsable du centre culturel de Hannut, nous a guidés vers les oeuvres d’un célèbre peintre Costa Lefkochir. Nous avons eu la chance de pouvoir le rencontrer et de discuter avec lui. Il nous a dit qu’il avait des sentiments profonds envers les enfants du Togo qui est le thème de son exposition. Il a utilisé dans ses peintures abstraites le noir, le rouge, le gris, le brun et le blanc. Dans plusieurs oeuvres, on retrouvait un parchemin ou un livre scellé qui contenait un message que seul, l’artiste connaissait. Lors d’un atelier, nous avons créé, chacun, une peinture abstraite à l’aide de couleurs vives ou sombres. Avant de peindre, nous avons dû inscrire une phrase en rapport avec le livre “ L’homme qui levait les pierres” de Mourlevat ( nous avions travaillé sur cet auteur dans un cercle de lecture quelques semaines avant). Nous pouvions ensuite recouvrir la phrase de peinture ou la laisser visible. Le reste était libre à notre imagination. En quittant l’expo, nous avons rencontré un jeune pianiste appelé Huy. Il participera au concours Reine Elisabeth en 2013. Nous avons pu l’écouter jouer et c’était très agréable. Nous avons ensuite traversé quelques rues de Liège comme la plus étroite, la plus ancienne … Pour terminer la journée, nous nous sommes alors rendus dans la boutique “ Arqontanporin” où des artistes peignent sur des plaques de plastique transparent. Quelle belle journée artistique!

 


Nous participons... !

Caroline Chabot, de Waremme

Le mois passé, notre classe a participé au concours "Journaliste en Herbe". Nous avions choisi comme sujet notre l'école, à la fois un thème simple et compliqué : ce dernier n'a pas besoin d'être cherché pendant des heures et des heures mais il ne fallait rien oublier : le personnel de notre école, le sport, les classes, les réussites scolaires... A l'aide de notre professeur nous avons ensemble créé différents articles mais reliés ensemble par un même sujet : celui de notre école. Tout le monde mettait son petit grain de sel et cela nous faisait bien avancer. En quelques heures de cours nous avions déjà la base de notre travail ! Nous avions même eu la visite d'un journaliste pour nous aider à rédiger au mieux les articles ! Ensuite sont venus s'ajouter les petits détails : sudokus, édito, billet d'humeur... Enfin les articles de notre journal finis, nous avions dû les répartir en minimum 4 thèmes ainsi que choisir la typographie pour chacun d'eux ainsi que pour l'ensemble du journal : ce n'était pas si facile car tout le monde voulait que ce soit son avis qui soit requis. En bref, nous avions tous un caractère bien trempé.
Quand ces petits détails furent choisis, il ne nous restait plus qu'une chose : le mettre sur ordinateur. Nous ne savions pas très bien vers quoi nous diriger : télécharger un logiciel ou utiliser simplement Microsoft Word. Nous avions d'abord effectué une recherche sur "Google" pour essayer de remédier à ce problème. Sans résultat. Nous étions tous désespérés et nous se savions pas quoi. C'est alors qu'une élève (c'est-à-dire moi) s'est proposée pour essayer d'effectuer quelque chose. Cinq jours après, tout le travail espéré était fourni ! Il ne nous restait plus que quelques détails à améliorer : la une... mais cela s'est fait sans difficulté ! Nous avions enfin fini et le journal était prêt à être envoyé ! Ouf, nous étions dans les temps ! J-2 avant l'arrêt du concours ! Nous étions plutot fiers de nous et nous attendons toujours les résultats. Même si nous ne recevons pas de prix, nous aurons quand même la satisfaction d'avoir participé et malgré tout, cela était quand même une superbe expérience de journaliste... en herbe

 


Et si on restait en secondaire...

Élodie, 12 ans

Nous sommes nombreux chaque année à rentrer en première secondaire, pour ceux qui réussissent leur C.E.B. Beaucoup d'entre nous se posent énormement de questions sur ce phénomène qu'on attend avec impatience ! Mais nous nous demandons bien à qui en parler... Nous nous ferons des ami(e)s ? On s'adaptera à ce nouvel environnement ? Aurons-nous de bons résultats ? On peut toujours en parler aux parents, à des centres spécialisés, au professeur... Mais ceux qui n'obtiondront pas leur C.E.B devront passer en 1ère acceuil, ce qui est bien embarrassant ! Vous devez avoir minimum 50% à vos examens (la moitié) pour les réussir... Il n'y a plus grand-chose à dire à part : BONNE CHANCE À VOUS !

 


Brossez-vous les dents !

Jasmine, 10 ans

Il y a des enfants qui se lavent les dents tous les jours matin, midi, soir. On se lave les dents après avoir mangé bien sûr. Nos dents seront plus blanches et belles. Alors s’il vous plaît faites ça pour nous.

 


L’eau du robinet, ma boisson préférée

Un article proposé par les élèves de l’école « Les Trieux » située à Leers Nord

mainsCette année, nous avons participé à un projet pour que nous buvions plus d’eau du robinet. On nous a d’abord fait comprendre qu’il y avait des risques à boire trop de sodas : le diabète, le surpoids, les caries, la fatigue...) et qu’il valait mieux boire de l'eau. Que non seulement, elle n’avait pas d’effets indésirables, mais qu’en plus elle était bonne pour notre corps, elle permet à celui-ci de se réhydrater, de se nettoyer, de donner une certaine forme à notre corps… Mais l'eau en bouteille pollue beaucoup, il faut entre 3 et 5 litres pour réaliser une bouteille d'eau, et il n'y a pas 1 bouteille sur 2 qui est recyclée !!! De plus, l’eau de consommation est 300 fois moins chère que l'eau en bouteille. Nous avons vu aussi que l’eau chez nous, il n’y avait qu’à ouvrir le robinet pour s’en procurer, alors qu’ailleurs, c’est de l’or à préserver, et qu’il faut parfois des heures de marches pour recevoir une petite dose… Nous avons aussi réalisé des maquettes. Une d’un château d’eau, d’une station d’épuration, ainsi qu’une robe réalisée avec des bouteilles d’eau récoltées dans l’école. Lors de notre porte ouverte, nous avons invité les parents à découvrir nos œuvres et ils ont pu goûter des eaux parfumées naturellement à l’aide de fruits, de feuilles de menthe… L’eau du robinet est devenue notre boisson préférée

 


Et si on se lavait les mains...

Virgine (12 ans), Bruxelles

mainsJe sais que plein de personnes ne se lavent pas les mains avant de manger. Savez-vous que 10 personnes sur 100 se lavent les mains ? Quand on joue au foot ou à d'autres jeux, on se salit les mains et après, on mange et on avale les saletés que l'on a sur les mains. Donc, avant d'aller manger, on doit se laver les mains...

 

 

 

 


La Journée Mondiale Poésie-Enfance

Un article proposé par les élèves de 6ème année de l'école de Montzen village et de Montzen gare

poesieÀ l'école de Montzen village et de Montzen gare, nos institutrices nous ont proposé de participer à La Journée Mondiale Poésie-Enfance. Tous les enfants sont invités à rêver d'un monde meilleur, plus juste et plus solidaire, où règne la paix pour tous. Nos professeurs des cours de religion et de morale nous ont proposé le thème de cette année qui est : un sourire pour le monde. Durant plusieurs heures de cours, nous avons cherché des moments, des mots qui nous parlent de bonheur. Avec tous ces mots nous avons inventé des phrases, des slogans pour montrer que la paix, la solidarité, l'entraide existent. Et ce mardi 23 mars de 11 h 30 à midi, tous les élèves des écoles communales de Montzen se sont fait entendre, au village comme dans le quartier de la gare, en faisant "Battre les tambours pour la Paix". Nous les élèves de l'école du village sommes tous montés sur le kiosque pour présenter nos réalisations sous le regard de nos parents et grands-parents venus nombreux pour nous écouter. Tout ça, c'était super !

  Cliquez ici pour voir
quelques poèmes-collages
réalisés par les enfants


Grâce au JDE, les enfants de l’école spécialisée Ste Croix découvre le journalisme

classesLes élèves de la classe de Mme Marie se sont intéressés à l’actualité et sont devenus les journalistes d’un jour. Que de recherches (dictionnaire, JDE, cartes du monde, bibliothèque, internet…) pour développer les trois sujets retenus : 2010, une année pour sauver la nature, violent séisme au Chili, six Belges sur la planète rouge. Et quelle fierté, quel dépassement de soi au moment de partager leurs découvertes et jouer aux journalistes non seulement devant les copains de l’école mais surtout devant les classes de l’enseignement ordinaire !!! Bravo.

 

 

 

 

 

 


Souvenir rouge

Un article proposé par Emma (10 ans), de Glons

emmaPendant les grandes vacances, j’ai fait un petit voyage à la mer avec mes parents. J’avais environ 1 an, nous avions fait une petite balade et tout à coup ma sœur est tombée. A cause de ça, la petite balade a dû se terminer. Ma sœur avait mal à la jambe. On a dû rentrer à l’appartement pour soigner ses blessures. Mon papa l’a soignée. Moi j’étais dans les brase de ma maman qui tenait le pot de mercurochrome. Il faisait chaud. J’avais très soif et j’ai cru que le mercurochrome était de la grenadine. J’ai commencé à boire. Ma mère, qui était préoccupée par la jambe de ma sœur, ne m’a pas vu le faire. Elle a voulu remettre du mercurochrome sur la jambe de ma sœur. Elle m’a déposé et a vu ma bouche toute rouge. De suite, mes parents ont téléphoné au centre antipoison. Le centre antipoison a dit que ce n’était pas grave, que la petite allait juste avoir la sensation d’être saoul. Mais qu’elle n’était pas malade. Pendant 3 jours, je me suis promené avec la bouche toute rouge. Du coup, la blessure de la sœur ne comptait plus beaucoup…